9:30 - 19:30

Nos heures d'ouverture Lun.- Ven.

01 42 71 51 05

Nos avocats à votre écoute

Facebook

Twitter

Linkedin

 

Avocat pénaliste éloquence

Cabinet ACI > Non classé  > Avocat pénaliste éloquence

Avocat pénaliste éloquence

Avocat pénaliste éloquence
L’éloquence est l’art de savoir s’exprimer, de réussir à communiquer sa pensée et de le faire de manière convaincante.
Deux moyens existent, communément utilisés pour parvenir à développer ses idées de façon à les imposer : la conviction et la persuasion. La conviction touche à la raison tandis que la persuasion touche aux émotions et aux sentiments.

L’éloquence chez un pénaliste

Avocat pénaliste éloquence indique qu’un bon avocat spécialisé au pénal se doit d’avoir cette qualité

Avocat pénaliste éloquence est une expression de recherche des avocats pénalistes soucieux de figurer en bonne place dans Google pour ce mot composé.
Ce dernier mot caractérise l’activité de l’avocat parisien spécialisé en droit pénal et qu’on appelle également pénaliste.

L’étude brève qui suivra indiquera l’action que mène  l’avocat pénaliste éloquence de paris devant le magistrat

dans la défense de ses clients qu’ils soient victimes ou auteurs présumés d’infractions.
« La parole est action ou n’est rien. Parler, ce n’est pas jongler avec des idées, ni polir des sentences, roucouler, faire des effets de manche, poser pour le profil, parler, c’est convertir, au moins convaincre ou raffermir des convictions chancelantes », Jean Charpentier, Remarques sur la parole. « CONVAINCRE » tel est le mot clef de l’éloquence. Victor Hugo disait d’ailleurs : « La vraie et grande éloquence est celle dans laquelle, même aux moments calmes, on sent le grondement d’une foudre ». Le terme « éloquence » vient du latin « eloquentia », de « eloqui » qui désigne le verbe « s’exprimer ». Il s’agit de l’art, du talent de bien parler, de persuader et de convaincre par la parole.

L’éloquence est partout et encore plus en droit pour Avocat pénaliste éloquence parisien

Le Droit est un domaine en mutation permanente, tant sur le fond du droit que sur la procédure. Les usages changent, les méthodes évoluent.
Aujourd’hui, les avocats, toutes spécialités confondues ne plaident pratiquement plus, du moins ce n’est plus la caractéristique première de la profession. Une célèbre locution latine « Verba volant, scripta manent » qui se traduit en français par « les paroles s’envolent, les écrits restent » peut en être l’explication.

Les écrits auraient plus de valeur, ils faciliteraient la justice d’aujourd’hui.

C’est le cas notamment en procédure civile où pour les procédures écrites il n’y a quasiment plus de plaidoiries ou alors si elles existent encore, elles sont réduites au minimum. C’est également le cas en droit des affaires, où là les avocats ne mettent pratiquement jamais la robe. Pour autant, ce même constat n’existe pas en droit pénal où la plaidoirie reste une étape fondamentale pour défendre le client, même si de plus en plus de communications se font par e-mail, afin notamment de traiter les affaires en « temps réel ».

De plus, pour certaines procédures l’écrit est obligatoire.

Tel est le cas par exemple de la CRPC (comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité), une sorte de « plaider-coupable ».  Lors d’un procès pénal, le but du juge tente de mettre au défi l’avocat de le convaincre de l’innocence de son client, ou du moins des circonstances atténuantes qui peuvent défendre sa cause. Par quel moyen cela se fait-il ? A travers l’éloquence. Souvent considéré comme un beau parleur, pourtant tel n’est pas le rôle de l’avocat pénaliste.  Au contraire, son rôle est de donner des conseils juridiques, et surtout  de trouver le bon argument au bon moment.

Aucune définition de cette notion d’ « éloquence »

ne fait consensus auprès des professionnels et notamment des avocats pénalistes.
Certains avocats considèrent qu’il s’agit de convaincre, mais avant tout d’émouvoir ; d’autres considèrent qu’il s’agit
de l’art de convaincre par la parole, l’enjeu rendre intéressante une question vraisemblablement dénuée d’intérêt,
de donner vie à quelque chose qui n’en avait pas. En revanche, d’autres avocats pénalistes estiment qu’il s’agit
d’une notion creuse, sans intérêt et que le réel intérêt ne réside pas dans l’éloquence mais de s’intéresser plutôt
à ceux qui reçoivent le discours puisque selon la personne qui se trouve en face de lui, sa manière de s’exprimer va varier.
L’éloquence demeure un combat. Convaincre c’est d’abord être convaincu. L’avocat pénaliste doit vivre sa conviction.

Il doit avoir quelque chose à dire et vouloir le dire, tout en y mettant les formes adéquates.

Avant tout, il doit être persuadé de ce qu’il avance.
Attention à ne pas confondre le terme d’ « éloquence » avec celui de « convaincre » puisque si le but de l’éloquence
est de convaincre, tout discours peut être éloquent et pour autant ne pas convaincre. Par exemple, tel est le cas
d’un procès où la plaidoirie de l’avocat aura ému les jurés et où pourtant, une peine lourde d’emprisonnement
sera requise et prononcée. La parole permet d’imposer ses idées, sans blesser, du moins physiquement.

Une personne convaincue emporte toute sa personne avec l’orateur.

Néanmoins, s’il est indéniable que l’éloquence est primordiale, il n’en demeure pas moins que l’éloquence se meurt.
Deux raisons amènent à ce constat. D’une part, il y a de moins en moins de débats, ce qui a pour effet de favoriser
le consensus et d’autre part, la justice a de moins en moins de temps. D’ailleurs, les juges n’hésitent pas à montrer
leur agacement lorsqu’une plaidoirie se fait trop longue.   La plaidoirie reste le moment clef d’une défense.
Afin de mieux la comprendre, nous l’analyserons dans un prochain article.
 

CONTACTEZ UN AVOCAT

POUR VOTRE DÉFENSE :

AVOCAT PÉNALISTE PARISIEN

Avocat éloquence

avocat plaidoirie

avocat spécialisé à l’éloquence

avocat pénaliste éloquence

cabinet avocat éloquence

du cabinet Aci assurera efficacement votre défense.
Il vous appartient de prendre l’initiative en l’appelant au téléphone ou bien en envoyant un mail.
Quelle que soit votre situation : auteur, co-auteur, complice, receleur ou victime d’infractions,
nos avocats vous accompagnent et assurent votre défense durant la phase d’enquête (garde à vue) ;
d’instruction (juge d’instruction, chambre de l’instruction) ; devant la chambre de jugement
et enfin, pendant la phase judiciaire (après le procès, auprès de l’administration pénitentiaire par exemple).
 
 

No Comments

Leave a Comment