9:30 - 19:30

Nos heures d'ouverture Lun.- Ven.

01 42 71 51 05

Nos avocats à votre écoute

Facebook

Twitter

Linkedin

Faux et usage de faux

Faux et usage de faux

Faux et usage de faux.

Le faux, du latin « falsus » dérivé de « fallere » signifiant abuser, se définit communément comme ce qui n’est point conforme ou ne s’obéit pas à la réalité.

    –  Largement sanctionné par le droit, il est employé tant en droit pénal qu’en droit civil.

– Dans le domaine de droit civil,

on peut citer pour mémoire son utilisation dans le droit des contrats ou un faux peut constituer un dol conduisant à l’annulation d’un contrat, ou encore la procédure d’inscription en faux qui permet de remettre en cause l’authenticité d’un acte (art. 1471 du Code Civil)

– En matière de droit pénal

il se définit comme une altération de la vérité de nature à causer un préjudice et accomplie par tout moyen, écrit ou tout autre support d’expression de la pensée.

   -Cette altération doit avoir pour effet d’établir ou de pouvoir déterminer la preuve d’un droit ou d’un fait

qui produit des effets juridiques.

On distingue deux types de catégories de faux – le faux en général – et les faux spéciaux.

I).  —  Le faux : Incrimination générale.   (Faux et usage de faux.)

     A).  —  détermination de l’infraction.

L’infraction de faux est établi aux articles 441-1 et suiv. du Code pénal comme

« Constitue un faux toute altération frauduleuse de la vérité, de nature à causer un préjudice et accomplie par quelque moyen

que ce soit, dans un écrit ou tout autre support d’expression de la pensée qui a pour objet ou qui peut avoir pour effet d’établir

la preuve d’un droit ou d’un fait ayant des conséquences juridiques »

L’infraction est représentée par la réunion de deux composants, un élément matériel issu d’une altération de la vérité de nature

à causer un préjudice, et d’un élément moral, issu de la volonté d’agir et de la conscience de l’inexactitude de l’acte

et de son caractère préjudiciable.

          a).  —   L’élément matériel

suppose un écrit de toute forme ou valeur. Ainsi le « fait d’avoir adressé à des autorités administratives des lettres de dénonciation tapées

à la machine à écrire et comportant une fausse signature apposée à l’aise d’un timbre humide constitue un faux »

(Crim. 11 janv. 1956 : Bull. crime n° 43). Mais la jurisprudence admet également une théorie intellectuelle du faux s’il est porté

par un support matériel. Ainsi le fait d’avoir « pour une personne chargée de la tenue des comptes d’une entreprise, fais apparaître

une position comptable fausse, aussi bien par l’omission intentionnelle de certaines écritures, que par l’inscription d’écritures inexactes ».

(Crim, 25 janv. 1982 : Bull. crime n° 23). Enfin l’acte doit avoir eu pour effet de créer un préjudice actuel ou éventuel comme

le démontre la jurisprudence constante en la matière qui exige que l’acte doive « avoir ou être susceptible d’occasionner un préjudice »

(Crim. 6 sept. 2011).

           b).  —  L’élément moral

En tant qu’infraction intentionnelle, le faux suppose de l’auteur la volonté et la conscience de l’acte (dol général), d’une part,

et sa connaissance de l’inexactitude de l’acte et de son caractère préjudiciable (dol spécial), d’autre part.

Soumis à l’appréciation souveraine des juges, ceux-ci considèrent alors « qu’en matière de faux et usage de faux l’intention

coupable de l’agent résulte, quel que soit le mobile, de sa conscience de l’altération de la vérité » (Crim. 3 mai 1995).

     B).  —   Répression                       (Faux et usage de faux.)

Le faux est puni a titre principal de trois d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende (art. 441-1 Code pénal) A cette peine peut

s’ajouter des peines complémentaires prévues par le code tel que l’interdiction des droits civiques, civils et de famille ou l’interdiction

d’exercer une fonction publique ou une activité professionnelle.

