9:30 - 19:30

Nos heures d'ouverture Lun.- Ven.

01 42 71 51 05

Nos avocats à votre écoute

Facebook

Twitter

Linkedin

Cabinet ACI > Actualités juridiques  > Les crimes contre l’humanité en droit pénal français

Les crimes contre l’humanité en droit pénal français

Les crimes contre l’humanité en droit pénal français : 

Le crime contre l’humanité a été introduit dans le Code pénal français en 1994. Cependant,

il été auparavant visé par des textes internationaux. En effet, la Charte du tribunal de Nuremberg

définissait à son article 6-c le crime contre l’humanité. Ce texte a été fondamental en ce qu’il a

permis la répression des crimes contre l’humanité devant les juridictions françaises avant même

la rédaction de ce dernier dans le Code pénal.

L’arrêt Touvier du 6 février 1975 va consacrer l’autonomie du crime contre l’humanité par rapport

aux crimes de guerre. Cela a eu comme conséquence d’accorder la compétence aux juridictions

de droit commun. En effet, auparavant compétence été réservée à la Cour de sûreté de l’État

(ancienne juridiction d’exception supprimée en 1981). La Jurisprudence en s’appuyant sur

la Charte du tribunal de Nuremberg va développer la notion de crime contre l’humanité, la préciser,

tant dans le rappel de l’imprescriptibilité ou dans le fait qu’il pouvait être commis à l’encontre de

« toute population civile » et les résistants lors de la Seconde Guerre mondiale.

Tout cela va grandement influencer le législateur au cours de leur rédaction de l’article. 

Ainsi, c’est avec le code pénal du 1er mars 1994 qu’on verra apparaître aux articles 211-1 et suivant

l’incrimination de crimes contre l’humanité (en effet cette notion exprime une multiplicité d’infractions).

Celui-ci fut modifié par la loi du 9 août 2010 portant adaptation du droit pénal à l’institution

de la Cour pénale internationale, elle vient élargir le domaine d’application du génocide

et du crime contre l’humanité.

L’article 211-1 vient diviser les inculpations de crimes contre l’humanité entre le génocide (I)

des autres crimes contre l’humanité (II) et c’est ce que nous aborderons ici.

 I).  —  Du génocide.  (Les crimes contre l’humanité en droit

pénal français)

     A).  —  Du génocide.

Ce n’est que par la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide de 1948

que ladite infraction s’est enfin vu offrir une définition légale de la par de l’impulsion du juriste

Raphaël Lemkin. Cette notion va marquer une évolution majeure dans l’appréhension de ces

crimes d’ampleur en ce qu’il peut être commis en temps de guerre, mais aussi de paix.

En effet, devant le tribunal militaire de Nuremberg le crime contre l’humanité ne pouvait être

caractérisé sans la preuve d’un lien entre les faits et une situation de guerre. Cependant, la France

n’a introduit l’incrimination dans son code pénal qu’en 1992 et la première condamnation à ce titre

fut prononcée le 14 mars 2014 par la Cour d’Assises de Paris à l’encontre d’un ressortissant rwandais.

Ainsi, l’article 211-1 du Code pénal dispose :

« Constitue un génocide le fait, en exécution d’un plan concerté tendant à la destruction totale

ou partielle d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux, ou d’un groupe déterminé à partir

de tout autre critère arbitraire, de commettre ou de faire commettre, à l’encontre de membres de

ce groupe, l’un des actes suivants :

     — atteinte volontaire à la vie ;

     — atteinte grave à l’intégrité physique ou psychique ;

     — soumission à des conditions d’existence de nature à entraîner la destruction totale ou partielle

           du groupe ;

     — mesures visant à entraver les naissances ;

     — transfert forcé d’enfants.

Le génocide est puni de la réclusion criminelle à perpétuité ».

          a).  —  De l’élément matériel du génocide. (Les crimes contre l’humanité en droit

pénal français)

               1).  —  Le plan concerté. 

Cette exigence est une spécificité du droit pénal français.

Une première difficulté réside dans l’absence de définition précise de la notion, pour autant la Cour de

cassation, lors de l’affaire Barbie, a estimé qu’elle était un élément essentiel de l’infraction. Didier Rebut

vient expliquer qu’il convient que l’acte de l’auteur « relève de l’exécution d’un plan ayant cette finalité

[à savoir la destruction totale ou partielle d’un groupe], ce qui requiert de l’établir ainsi que l’intégration

de l’acte dans ce plan » (Didier Rebut, droit pénal international, Dalloz, §934).

En d’autres termes, les actes commis le seront en application dudit plan concerté.

Le plan concerté est l’illustration du caractère organisé et systématique du génocide et de ce fait exclue

tout acte isolé. Cela permet une approche pragmatique des phénomènes génocidaires. Ainsi, ce plan doit

poursuivre la destruction totale ou partielle du groupe.

Le caractère fomenté de ce plan écarte toute notion de spontanéité, dès lors, si une manifestation dégénère

et qu’un groupe spécifique subit certaines exactions de ce fait on ne pourra retenir la qualification

de génocide.

L’article 211-1 du Code pénal ne précise point par qui le génocide doit être commis, ce n’est donc pas

une infraction attitrée. Dans ces conditions, l’exécution du plan concerté n’est pas forcément effectuée

par les autorités étatiques, elle également relevée du fait d’un groupe ou d’une organisation criminelle

(Cour d’Assises de Seine–Saint-Denis le 3 décembre 2016, le plan concerté peut « s’entendre comme

le fait d’un groupe informel éventuellement organisé, mais distinct de toute autorité ».).

Une ultime difficulté réside dans la preuve d’un tel plan, il est rare que ce dernier fasse l’objet

de déclaration officielle, ainsi, en pratique il est souvent déduit par les actes commis, comme la

« généralisation de massacre avec un mode opératoire identique » (Id, §934).

               2).  —  Les différents actes constitutifs d’un génocide.

L’article 211-1 du Code pénal prévoit une liste d’actes constituants du génocide, à savoir :

« atteinte volontaire à la vie ; atteinte grave à l’intégrité physique ou psychique ; soumission

à des conditions d’existence de nature à entraîner la destruction totale ou partielle du groupe ;

mesures visant à entraver les naissances ; transfert forcé d’enfants. »

La notion d’atteinte volontaire à la vie permet d’appréhender un spectre plus large d’actes criminels,

elle englobe tant, les meurtres, les assassinats que les empoisonnements. Cependant, l’usage du terme

« d’atteinte à » fut critiqué pour son manque de précision. Ce qu’il faut comprendre c’est que

l’incrimination française de génocide s’inspire du droit international pénal où la sémantique

des infractions est différente. Comme le précise le professeur Didier Rebut « c’est un crime

de droit international réprimé par le droit français » (Id, §935).

               3).  —  L’objet de l’incrimination : le groupe.  (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

L’objet visé par l’infraction de génocide est un groupe particulier.

Ce groupe doit être visé de manière discriminée, c’est-à-dire du fait de leur nationalité, race,

ethnie, religion ou « tout autre critère arbitraire ». Ce dernier point est intéressant en ce

qu’il permet de ne pas se limiter dans le caractère spécifique des groupes. Dès lors, en droit

pénal français, ce dit critère pourrait être socio-économique, politique ou culturel

(ce qui serait impossible en droit international pénal).

