La liberté d’expression et la presse

La liberté d’expression et la presse :

A. – La compatibilité avec la Convention européenne des droits de     l’Homme de la législation limitant la liberté d’expression en matière de presse                                         (La liberté d’expression et la presse)

La liberté de la presse fait l’objet, en France, d’un encadrement précis qui peut, dans certaines conditions,

poser des problèmes de compatibilité avec l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’Homme.

Cet article protège d’abord, la liberté d’expression qui comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir

ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités

publiques et sans considération de frontière.

La liberté d’expression constitue donc une liberté protégée par la Convention à laquelle les États

sont susceptibles d’apporter des limitations ou des restrictions sous réserve d’une part,

que la loi les prévoit et, d’autre part, être nécessaires pour le respect de certains impératifs

au titre desquels figurent, la protection de la réputation d’autrui, la sécurité publique,

la santé publique, la garantie de l’autorité du pouvoir judiciaire…

Les limites autorisées                                                                           (La liberté d’expression et la presse)

 

Selon l’article 10 de la Convention, une limitation de la liberté d’expression peut être envisagée

dès lors qu’elle obéit à trois critères :

— d’abord, une limitation prévue par la loi,

— ensuite, poursuivre un but légitime,

— enfin, nécessaire dans une société démocratique à l’obtention du but poursuivi

(l’entrave à la liberté d’expression proportionnelle au but poursuivi).

Les difficultés d’application du principe                                                   (La liberté d’expression et la presse)

 

L’exemple des informations relatives à la constitution de partie civile

Pour protéger la réputation d’autrui, le législateur avait prévu que les journalistes ne pouvaient,

par voie de presse, informer les gens de faits contenus dans une constitution de partie civile.

La CEDH a cependant condamné la France en estimant que cette disposition législative apportait

une restriction injustifiée à la liberté d’expression. La loi Perben de 2004 a finalement abrogé

cette disposition législative.

Cependant, les journalistes continuent d’être soumis au respect du secret de l’instruction.

L’exemple des sondages d’opinion           (La liberté d’expression et la presse)

 

Aux termes de la loi du 19 juillet 1977, la publication des sondages dans la semaine précédant

un scrutin était strictement prohibée, dans le but d’éviter toute influence sur l’expression du libre choix des électeurs.

Mais la Cour de cassation a affirmé l’incompatibilité de cette loi avec l’article 10 de la Convention.

Une telle loi instaurait une restriction à la liberté de recevoir et de communiquer des informations

qui n’est pas nécessaire à la protection des intérêts légitimes énumérés par l’article 10.2 de la Convention.

Les dispositions de cette loi ne pouvaient donc pas servir de fondement à une condamnation pénale.

Le législateur a ainsi modifié la loi en 2002.

L’exemple de la publication d’images relatives aux circonstances d’un crime

Au regard du principe de légalité, la Cour de cassation a déclaré la disposition de la loi de 1881 qui interdisait la publication d’images relatives aux circonstances d’un crime, incompatible avec l’article 10 de la Convention.
Cette condamnation est d’autant plus intéressante que le législateur était cette fois-ci intervenu
en amont de la jurisprudence. Une loi du 15 juin 2000 était venue modifier la loi de 1881,cependant les magistrats de la
cour de cassation la trouvent insuffisante
Pour ces hauts magistrats, la loi, même actuelle, n’est pas suffisamment claire et ne présente
pas la garantie de prévisibilité nécessaire pour assurer sa compatibilité avec la Convention européenne.

B.- Les conflits entre la liberté d’expression et le droit à réparation

                                                         (La liberté d’expression et la presse)

   Par un arrêt du 12 juillet 2000, l’Assemblée plénière de la Cour de cassation a consacré le principe

selon lequel les abus de la liberté d’expression prévus et réprimés par la loi du 29 juillet 1881

ne peuvent être réparés sur le fondement de l’article 1382 du code civil. Cette décision a eu pour

effet de consacrer la suprématie de la liberté d’expression sur les autres droits fondamentaux,

notamment le droit à réparation.

La liberté d’expression peut prendre la forme d’une caricature et c’est alors parfois avec le droit

des marques que celle-ci se trouve en conflit.

