9:30 - 19:30

Nos heures d'ouverture Lun.- Ven.

01 42 71 51 05

Nos avocats à votre écoute

Facebook

Twitter

Linkedin

Cabinet ACI > Non classé  > Crise sanitaire et détention provisoire

Crise sanitaire et détention provisoire

Crise sanitaire et détention provisoire :

Les prolongations de plein droit des détentions provisoires dans le contexte de l’état d’urgence sanitaire posent bien des problèmes par rapport

à l’époque qui la précède.

I).  —  La détention provisoire en période normale :    (Crise sanitaire et détention

provisoire)

En France le principe de la présomption d’innocence fonde le caractère exceptionnel du placement en détention provisoire. L’article 137 du code

de procédure pénale prévoit en principe que toute personne mise en examen demeure libre. À titre exceptionnel, « en raison des nécessités

de l’instruction » ou « à titre de mesure de sureté », le mis en examen, peut être astreint à une ou plusieurs obligations du contrôle judiciaire

ou être assigné à résidence avec surveillance électronique. À titre encore plus exceptionnel et si le contrôle judiciaire ou l’assignation à résidence

en aucun cas suffisants, le mis en examen peut demeurer en détention provisoire.

     Les délais de détention provisoire de droit commun.                                                

Parce qu’il s’agit d’une mesure devant demeurer exceptionnelle en raison de sa contradiction au principe de présomption d’innocence,

la détention provisoire s’avère encadrée par des délais prévus aux articles 145-1 et 145-2 du code de procédure pénale.

          1).  —  En matière délictuelle (145-1 CPP)

En matière délictuelle, la détention provisoire ne peut excéder quatre mois à deux conditions, la personne mise en examen ne doit pas

avoir été condamnée à une peine criminelle ou à une peine d’emprisonnement sans sursis d’une durée supérieur à un an, et ne doit pas

encourir une peine supérieure ou égale à cinq ans.

Dans les autres cas, la détention provisoire peut être prolongée pour une durée de quatre mois renouvelables, sur décision motivée du juge

des libertés et de la détention rendue après un débat contradictoire. La durée totale de la détention provisoire ne pouvant pas excéder un an.

Cette durée s’avère portée à deux ans lorsque les faits ont été commis à l’étranger ou pour certains types d’infractions (trafic de stupéfiants,

proxénétisme, association de malfaiteurs, extorsion de fonds), également lorsque le mis en examen se trouve poursuivi pour une infraction

commise en bande organisée et qu’il encourt une peine égale à dix ans d’emprisonnement.

Ce délai maximum peut être exceptionnellement prolongé de quatre mois lorsque « les investigations du juge d’instruction doivent

être poursuivies et que la mise en liberté du mis en examen causerait pour la sécurité des personnes et des biens un risque

d’une particulière gravité » 

          2).  —  En matière criminelle (145-2 CPP) 

En matière criminelle, la détention provisoire pourra être prévue pour une durée d’un an maximum. Le juge des libertés et de la détention pourra,

par une ordonnance motivée et rendue après un débat contradictoire prolonger la détention pour une durée de six mois renouvelables. La durée

totale de la détention ne pourra excéder deux ans si le mis en examen encourt une peine inférieure à vingt ans de réclusion criminelle et trois ans

dans les autres cas. Ces délais sont portés à trois et quatre ans lorsque les faits ont été commis hors de France. Le délai reste également de quatre

ans pour certains crimes (trafic de stupéfiants, proxénétisme..)

Ce délai maximum peut se voir exceptionnellement prolongé de quatre mois lorsque « les investigations du juge d’instruction doivent être poursuivies

et que la mise en liberté du mis en examen causerait pour la sécurité des personnes et des biens un risque d’une particulière gravité » 

II).  —  Les modifications des délais de détention provisoire en période d’état d’urgence

sanitaire    (Crise sanitaire et détention provisoire)

    A).  —  L’adaptation de la procédure pénale par ordonnance

En raison de la pandémie du Covid-19, le fonctionnement de la justice a été particulièrement ralenti.

Pour répondre à cette problématique, le gouvernement a, par une ordonnance n° 2020-303 du 25 mars 202 adapté les règles de procédure pénale.