Ainsi, les victimes doivent avoir été visées du fait de leur appartenance au groupe.

Une question se pose concernant l’identification du groupe. En effet, le groupe doit-il l’être

aux yeux de l’auteur ou du fait d’élément objectif ? En d’autres termes, le groupe doit-

il relever de la subjectivité de l’auteur ou de l’objectivité des faits ? C’est un débat complexe,

en ce que souvent des thèses raciales sont en jeu. La jurisprudence en droit international

pénal tend vers l’établissement d’une réalité objective dans la détermination d’un groupe

particulier. Dans son arrêt Stakic du 22 mars 2006, le Tribunal pénal international pour

l’ex-Yougoslavie affirme que « la seule définition subjective n’est pas suffisante pour

délimiter les groupes victimes au sens de la Convention sur le génocide ».

En somme, la tendance actuelle est à l’adjectivisation dans l’appréhension du groupe ciblé.

Cela permet d’exclure la qualification d’acte de génocide lorsque la victime est considérée,

par l’auteur de l’acte, comme relevant du groupe qui est sa cible alors qu’elle n’appartient

pas, en réalité, à ce groupe.

Le contentieux en matière de génocide est peu étayé en droit pénal français, ainsi l’influence

des décisions internationales représente une source importante de réflexion pour nos juges

nationaux, qui, sans spéculer, pourraient être amenés à avoir une vision similaire.

               d).  —  La finalité de l’incrimination : la destruction totale ou partielle du groupe.

Enfin, l’infraction doit poursuivre une « destruction totale ou partielle » du groupe.

Plus précisément, c’est le plan concerté qui doit tendre vers cette destruction. Dès lors, il faut

bien comprendre que l’article 211-1 du Code pénal exige cette finalité dans la conception

intrinsèque du plan concerté. Ce n’est donc pas une obligation de résultat dans la destruction

effective en tout ou en partie d’un groupe.

Ainsi, l’anéantissement complet du groupe n’est pas une condition sine qua non de la qualification

de l’infraction, sa destruction partielle suffit. Mais qu’entendre par « partielle ».

Est-ce une part quantitative, ou qualitative ? Faut-il qu’une majorité du groupe soit détruite,

ou la surpression de quelques membres du groupe répond-elle à la caractérisation de l’infraction ?

Seule une approche casuistique permet d’apprécier cette notion. En effet, l’importance de l’aspect

quantitatif (dans le nombre de victimes), ou qualitatif (dans la destruction des membres à l’impact

substantiel sur le groupe) va dépendre des circonstances, du contexte…

Du moins, il faut maintenir l’idée d’une certaine gravité de la part de la sémantique du terme

de destruction, l’acte isolé sur un seul membre du groupe ne peut, de manière pragmatique,

permettre d’englober cet acte sous la qualification de génocide.

Cependant quid de l’effectivité de cette destruction. L’article 211-1 du Code pénal dispose

« Constitue un génocide le fait, en exécution d’un plan concerté tendant à la destruction 

totale ou partielle »,

dès lors si la démonstration de l’existence d’un plan concerté tendant vers cette finalité est faite,

alors, même si cette destruction n’a pas été effective, le génocide pourrait être retenu.

C’est un point complexe à marquer présentement en ce qu’il frôle les frontières entre élément

matériel et moral.

          b).  —  De l’élément moral du génocide. (Les crimes contre l’humanité en droit

pénal français)

Tout d’abord, il faut établir un dol général, c’est-à-dire une volonté de commettre l’acte et de

provoquer le résultat qui lui est attaché. Il s’agira ici, d’une intention de perpétrer une atteinte

à la vie, à l’intégrité physique ou encore un transfert forcé d’enfant.

La complexité dans la compréhension de l’élément moral du génocide ne réside donc pas dans

le dol général, mais dans l’existence, ou non, d’un dol spécial, en d’autres termes il s’agit d’une

volonté de parvenir à un résultat déterminé, spécifique, souvent la résultante d’une consécration

d’un mobile au travers de l’élément moral.

L’article 211-1 du Code pénal a donné lieu à une lecture partagée de la doctrine dans l’exigence ou

non d’un dol spécial. En effet, en droit international pénal, son existence ne fait aucun doute,

le dol spécial réside dans l’intention de destruction du groupe. Néanmoins, en droit pénal

français cette dernière est moins claire du fait de l’exigence de la notion de plan concerté.

Si pour la professeure Valérie Malabat « il faut en déduire l’exigence d’un dol spécial à savoir

la volonté pour l’auteur de ces actes de parvenir à ce résultat caractéristique qu’est la

destruction d’un groupe arbitrairement déterminé » (Droit pénal spécial, Dalloz, §19)

pour Didier Rebut, l’article 211-1 « ne prévoit pas d’intention de destruction »

(Justice pénale internationale, Dalloz, §936). Ainsi, cette dernière aurait été déplacée

dans le plan concerté qui doit tendre vers cette destruction. Dès lors, ce dol spécial

y serait induit en ce que l’auteur doit avoir conscience d’agir dans le cadre de ce plan

qui lui-même est imprégné de cette logique de destruction.

En somme, il faudrait pour caractériser l’élément moral à la fois démontrer le dol général,

mais également une connaissance, par l’auteur, d’agir dans le cadre du plan concerté.

          c).  —  Le cas spécifique de la provocation au génocide. (Les crimes contre

l’humanité en droit pénal français)

L’article 211-2 dispose :

« La provocation publique et directe, par tous moyens, à commettre un génocide est punie

de la réclusion criminelle à perpétuité si cette provocation a été suivie d’effet.

Si la provocation n’a pas été suivie d’effet, les faits sont punis de sept ans d’emprisonnement

et de 100 000 € d’amende ». 

La provocation au génocide a été introduite en droit pénal français par la loi du 9 août 2010

à l’article 211-2 du Code pénal. L’infraction sauvegarde une certaine spécificité française par

rapport à la Cour pénale internationale. En effet, la provocation au génocide est une violation

à part entière dans notre ordre juridique interne alors que dans le Statut de Rome (texte qui

régit la CPI) cette même provocation est un mode de participation à l’infraction de génocide.

Tout d’abord, il faut établir une provocation, à savoir une incitation à commettre un acte.

Celle-ci doit être publique et directe, une formule qui se veut l’expression de l’atteinte à l’ordre

public et exclut également toutes provocations dans des réunions et lieux privées, sans moyens

de diffusion vers le public.

Cette provocation est un appel dont l’inhérente nature est l’inscription dans une démarche

de destruction d’un groupe donné. L’objectif est de pousser des individus à commettre de tels actes.

Concernant l’élément moral, celui-ci réside dans le seul caractère volontaire de la provocation.

L’infraction prévoit deux régimes de peines selon le résultat ce qui s’explique par une nécessité

de proportionnalité. Premièrement, si la provocation a été suivie d’effet, c’est-à-dire une mise

en exécution d’un génocide, alors, l’infraction devient un crime réprimé par la perpétuité.