On peut par exemple citer la caricature d’une marque de tabac (affaire Camel du 19 octobre 2006) :

une association, agissant conformément à son objet, dans un but de santé publique,

par des moyens proportionnés à son objet, n’avait pas abusé de son droit de libre expression.

La liberté de la presse suppose ainsi que l’on répare les éventuels préjudices causés par son exercice

abusif suivant un régime spécifique, autonome. On ne saurait raisonner ici comme s’il s’agissait

d’un problème classique de responsabilité. Cela apparaît tout particulièrement lorsque le

contentieux porte sur la violation de la présomption d’innocence, garantie par l’article 9-1 du code civil.

C.- La liberté d’expression et la présomption d’innocence                         (La  liberté d’expression et la presse)

Le principe de la présomption d’innocence                 (La liberté d’expression et la presse)

   La présomption d’innocence est protégée par l’article 6-2 de la Convention européenne qui dispose que

toute personne accusée d’une infraction est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été

légalement établie.

Le principe est également posé par l’article 9-1 du code civil qui dispose que chacun a droit

au respect de la présomption d’innocence. Son alinéa 2 indique que lorsqu’une personne est,

avant toute condamnation, présentée publiquement comme coupable de faits faisant l’objet

d’une enquête ou d’une instruction judiciaire, le juge peut, même en référé,

sans préjudice de la réparation du dommage à intervenir, prescrire toutes mesures

telles que l’insertion d’une rectification ou la diffusion d’un communiqué, aux fins de faire

cesser l’atteinte à la présomption d’innocence, et ce aux frais de la personne physique

ou morale, responsable de cette atteinte.

Le principe est enfin prévu à l’article 9 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen

qui dispose que tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable,

s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer

de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Le principe est élevé au rang de principe à valeur constitutionnelle par une décision

du Conseil constitutionnel du 8 juillet 1989.

Le régime de la présomption d’innocence                             (La liberté d’expression et la presse) 

Le droit à la présomption d’innocence est un droit subjectif opposable erga omnes.

La loi du 15 juin 2000 a éliminé toutes les restrictions posées initialement et ajoutées par la jurisprudence :

désormais, la victime n’a plus à justifier de l’existence d’un acte spécifique de procédure,

il suffit qu’ on la présente publiquement, avant toute condamnation, comme coupable de faits

faisant l’objet d’une enquête ou d’une instruction judiciaire.

La protection de l’article 9-1 est ainsi soumise à deux conditions cumulatives :

une mise en cause publique et une imputation de faits de culpabilité.

La mise en cause publique : Pour pouvoir bénéficier du régime protecteur établi par l’article 9-1,

la victime doit impérativement avoir été présentée publiquement comme coupable.

Cela ne concerne pas uniquement la presse écrite, parlée, audiovisuelle ou électronique.

Cela vaut également en cas de mise en cause à l’occasion d’un débat public ou d’une réunion publique.

L’appréciation se fait ainsi au cas par cas. Il suffit simplement que la mise en cause

dépasse le simple cadre privé.

L’imputabilité de faits de culpabilité :                                        (La liberté d’expression et la presse)

La victime doit également avoir été présentée comme coupable de faits faisant l’objet d’une

enquête ou d’une instruction judiciaire. Seule une condamnation pénale devenue définitive,

hors exercice de toute voie de recours fait disparaître la présomption d’innocence attachée aux faits sanctionnés.

Les limites à la présomption d’innocence                                  (La liberté d’expression et la presse)

Les nécessités de la liberté d’information et de la liberté d’expression limitent inévitablement

la portée de la présomption. Interdiction de diffuser par voie de presse l’arrestation

d’un individu présenté comme suspect, à condition que le journaliste prenne bien soin

d’éviter de présenter des conclusions définitives manifestant un préjugé tenant pour acquise

la culpabilité de l’intéressé.      (La liberté d’expression et la presse)

 

De manière plus générale, dès lors que le journaliste n’abuse pas de son droit d’informer les lecteurs,

les auditeurs ou les téléspectateurs en n’assortissant pas ses propos d’un commentaire anticipant

ses certitudes quant à l’issue de la procédure, il ne peut y avoir d’atteinte à la présomption d’innocence.

Le critère décisif en la matière est donc bien celui de l’existence de conclusions définitives.

