Les obligations négatives et droits de l’homme

Les obligations négatives et droits de l’homme
En vertu de l’article 15 de la Convention européenne

des Droits de l’homme (CESDH),  (Les obligations négatives

et droits de l’homme)

le droit à la vie fait partie des quatre droits indérogeables. De ce fait, même en cas de circonstances exceptionnelles,
les parties contractantes ne peuvent y déroger et, par conséquent, la mort ne peut jamais être infligée intentionnellement.
Néanmoins, l’article 15 prévoit un cas dans lequel il est tout de même possible de donner la mort, en temps de guerre.
De la même manière, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques déclare, dans un article 4, que
« dans le cas où un danger public exceptionnel menace l’existence de la nation et est proclamé par un acte officiel,
les Etats parties au présent Pacte peuvent prendre, dans la stricte mesure ou la situation exige, des mesures
dérogeant aux obligations prévues dans le présent Pacte, sous réserves que ces mesures ne soient pas incompatibles
avec les autres obligations que leur impose le droit international et qu’elles n’entraînent pas une discrimination
fondée uniquement sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion ou l’origine sociale ».

Enfin, l’article 2 CESDH précise qu’il n’y a pas violation du droit à la vie

                (Les obligations négatives et droits de l’homme)

lorsque la mort est infligée dans l’un des trois cas suivants :

  • D’abord, pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale,
  • Ensuite, pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue,
  • Puis, pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.

De ce fait, le droit à la vie n’est donc pas un droit absolu et la possibilité de faire mourir est préservée.
L’article 2 énumère donc les circonstances dans lesquelles infliger la mort peut se justifier. Néanmoins, il est important
de préciser qu’étant un droit fondamental, la dérogation ne pourra être faite que sous certaines conditions très
spécifiques et fortement réglementées, et que la Cour exerce un véritable contrôle en la matière.
En effet, la Cour européenne des Droits de l’homme précise que « L’article 2 ne définit pas avant tout les situations
dans lesquelles il est permis d’infliger intentionnellement la mort, mais décrit celles où il est possible d’avoir recours
à la force, ce qui peut conduire à donner la mort de façon involontaire. Le recours à la mort doit cependant être rendu
nécessaire pour atteindre l’un des objectifs mentionnés. A cet égard, l’emploi des termes « absolument nécessaire »
indique qu’il faut appliquer un critère de nécessité plus strict et impérieux que celui normalement employé pour
déterminer si l’intervention de l’Etat est nécessaire dans une société démocratique ».

De la, la Cour doit examiner très attentivement la question de savoir

  • Si la force utilisée par les militaires était rigoureusement proportionnée à la défense d’autrui contre la violence illégale,
  • Et si l’opération anti terroriste a été préparée et contrôlée par les autorités de façon à réduire au minimum, autant
  • que possible, la force meurtrière.

Pour elle, « un cadre juridique et administratif doit définir les conditions limitées dans lesquelles les responsables
de l’application des lois peuvent recourir à la force et faire usage des armes à feu ».

Contactez un avocat

Adresse : 55, rue de Turbigo
75003 PARIS
Tél : 01.42.71.51.05
Fax : 01.42.71.66.80
E-mail : contact@cabinetaci.com
Catégories
LE CABINET   (Les obligations négatives et droits de l’homme)
SPÉCIALISTE DROIT PÉNAL    (Les obligations négatives et droits de l’homme)
En premier lieu, Rôle de l’avocat pénaliste
En second lieu, Droit pénal   (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Tout d’abord, pénal général  (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Ensuite, Droit pénal spécial : les infractions du code pénal
Puis, pénal des affaires  (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Aussi, Droit pénal fiscal   (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Egalement, Droit pénal de l’urbanisme  (Les obligations négatives et droits de l’homme)
De même, Le droit pénal douanier   (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Et aussi, Droit pénal de la presse   (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Et ensuite,
pénal des nuisances   (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Et plus, pénal routier infractions   (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Après, Droit pénal du travail    (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Davantage encore, Droit pénal de l’environnement
Surtout, pénal de la famille     (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Par ailleurs, Droit pénal des mineurs
Ainsi, Droit pénal de l’informatique   (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Tout autant, pénal international
Que, Droit pénal des sociétés     (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Lexique de droit pénal
Principales infractions en droit pénal   (Les obligations négatives et droits de l’homme)
Procédure pénale
Notions de criminologie
DEFENSE PENALE
AUTRES DOMAINES
CONTACT

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top