Enfin, si l’incitation n’a pas été suivie d’effet alors la peine encourue est de sept ans d’emprisonnement.

II).  —  Des autres crimes contre l’humanité.

(Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

La catégorie des autres crimes contre l’humanité se décline en trois qualifications, les autres crimes

contre l’humanité dirigés contre les autres populations civiles (1),

les autres crimes contre l’humanité dirigés contre les combattants (2),

et la participation à un groupement préparant un crime contre l’humanité (3).

Ceux-ci obéissent à une nécessité de distinction afin d’appréhender aux mieux toutes les subtilités

que peuvent offrir ces phénomènes criminels.

     A).  —  Des autres crimes contre l’humanité dirigés contre les populations

civiles. 

L’article 212-1 du Code pénal est inspiré de l’article 6 c du statut du tribunal militaire de Nuremberg,

il dispose notamment que « Constitue également un crime contre l’humanité et est puni de

la réclusion criminelle à perpétuité l’un des actes ci-après commis en exécution d’un plan concerté

à l’encontre d’un groupe de population civile dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique ».

Cet article a subi une réforme en 2010 par la loi portant adaptation du droit pénal à l’institution de la CPI.

Derrière cette réforme s’est joué un fort enjeu de souveraineté. En effet, l’article 17 du Statut de Rome

impose la compétence de la CPI si un État ne poursuit pas les crimes relevant de sa juridiction.

Dès lors, le législateur français, afin de ne pas se voir accaparer sa compétence sur certaines affaires,

a rapproché la définition du crime contre l’humanité de celle prévue par le Statut de Rome.

Néanmoins, l’article 212-1 conserve certaines spécificités propres au droit pénal français.

         a).  —  De l’élément matériel des crimes contre l’humanité contre les populations

civiles.  (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

               1).  —  Le plan concerté. 

Le plan concerté de l’article 212-1 se distingue de celui du génocide dans sa finalité en ce qu’il ne

poursuit pas la destruction d’un groupe visé. Ici, la notion de plan concerté vient traduire

le particularisme du crime contre l’humanité qu’est son caractère organisé, prémédité, planifié.

Souvent il est décrit comme un « crime administratif » du fait de son échelle et des moyens

d’élaborations.

Le caractère « concerté » du plan exclut, comme pour le génocide, toute dimension de spontanéité.

Enfin, on peut déduire des faits le caractère organisationnel intrinsèque du plan. Que ce soit par

l’ampleur des massacres, l’efficience de la logistique et de la mise en exécution des exactions,

par la mise en place de relais de propagande appelant à commettre de tels actes…

               2).  —  Le groupe.

L’objet de l’infraction de crime contre l’humanité est aussi un point de distinction par rapport

au génocide. Là où le génocide vient appréhender l’individualité des victimes du groupe

de par leurs caractéristiques propres, le crime contre l’humanité va a contrario embrasser

une approche collectiviste du groupe. En effet, celui-ci ne doit plus présenter de caractère

discriminant par un quelconque critère de distinction.

Le groupe concerne toute la population civile, les victimes ici sont donc non discriminées,

en d’autres termes, les auteurs du crime contre l’humanité ne font aucune distinction entre elles.

Néanmoins, le terme de « civile » amène à exclure les combattants du cadre de l’infraction.

En somme, cette notion de groupe n’exprime seulement que la pluralité des victimes civiles.

               c).  —  Une attaque généralisée ou systématique. 

Cette condition d’une « attaque généralisée ou systématique » est directement tirée du Statut de Rome.

Ces critères ne sont pas cumulatifs.

D’une part, le caractère généralisé renvoie à une approche quantitative de l’attaque

(nombre de victimes, l’étendue de la zone géographie, la fréquence des actes incriminés…)

En somme, il s’agit d’apprécier l’échelle de l’attaque.

D’autre part, le caractère systématique renvoie à une approche qualitative de l’attaque.

En d’autres termes, ici il faut observer le caractère organisé des actes prohibés, l’intelligence qui est mise

au service du plan ou encore la coordination des acteurs…

On observe ici une évidente proximité avec le plan concerté.

À ce titre le professeur Didier Rebut fait remarquer que « les cours d’Assises qui ont appliqué

la qualification de crimes contre l’humanité n’ont pas caractérisé distinctement l’exigence

d’une attaque généralisée ou systématique pour en faire état dans leur caractérisation du plan concerté »

(Didier Rebut, droit pénal international, Dalloz, §947).

               d).  —  Les actes constitutifs du crime contre l’humanité à l’égard des populations civiles

La matérialité de l’infraction s’exprime par l’accomplissement d’un des actes visés à l’article 212-1

du Code pénal notamment :

1° l’atteinte volontaire à la vie ; 2° l’extermination ; 3° la réduction en esclavage ; 4° la déportation

ou le transfert forcé de population ; (…) 10° Les actes de ségrégation commis dans le cadre d’un

régime institutionnalisé d’oppression systématique et de domination d’un groupe racial sur tout

autre groupe racial ou tous autres groupes raciaux et dans l’intention de maintenir ce régime ;

11° Les autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes

souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou psychique »…

            Ainsi, au travers de cette multiplicité d’actes le législateur français a réussi à illustrer tout

un panel d’atteinte à la liberté, à la dignité, à la vie et à l’intégrité physique. Néanmoins, on peut

émettre des critiques par rapport à l’emploi de certains termes comme « grave » « gravité comparable »

« grandes souffrances ». Ce sont des termes vagues, flous et non définis. Or le droit pénal doit éviter

de tels manques de clarté qui pourraient amener à des interprétations trop extensives de la part des juges.

Il en est de même pour le point 11°. En effet, l’article 212-1 évoque des actes inhumains de

« caractère analogue ». Cela permet d’englober des faits qui ne sont pas visés aux précédents

alinéas, et semble poursuivre une logique de nécessité dans l’appréhension de phénomènes

qui ne pourraient raisonnablement être listés exhaustivement tant l’ingéniosité humaine

en matière criminelle peut être imprévisible. Cependant, reste que cette « infraction résiduelle »

au champ extrêmement large peut-être critique du point de vue du principe de légalité.

          b).  —  De l’élément moral des crimes contre l’humanité contre les populations civiles.

(Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Tout d’abord, il faudra établir le dol général concernant les actes matériels de l’infraction.

En d’autres termes, l’auteur devra agir en connaissance de la commission de son acte et dans

la volonté d’atteindre le résultat de tels actes. Cependant, y’— a-t-il un dol spécial ?

Avant la réforme du 9 août 2010, l’article imposait que l’acte soit inspiré par des motifs

discriminatoires, cependant cette condition a été supprimée. Dès lors, en lui-même, le crime

contre l’humanité à l’encontre des populations civiles ne nécessite pas la caractérisation d’un

dol spécial. Exception reste du point 10° sur la ségrégation qui prévoit un tel dol en l’exigence

d’établir la volonté, pour l’auteur, de poursuivre un but spécifique qu’est le maintien d’un

régime institutionnalisé d’oppression systématique et de domination d’un groupe racial sur un autre.

Enfin, il n’est pas non plus exigé dans l’intention, l’adhésion idéologique au plan concerté, l’auteur

doit seulement avoir conscience d’agir dans le cadre de celui-ci.