La tentative de faux et usage de faux

figure spécialement incriminée par le code à l’article 441-9. Les personnes morales peuvent demeurer responsables au titre

de l’article 441-12 du Code pénal

et sanctionné des peines prévues aux articles 131-38 et 131-39 du même code. Enfin concernant la mise en œuvre de la répression,

le délit de faux et usage de faux, est une infraction instantanée dont la prescription de six ans court à partir du jour de la commission

de l’acte, cependant en cas de plusieurs actes consécutifs on retient le jour du dernier acte délictueux (Crim. 30 mars 1999).

     C).  —   Conflit de qualifications

          Le fait de dénaturer la vérité est réprimé par de nombreuses infractions pénales

qui peuvent entrer en conflit avec celle du faux et de l’usage de faux.

Parmi elles, la plus courante est celle du      visé à l’article 313-1 du Code pénal.

Délit consistant dans le fait, entre autres, par « l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité … de tromper une personne physique

ou morale et de le fixer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d’un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque,

à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge »

          La distinction est délicate puisque les deux infractions sont commises par la présentation de faux documents.

Pour la Cour de cassation, l’escroquerie réalisée par la production d’un faux document, constitue deux infractions distinctes

en concours réel.

          Le concours réel d’infractions est réalisé

lorsque l’escroc a fabriqué un faux document, dans la perspective de l’utiliser comme moyen frauduleux afin de déterminer

la victime à remettre la chose convoitée.

Il commet donc deux infractions – le faux et l’escroquerie – non séparées par un jugement de condamnation, ce qui distingue

cette situation de l’hypothèse de la récidive.

          La jurisprudence et la doctrine ont beaucoup hésité sur le point de savoir

si les deux infractions pouvaient être poursuivies, ou s’il fallait n’en garder qu’une. La solution dégagée consiste à retenir autant

d’infractions qu’il y a de valeurs sociales différentes protégées par la loi qui ont été pénalisées (Crim. 14 nov. 2013).

En l’occurrence, l’infraction de faux protège la confiance publique, alors que le délit d’escroquerie est une atteinte à la propriété d’autrui.

          La lésion de ces deux valeurs sociales différentes justifie

une poursuite sur le double fondement.

Cependant, en application du principe du non-cumul des peines, il ne peut être prononcé qu’une seule peine de la même nature

dans la limite du maximum légal le plus élevé.

L’escroquerie et le faux étant deux délits, une seule peine correctionnelle, la plus haute, pourra être prononcée.

En définitive, la jurisprudence veille au respect du principe de la légalité des délits et des peines, dans la mesure où elle s’efforce

de conserver un domaine très précis à l’incrimination d’escroquerie, malgré la proximité d’autres qualifications.

     D).  —   L’usage de faux

Non définit précisément par le code, l’usage de faux est sanctionné au même titre que le faux par l’article 441-1 du Code pénal.

La jurisprudence l’a cependant défini comme le fait d’utiliser de façon consciente un faux susceptible de causer un préjudice à autrui.

D’où il faut au préalable l’existence d’un faux, que l’auteur de l’usage soit l’auteur du faux ou non. Ainsi est constitutif d’un usage

de faux le fait « de produire en justice un document contrefait de nature à avoir une valeur probatoire et à entraîner

des effets juridiques » (Crim. 16 févr. 1977 : Bull. crim. N° 63).

II).  —  Les faux spéciaux          (Faux et usage de faux.)

Le législateur a érigé certaines circonstances du faux en infractions autonomes pour dont nous donnons ici une liste non exhaustive.

     1.)  Faux commis dans un document administratif

Il s’agit du « faux commis dans un document délivré par une administration publique aux fins de constater un droit, une identité

ou une qualité ou d’accorder une autorisation » (art. 441-2 du CP) :

     2.)  Faux en écriture publique ou authentique

Il s’agit du « faux commis dans une écriture publique ou authentique ou dans un enregistrement ordonné par l’autorité publique »

(art. 441-4 du CP)

     3.)  Faux certificat

L’établissement ou l’usage de faux certificat (art. 441-7 du CP)

Contactez un avocat    (Faux et usage de faux.)