1).  —  En ce qui concerne les délais de détention provisoire, la maladroite rédaction de l’article 16 de cette ordonnance a entrainé des difficultés

d’interprétation.

En effet, l’article 16 s’avère ainsi rédigé :

« En matière correctionnelle, les délais maximums de détention provisoire ou d’assignation à résidence sous surveillance électronique,

prévus par les dispositions du code de procédure pénale, qu’il s’agisse des détentions au cours de l’instruction ou des détentions pour

l’audiencement devant les juridictions de jugement des affaires concernant des personnes renvoyées à l’issue de l’instruction,

se trouvent prolongés plein droit de deux mois

lorsque la peine d’emprisonnement encourue se trouve inférieure ou égale à cinq ans et de trois mois dans les autres cas, sans préjudice de la

possibilité pour la juridiction compétente d’ordonner à tout moment, d’office, sur demande du ministère public ou sur demande de l’intéressé,

la mainlevée de la mesure, le cas échéant avec assignation à résidence sous surveillance électronique ou sous contrôle judiciaire

lorsqu’il s’avère mis fin à une détention provisoire. Ce délai se trouve porté à six mois en matière criminelle et, en matière correctionnelle,

pour l’audiencement des affaires devant la cour d’appel ». 

Cette rédaction ne permet pas de savoir si la prolongation de plein droit de la détention provisoire avait lieu à l’issue du titre
de détention en cours ou seulement à l’issue du dernier titre de prolongation possible.

Une interprétation littérale de l’article 16 voudrait que la prolongation de plein droit ne s’applique qu’au délai maximal

de détention provisoire et non au titre de détention en cours.

Pourtant, la circulaire d’application du 26 mars 2020 prescrit d’appliquer la prolongation de plein droit à tous les mandats

de dépôt en cours.

L’application de ces dispositions par les juges du fond a été variée et certaines Cours d’appel n’ont pas suivi l’avis du garde des Sceaux.

C’est ainsi que la chambre de l’instruction de Nancy, dans un arrêt du 5 mai 2020 a considéré qu’il résulte de l’article 16 de l’ordonnance

du 25 mars 2020 que : « Sans qu’il puisse y être ajouté par voie de circulaire, que la prolongation de plein droit ne s’applique

qu’aux délais maximums de détention prévus par les dispositions du code de procédure pénale, et non à la durée du titre

de détention en cours »

     B).  —  La rectification législative     (Crise sanitaire et détention provisoire)

Pour mettre un terme aux incertitudes engendrées par la rédaction de l’article 16 de l’ordonnance n° 2020-303, le législateur,

par la loi n° 2020-546 du 11 mai 2020, a complété celle-ci par un article 16-1 qui met fin à la prolongation de plein droit des délais de détention

provisoire prévue à l’article 16 pour les titres arrivés à échéance après le 11 mai.

Dans le cas où le titre en cours, résultant des règles de droit commun du code procédure pénale intervient avant cette date, la juridiction compétente

dispose d’un délai d’un mois pour se prononcer sur la prolongation sans qu’il en résulte la mise en liberté de la personne.

Ce même article prévoit également que si elle n’a pas porté sur la dernière échéance possible, la prolongation de plein droit prononcée en vertu

de l’article 16 n’a pas pour conséquence d’augmenter la durée maximale de la détention provisoire.

Enfin, lorsque la détention provisoire au cours de l’instruction se voit prolongée de plein droit pour une durée de six mois, le juge des libertés

et de la détention doit, plus de trois mois avant le terme se prononcer sur cette prolongation.

     C).  —  La position de la Cour de cassation

Saisie de la question, la chambre criminelle de la Cour de cassation se voit amenée à se prononcer dans un arrêt du 26 mai 2020

(arrêt n° 977, pourvoi n° N0-81-971).

La cour reconnait la contrariété de l’article 16 de l’ordonnance à l’article 5 de la convention européenne des droits de l’homme,

c’est pourquoi elle impose que la juridiction qui aurait apparaître compétente pour se prononcer sur la prolongation rende une décision

dans le délai d’un mois

sur le bien-fondé du maintien en détention. 