     B).  —  Des autres crimes contre l’humanité dirigés contre les combattants.

(Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

L’article 212-1 du Code pénal concerne donc les populations civiles, quid donc des combattants ?

Certains de ceux-ci vont faire l’objet d’une protection à l’article 212-2 du Code pénal qui dispose que

« Lorsqu’ils sont commis en temps de guerre en exécution d’un plan concerté contre ceux qui

combattent le système idéologique au nom duquel sont perpétrés des crimes contre l’humanité,

les actes visés à l’article 212-1 sont punis de la réclusion criminelle à perpétuité ».

Cet article est la reprise de la solution de la Cour de cassation dans l’affaire Barbie.

Cela a permis la poursuite d’auteurs de crimes à l’encontre des résistants sous la qualification de

crime contre l’humanité et non de crime de guerre. L’article 212-2 opère un renvoi à l’article 212-1

du Code pénal. En effet, les éléments matériels sont quasiment similaires. Les principales

distinctions tiennent en la qualité spécifique des victimes et les circonstances des faits.

En effet, l’infraction ne concerne pas un groupe de population civile mais « ceux qui combattent ».

Ainsi subsiste cette nécessité de pluralité des victimes, mais qui ont cette fois cette particularité

de combattre le système qui perpètre les actes incriminés.

De plus, les actes doivent avoir eu lieu en temps de guerre.

Par combattants on entend donc des miliaires, mais aussi les civils et les résistances qui s’inscrivent

dans une lutte d’opposition armée, ou non, à l’encontre du « système idéologique au nom duquel

sont perpétrés des crimes contre l’humanité ».

En somme, c’est ici le champ d’application de l’infraction qui diffère de l’article 212-1 du Code pénal,

les éléments matériels restent, eux, identiques à celui-ci.

Concernant l’élément moral, il faudra uniquement établir un dol général. 

      C).  —  La participation à un groupement préparant un crime contre

l’humanité. (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Cette infraction est prévue par l’article 212-3 du Code pénal « La participation à un groupement

formé ou à une entente établie en vue de la préparation, caractérisée par un ou plusieurs faits

matériels, de l’un des crimes définis par les articles 211-1212-1 et 212-2 est punie de la réclusion

criminelle à perpétuité ».

Le législateur a repris exactement la même formulation présente à l’article 450-1 du Code pénal

sur l’association de malfaiteurs. Il fallait cependant créer une infraction distincte de cette dernière

en ce que l’association de malfaiteurs ne prévoit qu’un maximum de dix ans d’emprisonnement.

Or ici, l’article 212-3 faire encourir une peine à perpétuité. L’incrimination à la participation

à un groupement préparant un crime contre l’humanité permet d’appréhender ce phénomène

dès le début de l’iter criminis. 

III).  —  Du régime de poursuite et de répression des crimes

contre l’humanité.  (Les crimes contre l’humanité en droit

pénal français)

     A).  —  Compétence universelle, primauté des Tribunaux internationaux et principe

de complémentarité de la Cour pénale internationale. 

Une première question se pose pour savoir devant quelle juridiction les auteurs de ces crimes seront jugés.

En effet, la France présente une compétence universelle (689-1 et suivants du code de procédure pénale)

en matière de crimes contre l’humanité. C’est-à-dire que les juridictions françaises peuvent se prononcer

compétente pour juger une affaire concernant de tels crimes qu’importe le lieu de commission,

de la nationalité de l’auteur ou des victimes ou des intérêts atteints par les faits. En d’autres termes,

une Cour d’Assises française peut se voir confier un tel procès sans pour autant connaitre un quelconque

critère de rattachement en termes de compétence. Une seule exigence réside dans la nécessité d’avoir

appréhendé l’individu sur le territoire français.

Néanmoins, cette compétence universelle se voyait exceptionnelle en raison du principe de primauté

des Tribunaux internationaux. Celui-ci concerne les tribunaux pénaux internationaux pour le Rwanda

(TPIR) et pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), il est posé respectivement aux articles 9 du statut TPIR et 10

du statut des TPIY. Ce principe fait en sorte que les faits déjà jugés par ces Tribunaux internationaux

ne peuvent se voir présentés devant une juridiction française, cependant le contraire est possible

(sous certaines conditions). Cependant, les TPI ont cessé leurs activités ce qui rend cette règle sans portée.

Enfin, il existe la Cour pénale internationale notamment compétente pour les crimes contre l’humanité

et génocide (qu’elle distingue). Le Statut de Rome prévoit un principe de complémentarité, c’est-à-dire

qu’elle ne prendra en charge l’affaire, si un État a compétence, qu’en cas d’absence de volonté ou de

moyen de ce dernier dans l’exercice d’enquête ou de poursuites (article 17 [1] [a] du Statut de Rome).

     B).  —  Les acteurs de la répression. (Les crimes contre l’humanité en

droit pénal français)

Une deuxième question se pose. Qui sont les acteurs de la répression des crimes contre l’humanité

en France ? Il existe plusieurs organes en la matière.

Notamment, l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes

de guerre (OCLCH) créés en 2013. C’est un organisme d’enquête composé de gendarmes, de policiers

et d’experts notamment chargés d’enquêter sur le territoire français et à l’étranger (s’il existe une

entraide pénale internationale) sur des faits de crimes contre l’humanité et en traque les auteurs.

Il existe également le pôle crime contre l’humanité, crimes et délits de guerre du tribunal judiciaire

de Paris spécialisé dans ce contentieux. Il est une section dédiée appartenant au parquet national

antiterroriste et est composé de plusieurs magistrats et assistants spécialisés. La France est donc

équipée d’un arsenal de répression particulièrement formé pour appréhender la complexité et

la spécificité de telles affaires.

     C).  —  Les peines. 

Du fait de la particularité de ces crimes, de leur ampleur et résonnance dans l’Histoire, les crimes

contre l’humanité sont imprescriptibles et la peine encourue est la perpétuité.

IV).  —  Contacter un avocat

(Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Pour votre défense

211-1 du code pénal

211-2 code pénal

articles 211-1 et 212-1 du code pénal

avertissement apprenti mineur=

212-3 code pénal

accident mineur au volant=

accueil provisoire protection de l’enfance

acte criminel mineur

autorisation de travail mineur isolé

autorisation parentale travail mineur gratuit

actes de génocide

adoption mesure de protection de l’enfance

achet 1915 le génocide arménien

agression physique sur mineur peine      (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Australie crime contre l’humanité

autorisation de travail mineur étranger cerf

agression sur mineur peine

alcool au volant mineur

amende mineur au volant

Australie crime contre l’humanité

autorisation de travail mineur étranger cerf

amende pour vol mineur

opj protection de l’enfance

article 7 crime contre l’humanité

article l 211-1 du code pénal

apologie crime contre l’humanité code pénal

article 212-3

article 6 statut du tribunal militaire international de Nuremberg

apologie de crime contre l’humanité

article 6 statut de Nuremberg

article 6 statut du tribunal de Nuremberg

apologie de crime contre l’humanité code pénal

article 212-3 du code pénal=

article 6 c du statut du tribunal de Nuremberg

apologie de crime contre l’humanité peine

article 212-3

article 212-3 du code pénal=

apologie de crimes contre l’humanité

article 211-2 code pénal

article 211-2 du code pénal

appel mesure d’assistance éducative                                                    (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