Pour votre défense : 

Avocat faux et usage de faux

avocat spécialiste faux et usage de faux

cabinet d’avocat spécialisé faux et usage de faux

avocat spécialisé faux et usage de faux

avocat spécialiste faux et usage de faux

spécialiste faux et usage de faux

avocat pénaliste faux et usage de faux

avocat droit pénal faux et usage de faux

spécialisé faux et usage de faux

avocat affaire de faux et usage de faux

meilleur avocat faux et usage de faux

avocat spécialiste faux et usage de faux paris

avocat pour affaire de faux et usage de faux

spécialiste affaire de faux et usage de faux

convocation au tribunal pour faux et usage de faux
avocat conduite affaire faux et usage de faux

meilleur avocat de paris faux et usage de faux

avocat pénaliste faux et usage de faux paris

accusé de faux et usage de faux                                                                                                            d’abord, Faux et usage de faux.)
avocat faux
faux amis
avocat faux contrôle technique
comment déposer plainte pour faux et usage de faux
avocat faux en écriture
avocat faux et usage de faux
comment porter plainte pour faux et usage de faux
avocat faux indépendant
faux a usage de faux
faux diplôme avocat
exemple de faux et usage de faux
faux document avocat
faux et usage de faux acte notarié
délit de faux et usage de faux
faux et usage de faux administration
faux et usage de faux amende
définition juridique faux et usage de faux
faux et usage de faux arrêt maladie
faux et usage de faux art

définition de faux et usage de faux

faux et usage de faux article
faux et usage de faux article 441 1 du code pénal
de faux et usage de faux
faux et usage de faux article code pénal
faux et usage de faux assurance
condamnation pour faux et usage de faux
faux et usage de faux assurance vie
faux et usage de faux bulletin de salaire

comment rédiger une plainte pour faux et usage de faux

faux et usage de faux bulletin scolaire
faux et usage de faux carte grise
avocat usage de faux
faux et usage de faux carte VTC
faux et usage de faux casier judiciaire
de faux avocat
faux et usage de faux certificat médical
faux et usage de faux chèque
avocat pour faux usage faux
faux et usage de faux code pénal
faux et usage de faux contrat de travail
avocat inscription en faux
faux et usage de faux dans une écriture publique
faux et usage de faux définition
comment prouver un faux et usage de faux
faux et usage de faux délai prescription
faux et usage de faux délit
avocat faux jugement

faux et usage de faux devant un tribunal

complicité de faux et usage de faux
faux et usage de faux document
faux et usage de faux droit pénal
victime de faux et usage de faux
faux et usage de faux éléments constitutifs
faux et usage de faux en bande organisée
tentative de faux et usage de faux
faux et usage de faux en écriture
faux et usage de faux en écriture privée
sanction pour faux et usage de faux
faux et usage de faux en écriture publique
faux et usage de faux en entreprise
retirer une plainte pour faux et usage de faux
faux et usage de faux facture
faux et usage de faux fausse facture

répression faux et usage de faux

faux et usage de faux fausse signature
faux et usage de faux fiche de paie
recours faux et usage de faux
faux et usage de faux fonction publique
faux et usage de faux fonctionnaire
recel de faux et usage de faux
faux et usage de faux forum
faux et usage de faux garde à vue
qu’est-ce que faux et usage de faux
faux et usage de faux imitation signature
faux et usage de faux indemnisation
quelle sanction pour faux et usage de faux
faux et usage de faux infraction
faux et usage de faux infraction continue
quelle peine pour faux et usage de faux
faux et usage de faux infraction occulte
faux et usage de faux intention

