L'empoisonnement : définition et sanctions

Empoisonnement :

Définition de l’empoisonnement

L’empoisonnement est « le fait d’attenter à la vie d’autrui par l’emploi ou l’administration de substances de nature à entraîner la mort », prévoit l’article 221-5 du Code pénal.
L’empoisonnement est un crime formel. Ainsi, il est constitué par l’attentat lui même , quel qu’en soit le résultat. Donc si la victime ne meurt pas, l’auteur sera quand même poursuivi pour empoisonnement.

Les éléments constitutifs  de l’empoisonnement

Les conditions préalables de l’empoisonnement

Il faut une victime, tierce personne et vivante.
Le produit doit être mortifère :
c’est donc une substance qui est susceptible de donner la mort. Ce caractère mortifère s’apprécie en fonction de l’état du produit donné: soit par sa qualité qui le rend mortifère, comme un poison, soit par son mélange avec d’autres produits, soit par sa quantité (comme le fait d’administrer sur une longue période des doses qui, prises isolément, ne sont pas mortelles).

L’élément matériel de l’empoisonnement :

L’emploi ou l’administration de substance de nature à entraîner la mort

Cet élément est primordial, est ceci peu importe la façon dont l’agent a fait prendre le poison à la victime. Cela peut se mélanger à la nourriture ou à un breuvage, une inoculation par piqûre, une absorption par la respiration ou encore une imprégnation par la peau.
L’exigence du caractère mortifère des substances distingue l’empoisonnement de l’administration de substances nuisibles
article 222-15 du Code pénal), qui par nature porte atteinte à l’intégrité d’une victime et non à la vie.
De plus, il importe peut qu’il soit administré par la personne qui a préparé le poison.

II. L’élément moral de l’infraction de l’empoisonnement

L’élément moral suppose :

  • D’abord, un dol général: L’agent doit avoir la connaissance du caractère mortel de la substance administrée.
  • Et puis un dol spécial: L’agent doit avoir eu l’intention de donner la mort, l’animus necandi.

Par exemple, dans l’affaire du sang contaminé (TC. PARIS, 23 août 1992), les juges ont refusé d’appliquer la qualification
d’empoisonnement du fait du défaut de volonté de tuer.
 

III. Les peines encourues pour l’empoisonnement

C est une infraction formelle : l’infraction d’empoisonnement est consommée dès que les actes sont accomplis et cela même s’ils ne produisent pas le résultat auquel ils devaient aboutir.
La victime n’a donc pas besoin d’avoir subi un préjudice du fait de cette administration pour que l’infraction soit constituée : Il y a donc empoisonnement dès que la victime a reçu le poison.
Cette infraction fait encourir les mêmes peines et circonstances aggravantes que le meurtre : 30 ans de réclusion criminelle.
La tentative est punissable, puisque  cette infraction est un crime.
Le délai de prescription de commence à courir le jour où la substance a été administrée. Il est de 10 ans.
 
Précédent article sur l’empoisonnement :
 

Empoisonnement :

L’empoisonnement est défini par l’art 221-5 du code pénal, comme « Le fait d’attenter à la vie d’autrui par l’emploi ou l’administration de substances de nature à entraîner la mort ».

L’empoisonnement est un crime formel. Ainsi, sa constitution provient de l’attentat lui même , quel qu’en soit le résultat. Donc si la victime ne meurt pas, l’auteur sera quand même poursuivi pour empoisonnement.

I. Les éléments constitutifs

A. Les conditions préalables

Il faut une victime, tierce personne et vivante.

Le produit doit être mortifère: c’est donc une substance qui est susceptible de donner la mort. Ce caractère mortifère sera apprécié en fonction de l’état du produit donné, donc de sa qualité

** Puis, le mélange avec d’autres produits,

** Ensuite, la quantité.

(Comme le fait d’administrer sur une longue période des doses qui, prises isolément, ne sont pas mortelles).

B. L’élément matériel : L’emploi ou l’administration de substance de nature à entraîner la mort

Cet élément est primordial, est ceci peu importe la façon dont l’agent a fait prendre le poison à la victime. Cela peut être mélangé à la nourriture ou à un breuvage, une inoculation par piqûre, une absorbtion par la respiration ou encore une imprégnation par la peau.

L’exigence du caractère mortifère des substances distingue l’empoisonnement de l’ administration de substances nuisibles (art 222-15), qui est de nature à porter atteinte à l’intégrité d’une victime et non à la vie.

De plus, il importe peu qu’il soit administré par la personne qui a préparé le poison.

C. L’élément moral :

Il suppose :

Un dol général: L’agent doit avoir la connaissance du caractère mortel de la substance administrée.

  • Un dol spécial: L’agent doit avoir eu l’intention de donner la mort, l’animus necandi.

Par exemple, dans l’affaire du sang contaminé (TCorr. PARIS, 23 août 1992), les juges ont refusé d’appliquer la qualification d’empoisonnement du fait du défaut de volonté de tuer.

II. Le régime

  • L’empoisonnement est une infraction formelle : l’infraction est consommée dès que les actes sont accomplis et cela même s’ils ne produisent pas le résultat auquel ils devaient aboutir.
  • La victime n’a donc pas besoin d’avoir subi un préjudice du fait de cette administration pour le constitution de l(infraction : Il y a donc empoisonnement dès que la victime a reçu le poison.

III. Les peines encourues

L’empoisonnement encourt les mêmes peines et circonstances aggravantes que le meurtre: 30 ans de réculsion criminelle.

La tentative est punissable, puisque l’empoisonnement est un crime.

Le délai de prescription commence à courir le jour de l’administration de la substance. Il est de 10 ans.

 

Contactez un avocat

Adresse : 55, rue de Turbigo
75003 PARIS
Tél : 01.42.71.51.05
Fax : 01.42.71.66.80
E-mail : contact@cabinetaci.com
Catégories
Premièrement, LE CABINET  (L’empoisonnement)
Deuxièmement, SPÉCIALISTE DROIT PÉNAL
En premier lieu, Rôle de l’avocat pénaliste
En second lieu, Droit pénal
Tout d’abord, pénal général
Ensuite, Droit pénal spécial : les infractions du code pénal
Puis, pénal des affaires
Aussi, Droit pénal fiscal
Également, Droit pénal de l’urbanisme
De même, Le droit pénal douanier
Et aussi, Droit pénal de la presse

                 Et ensuite,    

pénal des nuisances
Et plus, pénal routier infractions
Après, Droit pénal du travail
Davantage encore, Droit pénal de l’environnement
Surtout, pénal de la famille
Par ailleurs, Droit pénal des mineurs
Ainsi, Droit pénal de l’informatique
Tout autant, pénal international
Que, Droit pénal des sociétés
En dernier, Le droit pénal de la consommation
Troisièmement, Lexique de droit pénal
Quatrièmement, Principales infractions en droit pénal
Et puis, Procédure pénale
Ensuite, Notions de criminologie
Également, DÉFENSE PÉNALE
Aussi, AUTRES DOMAINES
Enfin, CONTACT
 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top