article 211-1 du code pénal

article 211-2

application des peines pour mineur

avocat pénal pour mineur

casier criminel mineur=

cesse protection de l’enfance=

c’est quoi un crime contre l’humanité

c’est quoi une mesure éducative

charte tribunal Nuremberg

cigarette au volant mineur=

citation sur le mineur délinquant

code criminel mineur

code du travail apprenti mineur

crime contre l’humanité Bosnie

crime contre l’humanité but

code du travail mineur

crime commis par un mineur de moins de 13 ans

crime commis par un mineur de moins de 16 ans

code du travail mineur 16 ans

code du travail mineur 17 ans

contestation crime contre l’humanité=

contestation crime contre l’humanité code pénal                                    (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

code du travail mineur moins de 16 ans

code du travail restauration mineur

condamnation crime contre l’humanité

condamnation pénale pour mineur

code du travail stagiaire mineur

code justice pénale mineur

condamnation pour crime contre l’humanité

condamnation pour mineur

code pénal corruption de mineur=

code pénal crime contre l’humanité

coloniser est un crime contre l’humanité

composition pénale mineur

code pénal détournement de mineur

code pénal génocide

colonisation crime contre l’humanité Onu

colonisation de crime contre l’humanité                                                  (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

code pénal mineur de 15 ans

code pénal mineur de 16 ans

colonisation Algérie crime contre l’humanité

colonisation crime contre l’humanité

code pénal mineur de moins de 15 ans=

code pénal pour mineur

colonialisme crime contre l’humanité

colonisation crime contre l’humanité historien

composition pénale pour mineur

comprendre le génocide des arméniens 1915 à nos jours

comprendre le génocide rwandais=

condamné pour crime contre l’humanité=

conduire sans permis mineur sanction=

conduite sans permis mineur sanction 2018=

constitutif définition

constitutifs

convention crime contre l’humanité

constitutifs définition

contestation de crime contre l’humanité

contester une mesure d’assistance éducative

contrat de travail étudiant mineur

contrat travail jeune mineur                                                                  (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

contravention mineur moins de 13 ans

convention contre le génocide

corruption de mineur droit pénal

corruption mineur code pénal

création de la notion de crime contre l’humanité

crime commis par un mineur=

crime contre l’humanité génocide différence

génocide 1915

génocide 1948

crime contre l’humanité indien=

crime contre l’humanité

harcèlement de mineur

harcèlement entre mineur

crime contre l’humanité 11 septembre

crime contre l’humanité 1945

génocide rwandais dates

génocide tutsi

crime contre l’humanité 2020

crime contre l’humanité 2nd guerre mondiale

génocide procès Brussel

harcèlement contre mineur

crime contre l’humanité accusés

crime contre l’humanité actualité

génocide première guerre mondiale

crime contre l’humanité Algérie

crime contre l’humanité allemand

génocide Nuremberg

génocide planétaire

crime contre l’humanité article

crime contre l’humanité article 7

génocide droit international

génocide nombre de victimes

crime contre l’humanité Belgique

crime contre l’humanité Bnp

génocide définition

génocide non reconnu par l’ONU

crime contre l’humanité citation                                                            (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

crime contre l’humanité code pénal

génocide crime contre l’humanité

génocide crime contre l’humanité différence

crime contre l’humanité code pénal français

crime contre l’humanité colonisation

génocide Cambodge

génocide code pénal français

crime contre l’humanité condamnation

crime contre l’humanité cour pénale internationale

génocide amérindien

génocide arménien date

crime contre l’humanité CPI

crime contre l’humanité date création

génocide 21ème siècle

génocide actuel                                          (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

crime contre l’humanité def

crime contre l’humanité def histoire

génocide 1995

génocide 1er guerre mondiale

crime contre l’humanité def simple

crime contre l’humanité définition CPI

génocide 1982

génocide 1994

crime contre l’humanité définition histoire=

crime contre l’humanité définition juridique

génocide au Rwanda                                                                          (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)                 

définition crime contre l’humanité code pénal

définition crime de guerre et crime contre l’humanité

crime contre l’humanité définition seconde guerre mondiale=

crime contre l’humanité définition simple

détournement mineur code pénal

détournement mineur code pénal haïtien

crime contre l’humanité droit français

crime contre l’humanité droit international

détournement de mineur code criminel

détournement de mineur crime ou délit

crime contre l’humanité droit pénal

crime contre l’humanité en allemand

déroulement du génocide rwandais

détournement de mineur droit pénal

crime contre l’humanité en France

crime contre l’humanité esclavage

détournement de mineur droit pénal

crime contre l’humanité en France                                                                      (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

crime contre l’humanité et crime de guerre

demander une mesure d’assistance éducative

déroulement du génocide

crime contre l’humanité et génocide

crime contre l’humanité et persécution

délit de contestation de crime contre l’humanité

développement construit sur le génocide arménien

crime contre l’humanité exemple

crime contre l’humanité ex-Yougoslavie

définition génocide code pénal

définition juridique crime contre l’humanité

crime contre l’humanité fondateur

crime contre l’humanité France

définition du mot crime contre l’humanité

définition d’un crime contre l’humanité

crime contre l’humanité général

crime contre l’humanité génocide

définition du crime contre l’humanité

délaissement de mineur code pénal

crime contre l’humanité gouvernement français                              (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

crime contre l’humanité guerre

définition de crime contre l’humanité

définition de crimes contre l’humanité

crime contre l’humanité guerre d’Algérie

crime contre l’humanité Hiroshima

définition crimes contre l’humanité

définition de constitutif

la colonisation a été un crime contre l’humanité

crime contre l’humanité imprescriptible

crime contre l’humanité Israël

le génocide vendéen

le génocide voilé

crime contre l’humanité japon

crime contre l’humanité jeu

le génocide rwandais résumé

le génocide voilé Amazon

crime contre l’humanité jugement

crime contre l’humanité juridiction compétente                                        (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

le génocide franco français

le génocide franco français la Vendée vengé

crime contre l’humanité khmer rouge

crime contre l’humanité Kosovo

le génocide arménien résumé

le génocide des rohingyas

crime contre l’humanité la loi

crime contre l’humanité le monde

le génocide arménien pdf

le génocide des tutsi au Rwanda

crime contre l’humanité Légifrance

crime contre l’humanité Libye

le génocide arménien 3ème

le génocide arménien histoire 3ème

crime contre l’humanité lieu

crime contre l’humanité liste

le génocide amérindien

le génocide arménien

crime contre l’humanité mondiale

crime contre l’humanité nations unies                                  (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

le génocide

le génocide juif

crime contre l’humanité nouvelle

crime contre l’humanité Nuremberg

le déroulement du génocide arménien

Le droit pénal au sein de l’ordre juridique international

crime contre l’humanité Onu

crime contre l’humanité origine

le crime contre l’humanité

le crime de silence le génocide des arméniens

crime contre l’humanité Palestine

crime contre l’humanité peine

la Turquie reconnait le génocide arménien

l’article 323-3 du code pénal

crime contre l’humanité peine de mort

crime contre l’humanité pendant la seconde guerre mondiale

la répression des crimes contre l’humanité

la Turquie a-t-elle reconnu le génocide arménien                                                            (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)                                               