La prescription de l’action                 (La liberté d’expression et la presse)

Les actions fondées sur une atteinte au respect de la présomption d’innocence se prescrivent après

trois mois à compter du jour de l’acte de publicité. Ce délai correspond ainsi à celui prévu

en matière de crimes, délits ou contraventions de presse.

Par un arrêt rendu le 21 décembre 2006, la Cour de cassation a jugé qu’une loi modifiant les règles

relatives au délai de prescription en matière de délit de presse, même si elle est d’application immédiate,

ne peut pas être appliquée à l’affaire jugée devant elle au risque de violer le droit au procès équitable.

La sanction de la violation de la présomption d’innocence     (La liberté d’expression et la presse)

Les dommages intérêts :              (La liberté d’expression et la presse)

  L’action en responsabilité consécutive à la violation de la présomption d’innocence

obéit aux mêmes conditions que l’action consécutive à la violation du droit à la vie privée.

Il s’agit par conséquent d’une action autonome fondée sur l’article 9-1 du Code civil.

La seule constatation de l’atteinte suffit en conséquence à ouvrir droit à réparation sans qu’il soit

nécessaire pour la victime de faire la démonstration d’une faute de l’auteur de l’acte.

L’insertion d’un communiqué :                   (La liberté d’expression et la presse)

   Tout organe de presse ayant méconnu la présomption d’innocence

risque une condamnation à la publication du communiqué rectificatif. L’insertion peut indifféremment

être le fait des juges du fond que des juges des référés. C’est le juge lui-même

qui précise le contenu du communiqué en question ainsi que les conditions matérielles de sa diffusion,

son emplacement et sa typographie.

Les mesures préventives :                      (La liberté d’expression et la presse)

Le président de la juridiction peut toujours, même en présence d’une contestation sérieuse,

prescrire en référé les mesures conservatoires ou de remise en état qui s’imposent soit pour

prévenir un dommage imminent, soit pour faire cesser un trouble manifestement illicite.

D.- La liberté d’expression, le droit communautaire et la santé publique

          (La liberté d’expression et la presse)

Si la restriction à la liberté d’expression et la presse peut se révéler contraire aux principes de la CEDH,

elle peut également heurter les principes du droit communautaire, notamment la liberté de circulation.

L’interdiction de la publicité en faveur du tabac         (La liberté d’expression et la presse)

L’article 4 de la loi du 10 janvier 1991, dite loi Evin, a interdit toute propagande ou

publicité directe ou indirecte (briquets, activités sportives ou vêtements portant la marque

d’un fabriquant de cigarettes…) en faveur du tabac ou de produits du tabac.

La chambre criminelle de la Cour de cassation a rappelé dans un arrêt du 29 juin 1999 que toute

utilisation publique d’une marque de cigarettes, qu’elle qu’en soit la finalité,

constitue une publicité en faveur du tabac.        (La liberté d’expression et la presse)

La loi française a ainsi pris des dispositions restrictives en faveur de la publicité directe et indirecte,

avant même que la directive européenne du 6 juillet 1998 concernant le rapprochement des dispositions

législatives, réglementaires et administratives des États membres en matière de publicité

et de parrainage en faveur des produits du tabac ne vienne, à son tour,

interdire toute forme de publicité ou de parrainage dans la Communauté.

Cette directive a été remplacée par celle du 26 mai 2003(La liberté d’expression et la presse)

L’interdiction est moins large car elle se limite à interdire la publicité en faveur des produits

dans les revues, magazines et journaux, et non plus également dans les affiches, les parasols,

les cendriers et d’autres objets utilisés dans les hôtels, restaurants et cafés,

ainsi que dans les messages publicitaires au cinéma.

La justification de l’interdiction               (La liberté d’expression et la presse)

La libre circulation est un droit fondamental. Cependant, des interdictions ou restrictions d’importation,

d’exportation ou de transit ne sont pas exclues lorsqu’elles sont justifiées pour des raisons

de moralité publique, d’ordre public, de sécurité publique, de protection de la santé et de la vie des personnes.