quelle peine encourue pour faux et usage de faux

faux et usage de faux jugement
faux et usage de faux jurisprudence
quelle condamnation pour faux et usage de faux
faux et usage de faux justice
faux et usage de faux l’enquête se poursuit
quel peine pour faux et usage de faux
faux et usage de faux mineur
faux et usage de faux par un fonctionnaire
quel avocat pour faux et usage de faux
faux et usage de faux peine
faux et usage de faux pénal

spécialiste faux et usage de faux
faux et usage de faux permis de conduire
que signifie faux et usage de faux
faux et usage de faux permis de construire
faux et usage de faux personne morale
qualification faux et usage de faux
faux et usage de faux plainte
usage de faux pour un crédit

prison avec sursis faux et usage de faux

faux et usage de faux préjudice
faux et usage de faux prescription
prescription pour faux et usage de faux
faux et usage de faux procès-verbal
faux et usage de faux que dit la loi
pour faux et usage de faux en écriture
faux et usage de faux que faire
faux et usage de faux quel tribunal
pour faux et usage de faux
faux et usage de faux récidive
faux et usage de faux sanction

porter plainte contre x pour faux et usage de faux

premièrement, faux et usage de faux sanction pénale
deuxièmement, faux et usage de faux sans préjudice
troisièmement, plainte pour faux et usage de faux
ensuite, faux et usage de faux service public
alors, faux et usage de faux signature
aussi, plainte contre x pour faux et usage de faux
mais aussi, faux et usage de faux signature chèque
également, faux et usage de faux témoignage
de plus, peine pour faux et usage de faux
après, faux et usage de faux tribunal compétent
en outre, faux et usage de faux usurpation d’identité
voire, ou déposer plainte pour faux et usage de faux
aussi bien, faux et usage de faux vente véhicule
depuis,faux et usage de faux victime
infraction de faux et usage de faux
faux et usage de faux vol
faux usage de faux huissier

garde à vue pour faux et usage de faux

faux ou usage de faux
faux tatouage avocat

du cabinet Aci assurera efficacement votre défense.

Il vous appartient de prendre l’initiative en l’appelant au téléphone

(Tel 0142715105), ou bien en envoyant un mail. (contact@cabinetaci.com)

Quelle que soit votre situation : victime ou auteur d’infraction,

nos avocats vous accompagnent et assurent votre défense

durant la phase d’enquête (garde à vue) ; d’instruction (juge d’instruction,

chambre de l’instruction) ; devant la chambre de jugement

et enfin, pendant la phase judiciaire (après le procès,

auprès de l’administration pénitentiaire par exemple).

Les domaines d’activité :

Cabinet d’avocats pénalistes parisiens (Faux et usage de faux.)

D’abord, Adresse : 55, rue de Turbigo
75003 PARIS
Puis, Tél : 01.42.71.51.05
Ensuite, Fax : 01.42.71.66.80
Aussi, E-mail : contact@cabinetaci.com
Enfin, Catégories
Premièrement, LE CABINET
En premier lieu, Rôle de l’avocat pénaliste
En second lieu, Droit pénal
Tout d’abord, pénal général
Ensuite, Droit pénal spécial : les infractions du code pénal
Puis, pénal des affaires
Aussi, Droit pénal fiscal
Également, Droit pénal de l’urbanisme
De même, Le droit pénal douanier
Et aussi, Droit pénal de la presse

                 Et ensuite,  

pénal des nuisances
Et plus, pénal routier infractions
Après, Droit pénal du travail
Davantage encore, Droit pénal de l’environnement
Surtout, pénal de la famille
Par ailleurs, Droit pénal des mineurs
Ainsi, Droit pénal de l’informatique
Tout autant, pénal international
Que, Droit pénal des sociétés
En dernier, Le droit pénal de la consommation
Troisièmement, Lexique de droit pénal
Quatrièmement, Principales infractions en droit pénal
Et puis, Procédure pénale
Ensuite, Notions de criminologie
Également, DÉFENSE PÉNALE
Aussi, AUTRES DOMAINES
Enfin, CONTACT.