crime contre l’humanité Polynésie

crime contre l’humanité prescription

la notion de crime contre l’humanité genèse et évolution

la protection de l’enfance en danger

crime contre l’humanité procès de Nuremberg

crime contre l’humanité récent

la notion de crime contre l’humanité

la notion de crime contre l’humanité est-elle toujours d’actualité

crime contre l’humanité reconnu

crime contre l’humanité rétroactivité

la justice pénale pour mineur

la justice pour mineur

crime contre l’humanité Rwanda

crime contre l’humanité sanction

la colonisation un crime contre l’humanité

la justice des mineur

crime contre l’humanité seconde guerre mondiale

crime contre l’humanité Serbie                                                                        (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)        

la colonisation fut un crime contre l’humanité

la colonisation n’est pas un crime contre l’humanité

crime contre l’humanité shoah

crime contre l’humanité Syrie

la colonisation crime contre l’humanité

la colonisation est-elle un crime contre l’humanité introduction

crime contre l’humanité terrorisme

crime contre l’humanité texte de loi

différence crime de guerre et crime contre l’humanité

différence entre mesure éducative et sanction éducative

crime contre l’humanité torture

crime contre l’humanité tribunal

enlèvement de mineur code pénal

est-ce que la Turquie a reconnu le génocide arménien

crime contre l’humanité tribunal de Nuremberg

crime contre l’humanité victime                                                                                (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

éléments constitutifs du génocide

crime contre l’humanité Yougoslavie

crime contre l’humanité YouTube

droit pénal pour mineur

élément constitutif

crime de génocide code pénal

crime de génocide en droit international

droit pénal international et européen

droit pénal mineur France

crime de guerre contre l’humanité

crime de guerre crime contre l’humanité génocide                            (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

droit pénal international

éléments constitutifs

crime de guerre et crime contre l’humanité

crime de guerre et crime contre l’humanité différence

droit international pénal et droit pénal international

droit pénal corruption de mineur

crime mineur

crime mineur moins de 16 ans

dossier criminel mineur voyage

droit apprenti mineur

crime mineur peine

crime sur mineur prescription

différentes mesures protection de l’enfance

discernement mineur droit pénal

crime.contre.l’humanité.2003

crimes contre l’humanité

différentes mesures de protection de l’enfance

différentes mesures éducatives

crimes contre l’humanité 1964

crimes contre l’humanité Burundi

différence génocide crime contre l’humanité

différentes mesures d’assistance éducative

établissement de la protection de l’enfance

établissement protection enfance

crimes contre l’humanité code pénal

crimes contre l’humanité code pénal apologie crime contre l’humanité code pénal

décrire et expliquer la guerre des tranchées et le génocide des arméniens

décrire et expliquer le génocide arménien                                                        (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

crimes contre l’humanité def

crimes contre l’humanité éléments constitutifs

établissement de la protection de l’enfance

établissement protection enfance

crimes contre l’humanité exemples

crimes contre l’humanité harki

cyber harcèlement mineur

cyber harcèlement peine mineur

crimes contre l’humanité rétroactif                                            (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

crimes contre l’humanité révolution

harcèlement mineur

harcèlement mineur internet

crimes contre l’humanité Venezuela

crimes de guerre crime contre l’humanité

harcèlement moral sur mineur code pénal

harcèlement moral sur mineur par un adulte

crimes de guerre et crimes contre l’humanité

criminel mineur

critères crime contre l’humanité

cyber harcèlement loi mineur

dates génocide

dates génocide arménien

décrire et expliquez le génocide des arméniens

définition constitutif

établissements protection de l’enfance

exemple crime contre l’humanité

exemple de crimes contre l’humanité

exposé sur le génocide arménien

fin du génocide rwandais

français condamné pour crime contre l’humanité

France crime contre l’humanité

fumer au volant avec mineur

fumer au volant mineur

peine criminelle mineur                                              (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

peine de mort mineur

mesure d’assistance éducative renforcée

peine de mort mineur états unis

peine de prison mineur

mesure d’assistance éducative placement

peine d’emprisonnement pour mineur

peine mineur de 16 ans

mesure d’assistance éducative et autorité parentale

mesure d’assistance éducative judiciaire

peine pénale mineur

peine pour agression physique sur mineur

mesure d’assistance éducative définition

mesure d’assistance éducative en milieu ouvert

peine pour bagarre mineur

mesure de la protection de l’enfance

peine pour coup sur mineur

mesure de protection de l’enfance                                                (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

mesure d’assistance éducative code civil

peine pour drogue mineur

peine pour frapper un mineur

mesure d’assistance éducative administrative

peine pour gifle sur mineur

peine pour harcèlement mineur

mesure d’assistance éducative à domicile

peine pour homicide involontaire mineur

peine pour homicide volontaire mineur

mesure d’assistance éducative

peine pour les mineur

peine pour maltraitance sur mineur

mesure d’aide éducative en milieu ouvert

peine pour mineur agression

peine pour mineur cambriolage

mesure d’aide éducative

peine pour mineur de 16 ans

peine pour mineur de moins de 13 ans

mesure AED protection de l’enfance

mesure assistance éducative

peine pour mineur devenu majeur                              (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

peine pour recel mineur

mesure administrative et judiciaire protection de l’enfance

peine pour vandalisme mineur

peine pour vol aggravé mineur

mesure éducative

mesure éducative administrative

harcèlement sur mineur peine

harceleur mineur

mesure éducative définition

mesure éducative en milieu ouvert

harcèlement sur mineur

harcèlement sur mineur loi

mesure éducative et sanction éducative

mesure éducative judiciaire

harcèlement peine mineur

harcèlement scolaire mineur

mesure éducative milieu ouvert

mesure éducative mineur

harcèlement moral mineur

harcèlement moral sur mineur peine

mesure éducative PJJ

mesure éducative protection de l’enfance

harcèlement moral sur mineur

harcèlement moral sur mineur par un parent

mesure éducative renforcée

mesure en assistance éducative

harcèlement mineur sur mineur

harcèlement moral entre mineur                                                              (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

mesure judiciaire d’assistance éducative

mesure judiciaire éducative

Hélène Dumas le génocide au village

heure de travail mineur

histoire des crime contre l’humanité

Holodomor le génocide oublié

horaire travail mineur

horaire travail mineur 17 ans

hôtel Rwanda ou le génocide des tutsis vu par Hollywood

imprescriptible crime contre l’humanité

incendie criminel mineur

instruction criminelle mineur

jugement crime contre l’humanité

juridiction pénale pour mineur

le génocide voilé de Tidiane N’DIAYE

le génocide voilé enquête historique PDF juridictions crimes contre l’humanité

justice des mineur

justice mineur moins de 13 ans

le mineur victime en droit pénal

le Rwanda après le génocide

justice pénale mineur

justice pénale pour mineur                                              (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

