La criminalité carcérale

La criminalité carcérale

La criminalité carcérale est une menace criminelle spécifique. Celle-ci remet en cause toute la philosophie de la peine

et désorganise le fonctionnement normal de la prison.

Il s’agit d’un phénomène étendu qui touche de nombreux pays dans le monde.

Concernant les bandes criminelles carcérales, elles sont de deux sortes.

Tout d’abord, celles qui se forment en prison, ensuite celles qui se reforment en prison avec l’arrivée de leurs meneurs.

Criminalité carcérale : les principales caractéristiques du phénomène 

Il est important d’aborder ces caractéristiques, qui constituent des véritables atouts pour la prospérité de ces bandes criminelles carcérales.

Une adhésion sélective

L’adhésion sélective signifie que l’adhésion au groupe n’est pas du propre fait de l’individu incarcéré.

Elle est du ressort de la hiérarchie du groupe qui va le choisir.

Elle recrute parmi les nouveaux arrivants en exerçant une pression sur ces derniers.

La survie dans les prisons nécessite de la discrétion, mais aussi une forte propension à la violence.

Ainsi, il faut donc que l’individu possède des aptitudes criminelles.

Le critère ethnique peut être un élément déterminant de l’adhésion.

En effet, cela est le cas notamment aux États-Unis où les principaux gangs de prison se sont formés sur une bande ethnique

(ex : les hispaniques ont formé la Mexican Mafia).

La communauté d’intérêts et de compétences est aussi un autre élément déterminant dans l’adhésion.

Dans cette forme de coopération, le nouvel adhérent poursuit une sorte de cursus éducatif.

Ce cursus consiste à lui faire apprendre les codes et les techniques.

Doté de ces codes, le nouvel adhérent évoluera de manière prospère dans la bande.

Les condamnés adhèrent à un gang pour leur propre sécurité, mais pour cela, ils doivent jouer un rôle

en matière de satisfaction en services, qu’il s’agisse de services physiques, sociaux, ou matériels.

Ils doivent, par exemple, procurer des produits.

Une structure hiérarchisée                                                       (La criminalité carcérale)

Pour des raisons de cohésion et de discipline, les bandes criminelles carcérales se constituent une hiérarchie.

Cette structure hiérarchique varie en fonction des bandes criminelles carcérales.

La structure hiérarchisée bien que censée garantir la sécurité et l’efficacité, présente également un inconvénient,

car elle peut être source de faiblesse.

En effet, cette structure permet aux autorités d’exercer des poursuites plus graves, car chacun connait ses chefs

ou ses subordonnés.

Cet inconvénient explique toute l’importance de la loyauté.

La loyauté                                                                                         (La criminalité carcérale)

Cette exigence de loyauté est une nécessité pour la survie des bandes criminelles carcérales,

elle est par ailleurs clairement affirmée par les membres.

Il s’agit simplement du principe « Blood in blood out »,

c’est-à-dire que l’appartenance vaut pour toute la vie, on verse son sang pour entrer et on le verse pour en sortir ;

ainsi sortir du groupe, déserter, trahir peut entrainer la mort comme sanction.

Les autres caractéristiques du phénomène                           (La criminalité carcérale)

Code de conduite

Toutes les bandes criminelles carcérales fonctionnent avec un code de conduite.

L’adhésion au code se traduit par un serment solennel de loyauté.

Violence et intimidation

La violence en prison est omniprésente, elle est l’arme de l’organisation carcérale, elle compromet les détenus, mais aussi les gardiens.

L’aptitude à se battre confère un statut particulier au sein des prisons. Elle permet d’affirmer sa place, d’intimider.

Elle permet aussi de marquer la frontière entre les membres de la bande criminelle carcérale et les gardiens.

La violence entre les membres de différentes bandes est courante, idem pour les violences entre un membre et un non membre.

En revanche, la violence entre membres d’une même bande criminelle carcérale est rare,

car l’organisation de celle-ci repose sur un respect mutuel.

L’intimidation permet au groupe de gérer leurs trafics à l’intérieur même des prisons.

Les dirigeants sont protégés, ils disposent d’un énorme moyen de persuasion/d’intimidation ; à savoir l’argent ou la mort.

Criminalité carcérale : Les principales causes de l’existence des bandes criminelles carcérales                                        (La criminalité carcérale)

Les lois pénales de pratiquement tous les pays prévoient des peines privatives de liberté.

Ces peines de privation de liberté répondent à une triple fonction ; à savoir punir – corriger et empêcher le condamné de nuire à la société.

Or aujourd’hui, la criminalité carcérale constitue une de nos menaces criminelles contemporaines,

cette criminalité prolifère sournoisement dans nos prisons. En effet, il est possible de remarquer de manière bien plus fréquente, des évènements étonnants au sein de nos prisons françaises, comme des trafics élaborés ou encore des affrontements sanglants. Ce phénomène peut sans doute commencer à s’expliquer par la surpopulation carcérale qui génère une promiscuité rendant bien plus difficile la surveillance.

Par ailleurs, il est important de noter qu’au sein de ces prisons,                                                    (La criminalité carcérale)

des groupements organisés détournent de manière progressive la logique pénitentiaire de sa triple fonction et étendent également leur capacité de nuisance à l’extérieur. De sorte, que la criminalité carcérale n’est pas un phénomène qui ne concerne que les prisons, mais est un phénomène qui s’étend bien au-delà des frontières de ces milieux clos. Les communications avec le monde extérieur sont facilitées par les nouvelles technologies.

Il s’agit d’une menace pour la vie en société,                                                                                          (La criminalité carcérale)

car cette criminalité qui s’étend au-delà des prisons a pour conséquence de se substituer totalement aux autorités légitimes. Il s’agit, ici d’une faille peu avouable du système carcéral.

Ce phénomène de criminalité carcérale est une véritable menace, car elle décide de la vie ou de la mort des personnes en prison, selon ses propres règles. Les bandes contrôlent la vie carcérale, décident de tout, et aujourd’hui ses droits acquis empêchent par conséquent de rétablir l’ordre au sein des prisons.

Conclusion                                                                  (La criminalité carcérale)

 

Il est possible de constater que l’administration pénitentiaire ne peut plus limiter la capacité de nuisance de ces bandes criminelles carcérales.

Or le problème est que la prison n’est pas faire pour cela. La prison a pour but premier que le condamné subisse une peine proportionnelle à l’acte criminel qu’il a commis et non pas pour but qu’il se fasse battre, ou encore violer.

Il faut trouver un moyen pour que les choses trouvent un terme, pour que les détenus et gardiens vivent normalement en prison sans violence et intimidation permanente. C’est un phénomène criminel émergent qui menace sérieusement les fondements de notre vie en société.