Dans son célèbre arrêt Simmenthal, du 15 décembre 1976, la CJCE a rappelé que les législations

nationales peuvent faire exception au principe de la libre circulation dans la mesure

où cela est nécessaire pour atteindre les objectifs de moralité publique, d’ordre public…

La législation française est également justifiée par la notion d’exigence impérative dégagée

par la CJCE dans son arrêt Cassis de Dijon dans lequel elle a affirmé que

« les obstacles à la libre circulation intracommunautaire résultant des disparités des législations nationales

relatives à la commercialisation des produits (…) doivent être acceptés dans la mesure

où ces prescriptions peuvent être reconnues comme étant nécessaires pour satisfaire

à des exigences impératives, tenant notamment à l’efficacité des contrôles fiscaux,

à la protection de la santé publique, à la loyauté des transactions commerciales et à la défense des consommateurs ».

Ces exigences impératives permettent ainsi à l’État de fixer des exigences plus sévères

que celles appliquées dans les autres États membres dès lors qu’elles apparaissent  fondées,

notamment sur la protection de la santé.    (La liberté d’expression et la presse)

Le champ d’action de la Communauté en matière de santé s’élargit puisqu’elle ne se limite plus

à la prévention des maladies mais s’étend à toutes les actions visant à protéger

et améliorer la santé humaine (prévention des grands fléaux, y compris la toxicomanie).

La loi Evin constitue ainsi une application de la réserve de compétence nationale utilisée par l’État français

afin de fixer au niveau auquel il l’entendait la sauvegarde de l’intérêt essentiel de la santé humaine,

sachant qu’il appartient aux États de déterminer les exigences nécessaires pour assurer la sauvegarde

des intérêts visés à l’ancien article 36, selon sa propre échelle de valeurs et dans la forme qu’il a choisie.

Contactez un avocat

Adresse : 55, rue de Turbigo
75003 PARIS
Tél : 01.42.71.51.05
Fax : 01.42.71.66.80
E-mail : contact@cabinetaci.com
Catégories
Premièrement, LE CABINET  (La liberté d’expression et la presse)
Deuxièmement, SPÉCIALISTE DROIT PÉNAL  (La liberté d’expression et la presse)
En premier lieu, Rôle de l’avocat pénaliste  (La liberté d’expression et la presse)
En second lieu, Droit pénal  (La liberté d’expression et la presse) (La liberté d’expression et la presse)
Tout d’abord, pénal général  (La liberté d’expression et la presse) (La liberté d’expression et la presse) (La liberté d’expression et la presse)
Ensuite, Droit pénal spécial : les infractions du code pénal  (La liberté d’expression et la presse)
Puis, pénal des affaires  (La liberté d’expression et la presse)  (La liberté d’expression et la presse)
Aussi, Droit pénal fiscal   (La liberté d’expression et la presse)  (La liberté d’expression et la presse)
Également, Droit pénal de l’urbanisme  (La liberté d’expression et la presse)
De même, Le droit pénal douanier  (La liberté d’expression et la presse)
Et aussi, Droit pénal de la presse  (La liberté d’expression et la presse) (La liberté d’expression et la presse)
                 Et ensuite,    (La liberté d’expression et la presse)
pénal des nuisances  (La liberté d’expression et la presse) (La liberté d’expression et la presse)
Et plus, pénal routier infractions  (La liberté d’expression et la presse)
Après, Droit pénal du travail  (La liberté d’expression et la presse)
Davantage encore, Droit pénal de l’environnement (La liberté d’expression et la presse)
Surtout, pénal de la famille  (La liberté d’expression et la presse)
Par ailleurs, Droit pénal des mineurs  (La liberté d’expression et la presse)
Ainsi, Droit pénal de l’informatique  (La liberté d’expression et la presse)
Tout autant, pénal international (La liberté d’expression et la presse)

Que, Droit pénal des sociétés  (La liberté d’expression et la presse)

En dernier, Le droit pénal de la consommation  (La liberté d’expression et la presse)
Troisièmement, Lexique de droit pénal  (La liberté d’expression et la presse)
Quatrièmement, Principales infractions en droit pénal  (La liberté d’expression et la presse)
Et puis, Procédure pénale  (La liberté d’expression et la presse)
Ensuite, Notions de criminologie  (La liberté d’expression et la presse)
Également, DÉFENSE PÉNALE   (La liberté d’expression et la presse)
Aussi, AUTRES DOMAINES  (La liberté d’expression et la presse)

Enfin, CONTACT   (La liberté d’expression et la presse)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top