le génocide voilé de Tidiane N’DIAYE

le génocide voilé enquête historique pdf

les différentes mesures éducatives

les différentes mesures en protection de l’enfance

le génocide voilé epub

le génocide voilé poche

les différentes mesures de protection de l’enfance

les différentes mesures judiciaires de protection de l’enfance

le mineur délinquant

le mineur délinquant en droit pénal

les éléments constitutifs du génocide

les génocides à travers le monde

le mineur délinquant en droit pénal dissertation

les mesures d’assistance éducative

les mesures de la protection de l’enfance

le mineur en droit pénal

le statut du mineur délinquant

législation apprenti mineur

les crimes contre l’humanité

loi protection des mineur

loi travail mineur France

les crimes contre l’humanité droit pénal spécial

les différentes mesures d’assistance éducative

mesure judiciaire éducative

mesure judiciaire protection de l’enfance

les dispositifs de la protection de l’enfance

les éléments constitutifs du crime contre l’humanité

mesure protection de l’enfance                                                                (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

mesures assistance éducatives

les éléments constitutifs du crime de génocide

les mesures administratives protection de l’enfance

mesure protection de l’enfance

mesures assistance éducatives

les mesures de protection de l’enfance

les mesures éducatives

mesures d’assistance éducatives

mesures de placement protection de l’enfance

les mesures éducatives de l’ase

cabinet d’avocats pénalistes paris

les mesures éducatives PJJ

les mesures en protection de l’enfance

liste crime contre l’humanité

liste des condamnés pour crime contre l’humanité

mesures de prévention protection de l’enfance

mesures de protection de l’enfance

liste des crimes contre l’humanité

livre sur le génocide arménien

livre sur le génocide rwandais

l’office central de lutte contre les crimes contre l’humanité

minor crimes

Namibie le génocide du IIe Reich

notion de crime contre l’humanité

notion de crime contre l’humanité Nuremberg                                                                      (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

obligation travail mineur

office central de lutte contre les crimes contre l’humanité

où et quand a eu lieu le génocide arménien

office central de lutte contre les crimes contre l’humanité recrutement

office de lutte contre les crimes contre l’humanité

ordonnance pénale mineur

organisation de la protection de l’enfance

où a eu lieu le génocide arménien                                      (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

ou travailler quand on est mineur

persécution crime contre l’humanité

personne condamné pour crime contre l’humanité

oustachis le génocide oublié

pays reconnaissant le génocide arménien

personne jugé pour crime contre l’humanité

placement pénal mineur

poème sur le génocide arménien

pole crime contre l’humanité tgi paris emploi

pole crime contre l’humanité tgi paris stage

pourquoi et comment a été mis en œuvre le génocide des arméniens

pourquoi et comment le génocide des arméniens a été mis en oeuvre

pôle crimes contre l’humanité

avocat spécialiste droit pénal paris

pôle crimes contre l’humanité crimes et délits de guerre

pôle crimes contre l’humanité du tgi de paris

prescription crime contre l’humanité code pénal                                                    (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

pole crimes contre l’humanité tgi paris

pôle spécialisé en matière de crimes contre l’humanité

pourquoi le génocide arménien

pourquoi le génocide arménien a eu lieu

procès génocide

procès génocide arménien

pourquoi le génocide arménien a-t-il eu lieu

pourquoi le génocide au Rwanda

prescription crime contre l’humanité code pénal

prescription crime mineur

procédure pénale mineur

procédure pénale mineur délinquant

avocat pénaliste paris

procédure pénale mineur victime

procédure pénale pour mineur

procès crime contre l’humanité

procès du génocide arménien

quels sont les crimes contre l’humanité

Quesque un crime contre l’humanité

procès du génocide rwandais

procès génocide Rwanda Bruxelles

qu’est-ce qu’un crime contre l’humanité

qu’est-ce qu’un crime contre l’humanité définition

procès génocide Rwanda France

procès génocide rwandais                                                            (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

responsabilité de la France dans le génocide rwandais

rétroactivité crime contre l’humanité

procès génocide yézidis

procès khmers rouges génocide

statut du tribunal de Nuremberg

statut du tribunal militaire international de Nuremberg article 6 1936

procès pour crime contre l’humanité

procès pour crime contre l’humanité en France

quand et où a eu lieu le génocide des arméniens

que signifie crime contre l’humanité                                      (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

que veut dire crime contre l’humanité

quel travail faire mineur

quel tribunal a défini la notion de crime contre l’humanité

quelle peine pour un mineur

quelles sont les mesures d’assistance éducative

qu’est-ce qu’un crime contre l’humanité

Quesque un crime contre l’humanité

qu’est-ce qu’une mesure d’assistance éducative

qu’est-ce qu’une mesure d’assistance éducative en milieu ouvert

requête pénale mineur

réserves à la convention sur le génocide

qu’est-ce qu’une mesure éducative

qui a organisé le génocide arménien

réclusion criminelle mineur

rédaction sur le génocide arménien

règlementation apprenti mineur

réparation pénale pour mineur

romans sur le génocide rwandais

un crime contre l’humanité

un crime contre l’humanité

tribunaux crimes contre l’humanité

un crime contre l’humanité

un crime contre l’humanité

torture crime contre l’humanité

un crime contre l’humanité

un crime contre l’humanité

Tidiane N’DIAYE le génocide voilé pdf

un crime contre l’humanité                                                                (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

un crime contre l’humanité

texte sur le génocide arménien

un crime contre l’humanité

un crime contre l’humanité

temps de travail quotidien mineur

un crime contre l’humanité

un crime contre l’humanité

samudaripen le génocide des tsiganes

un crime contre l’humanité définition

Rwanda 25 ans après le génocide

un crime contre l’humanité définition

à cause de cela,

à cause de,

ainsi,

à nouveau,

à partir de là,

Ainsi,

Alors que,

Alors,

Après cela,                                        (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Après que,

Aussi,

bien que,

car,

Cependant,

c’est ainsi que,

c’est pour cela que,

par ailleurs,

c’est pourquoi,

Considérons,

Contraste,

D’autant plus,

d’après,

de ce fait,

de façon,

manière que,

De la même manière,

De même,                                                                                  (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)                                                                              (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

enfin,

de nouveau

de plus,

en dernier lieu,

De plus,

de sorte que,

deuxièmement,

Donc,

en ce qui concerne,

En conclusion,

par ailleurs,

En conséquence,

En dernier lieu,

dommage encore,

En fait,

puis,

En outre,

finalement,                                                                                  (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

en particulier,

En premier lieu,

finalement,

En revanche,

En somme,

encore une fois,

Enfin,

ensuite,

étant donné que,

Finalement,

grâce à,

il est question de,

de même,                                        (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Il s’agit de,

il y a aussi,

Mais,

Malgré cela,

Malgré tout,

Néanmoins,

Outre cela,

Par ailleurs ,

Par conséquent,

et aussi,

Par contre,

par exemple,

évidemment,

Par la suite,

par rapport à,

parce que,

plus précisément,

plus tard,

Pour commencer,

Pour conclure,

Pourtant,

Premièrement,

Prenons le cas de,

Puis,

puisque,

Qui plus est,                                                                              (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Selon,