Il ressort de ce qui précède que l’application de l’article 16 de l’ordonnance du 25 mars 2020 sous le prisme de la circulaire du 26 mars 2020

se retrouve manifestement illégale, mais que par pragmatisme, pour éviter de faire face à un grand nombre de détentions illégales

qui conduirait à une remise en liberté automatique de nombreux détenus, il a été admis que ses prolongations sans débat contradictoire

figurent valables sous réserve d’un contrôle a posteriori.

Contacter un avocat    (Crise sanitaire et détention provisoire)

Pour votre défense

anatomie d’une crise sanitaire                                                                                          premièrement, (Crise sanitaire et détention provisoire)

crise sanitaire exemple                                                                                                      deuxièmement,

crise sanitaire fin                                                                                                                 troisièmement,

cabinet d’avocats crise sanitaire

crise sanitaire états unis                                                                                                     d’abord, (Crise sanitaire et détention provisoire)

crise sanitaire exceptionnelle

caractéristique crise sanitaire                                                                                          puis, (Crise sanitaire et détention provisoire)

crise sanitaire en France

crise sanitaire en France date                                                                                          ensuite, (Crise sanitaire et détention provisoire)

caractéristique d’une crise sanitaire

crise sanitaire Ebola                                                                                                          aussi, (Crise sanitaire et détention provisoire)

crise sanitaire économie

caractéristiques crise sanitaire                                                                                      également, (Crise sanitaire et détention provisoire)

caractéristiques d’une crise sanitaire

crise sanitaire du covid 19                                                                                              de même, (Crise sanitaire et détention provisoire)

crise sanitaire du covid 19

Chesapeake détention facilité covid-19

crise sanitaire de la vache folle

crise sanitaire de l’amiante

composant d’une crise sanitaire

crise sanitaire date de fin                                                                                                d’abord, (Crise sanitaire et détention provisoire)

crise sanitaire de la grippe aviaire

coronavirus 130 détenus radicalisés libérés pour raison sanitaire                         puis, (Crise sanitaire et détention provisoire)

crise sanitaire covid 19 jusqu’à quand

crise sanitaire date                                                                                                           ensuite, (Crise sanitaire et détention provisoire)

coronavirus et détention

coronavirus in immigrant détention camps                                                             aussi, (Crise sanitaire et détention provisoire)

crise sanitaire covid 19 définition

crise sanitaire covid 19 en Europe                                                                            également, (Crise sanitaire et détention provisoire)

avocat pénaliste cris sanitaire

crise sanitaire covid 19 24 juillet                                                                             de même, (Crise sanitaire et détention provisoire)

crise sanitaire covid 19 date

coronavirus Oshkosh correctionnel facilité                                                          par ailleurs, (Crise sanitaire et détention provisoire)

coronavirus Rivers correctionnel facilité

crise sanitaire covid                                                                                                   de plus, (Crise sanitaire et détention provisoire)

crise sanitaire covid 19

coronavirus West ville correctionnel                                                                     après, (Crise sanitaire et détention provisoire)

coronavirus West ville correctionnel facilité

crise sanitaire coronavirus jusqu’au 24 juillet                                                    et aussi, (Crise sanitaire et détention provisoire)

crise sanitaire coronavirus prolongée

coronavirus Wyatt détention                                                                                  et ensuite, (Crise sanitaire et détention provisoire)

coronavirus Wyatt détention

crise sanitaire coronavirus juillet                                                                          davantage encore, (Crise sanitaire et détention provisoire)

crise sanitaire coronavirus jusqu’à quand

coronavirus Wyatt détention                                                                                 enfin, (Crise sanitaire et détention provisoire)

correctionnel services covid 19 casses

crise sanitaire coronavirus date

crise sanitaire coronavirus définition

covid détention Facilities

covid détention provisoire

crise sanitaire coronavirus c’est quoi

crise sanitaire coronavirus date

covid ce détention centers

covid in détention Facilities

crise sanitaire coronavirus

crise sanitaire coronavirus 24 juillet

covid juvénile détention center

covid migrant détention

crise sanitaire actuel

crise sanitaire caractéristiques

covid Stewart détention center

crise sanitaire

avocat crise sanitaire 1920

crise sanitaire fin juillet

chrome détention center covid 19

la crise sanitaire

crise sanitaire française

crise sanitaire France

exemple de crise sanitaire en France

gestion d’une crise sanitaire

crise sanitaire France 1920

crise sanitaire France covid

la détention provisoire

les conditions de la détention provisoire

crise sanitaire France covid 19

crise sanitaire France juillet

la crise sanitaire du covid 19 jusqu’à quand

la crise sanitaire du covid19 révèle-t-elle des failles écologiques de notre système

