9:30 - 19:30

Nos heures d'ouverture Lun.- Ven.

01 42 71 51 05

Nos avocats à votre écoute

Facebook

Twitter

Linkedin

Cabinet ACI > Domaines de compétence  > Droit civil  > La conclusion du PACS

La conclusion du PACS

La conclusion du PACS voir l’étude détaillée ci-dessous :

Le Pacte Civil de Solidarité (PACS) fut créé par la loi du 15 novembre 1999 et modifié par la loi du 23 juin 2006.

Il est codifié aux articles 515-1 à 515-7 du Code civil.

Le PACS s’avère un « contrat conclu par deux personnes de sexe différent ou de même sexe pour organiser leur vie commune »

(article 515-1 du Code civil).

Plus précisément, il s’agit d’un contrat solennel, qui requiert certaines formalités obligatoires pour produire effet.

La loi du 23 juin 2006 s’est efforcée de corriger un certain nombre d’imperfections qui résultait du texte antérieur.

Elle a accentué le rapprochement du PACS avec le mariage même si des différences importantes demeurent.

I)  …  # Les conditions de fond 

(La conclusion du PACS)

En raison de son caractère contractuel, les dispositions générales relatives aux contrats telles que la théorie des vices du consentement

ont vocation à s’appliquer (cf. Droit des obligations).

Le PACS doit avoir pour objet l’organisation de la vie commune (article 515-1) des partenaires, qu’ils soient de sexe différent ou

de même sexe.

Ces derniers doivent être majeurs.

Selon l’article 515-1, seules deux personnes peuvent conclure un PACS (prohibition de la polygamie en droit français).

La loi prévoit également des empêchements. En effet, les ascendants et descendants en ligne directe, les alliés en ligne directe ainsi

que les collatéraux jusqu’au 3ème degré ne peuvent pas conclure de PACS (article 515-2 1°).

De la même manière, il ne peut y avoir de PACS entre deux personnes dont l’une est déjà engagée dans les liens du mariage, ou déjà

liée par un pacte civil de solidarité (article 515-2 2° et 3°).

II).  —  # Les conditions de forme 

(La conclusion du PACS)

Les partenaires doivent conclure un contrat, qui doit être soit un acte sous seing privé, soit un acte authentique.

(Avant la loi du 23 juin 2006, les partenaires devaient produire deux conventions).

Les partenaires doivent faire une déclaration conjointe au greffe du tribunal d’instance du lieu de résidence (article 515-3 du Code civil).

Depuis la loi du 23 juin 2006, il est fait mention de l’existence du PACS sur leur acte de naissance.

Le greffier enregistre la déclaration et procède aux formalités de publicité. Il informe l’officier d’état civil afin qu’il inscrive l’existence

du PACS, ainsi que le nom du partenaire en marge de l’acte de naissance.

L’enregistrement fait produire au PACS tout son effet.

Les partenaires peuvent modifier le PACS par convention. Cette dernière devra être soumise au greffe afin d’y être enregistrée.

La date d’effet du PACS entre les partenaires est la date d’enregistrement. A l’égard des tiers, le PACS ne leur est opposable qu’à compter du jour

où les formalités sont accomplies, c’est-à-dire lorsqu’il est fait mention du PACS en marge de l’acte de naissance de chaque partenaire.

Il en va de même pour les conventions modificatives.

III).  —  Contacter un avocat

(La conclusion du PACS)

Pour votre défense

avocat

pénalistes francophones

du cabinet Aci assurera efficacement votre défense.

Il vous appartient de prendre l’initiative en l’appelant au téléphone, ou bien en envoyant un mail.

Quelle que soit votre situation : auteur, co-auteur, complice, receleur ou victime d’infractions,

nos avocats vous accompagnent et assurent votre défense durant la phase d’enquête (garde à vue) ;

d’instruction (juge d’instruction, chambre de l’instruction) ; devant la chambre de jugement et enfin,

pendant la phase judiciaire (après le procès, auprès de l’administration pénitentiaire par exemple).

IV).  —  Les domaines d’intervention du cabinet Aci

(La conclusion du PACS)

Cabinet d’avocats pénalistes parisiens 

D’abord, Adresse : 55, rue de Turbigo

75003 PARIS

Puis, Tél : 01.42.71.51.05

Ensuite, Fax : 01.42.71.66.80

Engagement, E-mail : contact@cabinetaci.com

Enfin, Catégories

Premièrement, LE CABINET

En premier lieu, Rôle de l’avocat pénaliste   (La conclusion du PACS)

En somme, Droit pénal  (La conclusion du PACS)

Tout d’abord, pénal général  (La conclusion du PACS)

Après cela, Droit pénal spécial : les infractions du code pénal

Puis, pénal des affaires  (La conclusion du PACS)

Aussi, Droit pénal fiscal  (La conclusion du PACS)

Malgré tout, Droit pénal de l’urbanisme  (La conclusion du PACS)

De même, Le droit pénal douanier  (La conclusion du PACS)

En outre, Droit pénal de la presse  (La conclusion du PACS)

                 Et ensuite,  (La conclusion du PACS)

pénal des nuisances

Donc, pénal routier infractions

Outre cela, Droit pénal du travail

Malgré tout, Droit pénal de l’environnement

Cependant, pénal de la famille

En outre, Droit pénal des mineurs

Ainsi, Droit pénal de l’informatique

En fait, pénal international

Tandis que, Droit pénal des sociétés

Néanmoins, Le droit pénal de la consommation

Toutefois, Lexique de droit pénal

Alors, Principales infractions en droit pénal

Puis, Procédure pénale

Pourtant, Notions de criminologie

En revanche, DÉFENSE PÉNALE

Aussi, AUTRES DOMAINES

Enfin, CONTACT.

No Comments

Leave a Comment