Suivant,

Tandis que,

touchant à,

Tout d’abord,

Toutefois,

troisièmement

et ensuite,

Une fois de plus,

et puis,

et aussi,

à cause de cela,

à cause de,

ainsi,

à nouveau,

à partir de là,

Ainsi,

Alors que,

Alors,

Après cela,

Après que,

Aussi,

bien que,

car,

Cependant,

c’est ainsi que,                                      (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

c’est pour cela que,

par ailleurs,

c’est pourquoi,

Considérons,

Contraste,

D’autant plus,

d’après,

de ce fait,

de façon,

manière que,

De la même manière,

De même,

enfin,

de nouveau

de plus,

en dernier lieu,

De plus,

de sorte que,

deuxièmement,

Donc,

en ce qui concerne,

En conclusion,

par ailleurs,

En conséquence,

En dernier lieu,

dommage encore,

En fait,

puis,

En outre,

finalement,

en particulier,

En premier lieu,

finalement,

En revanche,

En somme,

encore une fois,                                                                            (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Enfin,

ensuite,

étant donné que,

Finalement,

grâce à,

il est question de,

de même,

Il s’agit de,

il y a aussi,

Mais,

Malgré cela,

Malgré tout,

Néanmoins,

Outre cela,                                        (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Par ailleurs ,

Par conséquent,

et aussi,

Par contre,

par exemple,

évidemment,

Par la suite,

par rapport à,

parce que,

plus précisément,

plus tard,

Pour commencer,

Pour conclure,

Pourtant,

Premièrement,

Prenons le cas de,

Puis,

puisque,

Qui plus est,                                                                    (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Selon,

Suivant,

Tandis que,

touchant à,

Tout d’abord,

Toutefois,

troisièmement

et ensuite,

Une fois de plus,

et puis,

et aussi,

à cause de cela,

à cause de,

ainsi,

à nouveau,

à partir de là,

Ainsi,                                (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Alors que,

Alors,

Après cela,

Après que,

Aussi,

bien que,

car,

Cependant,

c’est ainsi que,

c’est pour cela que,

par ailleurs,

c’est pourquoi,

Considérons,

Contraste,

D’autant plus,

d’après,

de ce fait,

de façon,

manière que,

De la même manière,

De même,

enfin,

de nouveau

de plus,

en dernier lieu,

De plus,

de sorte que,                                          (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

deuxièmement,

Donc,

en ce qui concerne,

En conclusion,

par ailleurs,

En conséquence,

En dernier lieu,

dommage encore,

En fait,

puis,

En outre,

finalement,

en particulier,

En premier lieu,

finalement,

En revanche,

En somme,

encore une fois,

Enfin,

ensuite,

étant donné que,

Finalement,

grâce à,

il est question de,

de même,

Il s’agit de,

il y a aussi,

Mais,

Malgré cela,

Malgré tout,                                                                              (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Néanmoins,

Outre cela,

Par ailleurs ,

Par conséquent,

et aussi,

Par contre,

par exemple,

évidemment,

Par la suite,

par rapport à,

parce que,

plus précisément,

plus tard,

Pour commencer,

Pour conclure,

Pourtant,

Premièrement,

Prenons le cas de,

Puis,

puisque,                                                  (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Qui plus est,

Selon,

Suivant,

Tandis que,

touchant à,

Tout d’abord,

Toutefois,

troisièmement

et ensuite,

Une fois de plus,

et puis,

et aussi,

à cause de cela,

à cause de,

ainsi,

à nouveau,

à partir de là,

Ainsi,

Alors que,

Alors,

Après cela,

Après que,

Aussi,

bien que,

car,

Cependant,

c’est ainsi que,

c’est pour cela que,

par ailleurs,

c’est pourquoi,

Considérons,

Contraste,

D’autant plus,

d’après,

de ce fait,

de façon,

manière que,

De la même manière,

De même,

enfin,

de nouveau

de plus,                                                                                (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

en dernier lieu,

De plus,

de sorte que,

deuxièmement,

Donc,

en ce qui concerne,

En conclusion,

par ailleurs,

En conséquence,

En dernier lieu,

dommage encore,

En fait,

puis,

En outre,

finalement,

en particulier,

En premier lieu,

finalement,

En revanche,

En somme,

encore une fois,

Enfin,

ensuite,

étant donné que,

Finalement,

grâce à,

il est question de,

de même,

Il s’agit de,

il y a aussi,

Mais,

Malgré cela,

Malgré tout,

Néanmoins,

Outre cela,

Par ailleurs ,

Par conséquent,

et aussi,

Par contre,

par exemple,

évidemment,

Par la suite,

par rapport à,

parce que,

plus précisément,

plus tard,

Pour commencer,

Pour conclure,

Pourtant,

Premièrement,

Prenons le cas de,

Puis,

puisque,

Qui plus est,

Selon,

Suivant,

Tandis que,

touchant à,                                                                            (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Tout d’abord,

Toutefois,

troisièmement

et ensuite,

Une fois de plus,

et puis,

et aussi,

un crime contre l’humanité est imprescriptible

du cabinet Aci assurera efficacement votre défense.

Il vous appartient de prendre l’initiative en l’appelant au téléphone ou bien en envoyant un mail.

Quelle que soit votre situation : auteur, co-auteur, complice, receleur ou victime d’infractions,

nos avocats vous accompagnent et assurent votre défense durant la phase d’enquête (garde à vue) ;

d’instruction (juge d’instruction, chambre de l’instruction) ; devant la chambre de jugement et enfin,

pendant la phase judiciaire (après le procès, auprès de l’administration pénitentiaire par exemple).

V).  —  Les domaines d’intervention du cabinet Aci

(Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Cabinet d’avocats pénalistes parisiens 

D’abord, Adresse : 55, rue de Turbigo

75003 PARIS

Puis, Tél : 01.42.71.51.05

Ensuite, Fax : 01.42.71.66.80

Engagement, E-mail : contact@cabinetaci.com

Enfin, Catégories

Premièrement, LE CABINET

En premier lieu, Rôle de l’avocat pénaliste  (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

En somme, Droit pénal (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Tout d’abord, pénal général (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Après cela, Droit pénal spécial : les infractions du code pénal

Puis, pénal des affaires (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Aussi, Droit pénal fiscal (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Malgré tout, Droit pénal de l’urbanisme (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

De même, Le droit pénal douanier (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

En outre, Droit pénal de la presse (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

                 Et ensuite, (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

 pénal des nuisances (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Donc, pénal routier infractions (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Outre cela, Droit pénal du travail (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Malgré tout, Droit pénal de l’environnement (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Cependant, pénal de la famille (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

En outre, Droit pénal des mineurs (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Ainsi, Droit pénal de l’informatique   (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

En fait, pénal international (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Tandis que, Droit pénal des sociétés (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Néanmoins, Le droit pénal de la consommation (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Toutefois, Lexique de droit pénal (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Alors, Principales infractions en droit pénal (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Puis, Procédure pénale  (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

urtant, Notions de criminologie (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

En revanche, DÉFENSE PÉNALE

Aussi, AUTRES DOMAINES  (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)

Enfin, CONTACT. (Les crimes contre l’humanité en droit pénal français)