crise sanitaire gouvernement

crise sanitaire grippe aviaire

la crise sanitaire du covid 19

la crise sanitaire du covid 19 en France

pénaliste crise sanitaire heures supplémentaires

crise sanitaire Hong Kong

la crise sanitaire du coronavirus en cache une autre

la crise sanitaire du covid

avocat crise sanitaire hôpital

crise sanitaire hôtel

exemple crise sanitaire

exemple de crise sanitaire

crise sanitaire humanitaire

crise sanitaire impact

détention covid-19

crise sanitaire impact sur l’immobilier

crise sanitaire inégalités

délai d’appel crise sanitaire

crise sanitaire jusqu’à quand

crise sanitaire jusqu’au 10 juillet

crises sanitaires

définition d’une crise sanitaire

crise sanitaire jusqu’au 23 juillet

crise sanitaire récente

troisièmement,

deuxièmement,

premièrement,

tout d’abord,

depuis,

ensuite,

aussi,

par ailleurs,

également,

de même,

enfin,

premièrement,

deuxièmement,

troisièmement,

tout d’abord,

puis,

ensuite,

aussi,

par ailleurs,

également,

premièrement,

deuxièmement,

troisièmement,

tout d’abord,

puis,

ensuite,

aussi,

par ailleurs,

également,

de même,

enfin,

de même,

enfin,

gestion d’une crise sanitaire en entreprise

du cabinet Aci assurera efficacement votre défense.
Il vous appartient de prendre l’initiative en l’appelant au téléphone ou bien en envoyant un mail.
Quelle que soit votre situation : auteur, co-auteur, complice, receleur ou victime d’infractions,
nos avocats vous accompagnent et assurent votre défense durant la phase d’enquête (garde à vue) ;
d’instruction (juge d’instruction, chambre de l’instruction) ; devant la chambre de jugement et enfin,
pendant la phase judiciaire (après le procès, auprès de l’administration pénitentiaire par exemple).

Les domaines d’activité du site Cabinet Aci    (Crise sanitaire et détention

provisoire)

Avocats pénalistes parisiens

Aussi, Adresse : 55, rue de Turbigo
75003 PARIS
D’abord, Tél : 01.42.71.51.05
Puis, Fax : 01.42.71.66.80
Ensuite, E-mail : contact@cabinetaci.com
Enfin, Catégories
Premièrement, LE CABINET
En premier lieu, Rôle de l’avocat pénaliste    (Crise sanitaire et détention provisoire)
En second lieu, Droit pénal    (Crise sanitaire et détention provisoire)

Tout d’abord, pénal général   (Crise sanitaire et détention provisoire)
Ensuite, Droit pénal spécial : les infractions du code pénal
Puis, pénal des affaires   (Crise sanitaire et détention provisoire)

Aussi, Droit pénal fiscal  (Crise sanitaire et détention provisoire)

Également, Droit pénal de l’urbanisme  (Crise sanitaire et détention provisoire)
De même, Le droit pénal douanier  (Crise sanitaire et détention provisoire)
Et aussi, Droit pénal de la presse  (Crise sanitaire et détention provisoire)

pénal des nuisances  (Crise sanitaire et détention provisoire)
Et plus, pénal routier infractions  (Crise sanitaire et détention provisoire)
Après, Droit pénal du travail  (Crise sanitaire et détention provisoire)
Davantage encore, Droit pénal de l’environnement  (Crise sanitaire et détention provisoire)
Surtout, pénal de la famille   (Crise sanitaire et détention provisoire)
Par ailleurs, Droit pénal des mineurs
Ainsi, Droit pénal de l’informatique
Tout autant, pénal international
Que, Droit pénal des sociétés
En dernier, Le droit pénal de la consommation
Troisièmement, Lexique de droit pénal
Quatrièmement, Principales infractions en droit pénal
Et puis, Procédure pénale
Ensuite, Notions de criminologie
Également, DÉFENSE PÉNALE
Aussi, AUTRES DOMAINES
Enfin, CONTACT.