9:30 - 19:30

Nos heures d'ouverture Lun.- Ven.

01 42 71 51 05

Nos avocats à votre écoute

Facebook

Twitter

Linkedin

Cabinet ACI > Domaines de compétence  > Droit pénal  > Droit pénal des mineurs  > Justice pénale des mineurs

Justice pénale des mineurs

Justice pénale des mineurs :

(La construction juridique peu rigoureuse du principe fondamental reconnu par les lois de la République

relatif à la justice des mineurs)

Après treize années de silence[1], le Conseil constitutionnel, saisi de la loi d’orientation et de programmation

pour la justice, consacre l’existence d’un PFRLR, en matière de justice pénale des mineurs, qui s’ajoute

à la liste des neuf autres principes dégagés précédemment par le Conseil. Il fait d’ailleurs preuve d’une

précision surprenante, précision peu commune eu égard à de tels principes.

Le nouveau principe,

consacré dans la décision du 29 août 2002[2], se divise en deux branches[3]

Principes propre à la justice des mineurs     (Justice pénale des mineurs)

Il comporte des principes propres à la justice des mineurs qui affirment

premièrement : « l’atténuation de la responsabilité pénale des mineurs »

et deuxièmement « la nécessité de rechercher le relèvement éducatif et moral des enfants délinquants ».

Le Conseil se fonde sur les lois du 12 avril 1906 sur la majorité pénale des mineurs, sur la loi du 22 juillet 1912

sur les tribunaux pour enfants et l‘ordonnance du 2 février 1945 sur l’enfance délinquante.

Cependant, la constitutionnalisation de ce principe n’est pas sans susciter des interrogations.

    –  D’une part, s’il se trouve communément admis que les PFRLR se fondent sur les lois des trois premières

Républiques, il ne semble pas certain que l’Ordonnance du 2 février 1945 puisse s’inclure.

    –  D’autre part, malgré la formulation minutieuse de ce principe,

il apparaît comme étant « partiellement dépourvu de normativité et partiellement inutile »[4].

Certes, parmi les éléments qui le constituent, certains bénéficient d’une normativité incontestable et imposent

une contrainte, même souple, au législateur dans la mise en œuvre de sa politique pénale, à l’égard des mineurs.

Ainsi, du principe de « l’atténuation de la responsabilité pénale des mineurs en fonction de l’âge » qui, en imposant

au législateur la clémence dans l’inflexion des sanctions aux jeunes délinquants, permet de parvenir à une

sorte d’individualisation des peines au profit des mineurs mais sans, pour autant, faire de cette individualisation

une exigence constitutionnelle générale.

Dans cette décision, le Conseil constitutionnalise l’excuse de minorité,

déjà présente dans le Code de 1810 et reprise par la loi du 12 avril 1906, et s’oppose ainsi à toute loi qui traiterait

de façon identique le mineur et l’adulte.

Mais, le Conseil constitutionnel n’impose aucune limite d’âge précise, aucune graduation, aucun mode d’atténuation

comme une éventuelle déclaration de non-responsabilité, une réduction de la peine… ce qui relativise considérablement

la portée du PFRLR. Par conséquent, il appartiendra au législateur qui jouira d’une entière liberté pour déterminer

les seuils d’âge et graduer, ainsi, l’atténuation de la responsabilité.

Par ailleurs, le Conseil exige le jugement des mineurs par une

« juridiction spécialisée ou selon des procédures appropriées »,

mais il valide, curieusement, pour les contraventions des quatre premières classes, la compétence des juges

de proximité[5], magistrats non professionnels et a fortiori non spécialisés. En outre, les mesures de contrôle

judiciaire peuvent se voir prises, certes, par le juge des enfants, mais aussi par le juge des libertés et de la

détention, dont rien n’indique leur spécialisation dans la délinquance juvénile. Concernant le placement des mineurs

dans des centres éducatifs fermés au titre du contrôle judiciaire ou d’un sursis avec mise à l’épreuve, le Conseil

relève que ce placement sera ordonné « par l’autorité judiciaire »[6] qui comprend pour le Conseil, les magistrats

du siège et du parquet, mais sans aucune autre précision.

Néanmoins, le Conseil énonce, comme un obiter dictum[7],

la « nécessité de rechercher le relèvement éducatif et moral des enfants délinquants par des mesures

adaptées à leur âge et à leur personnalité » sans pour autant s’appuyer sur un fondement textuel précis.

En effet, le Conseil affirme que la « législation républicaine antérieure à l’entrée en vigueur de la Constitution

de 1946 ne consacre pas de règle selon laquelle les mesures contraignantes ou les sanctions devraient toujours

être évitées au profit de mesures purement éducatives »[8]. Ce principe sous-entendu avant l’ordonnance

du 2 février 1945 comme valeur communément admise mais non formellement inscrite dans une loi.

C’est au nom de ce principe que le Conseil avalise les centres éducatifs fermés car ils permettent

aux mineurs de

« faire l’objet de mesures de surveillance et d’un contrôle permettant d’assurer un suivi éducatif et pédagogique

renforcé et adapté à leur personnalité » [9]. Il invoque également cette raison pour justifier la détention provisoire

des mineurs de treize à seize ans s’ils méconnaissent les obligations du contrôle judiciaire auquel ils étaient

astreints mais, uniquement, si elle est effectuée dans « un établissement pénitentiaire spécialisé », ou dans

un « établissement garantissant la séparation entre détenus mineurs et majeurs » et en présence « d’éducateurs

» et s’il est prévu un « accompagnement éducatif en fin de détention»[10].

En outre, le Conseil demeure très évasif sur les « mesures adaptées à l’âge et à la personnalité »

qu’il faudrait prendre pour permettre le « relèvement éducatif et moral des mineurs délinquants ». Il rejette

l’argument avancé dans la saisine selon lequel les dispositions méconnaîtraient un principe fondamental reconnu

par les lois de la République qui exclurait la responsabilité pénale des enfants et consacrerait « le primat

de l’éducatif sur le répressif »[11]. Par conséquent, le Conseil refuse d’admettre que des sanctions soient

toujours évitées au profit de mesures purement éducatives ce qui jette un flou sur la portée effective de ce PFRLR.

Par ailleurs, comme le souligne M. J. Roux, le Conseil aurait pu examiner la décision à l’aune d’autres

principes constitutionnels anciens, ce qui aurait évité la reconnaissance d’un PRFLR à la structure

si complexe et même « inutile »[12].

En effet, l’usage des articles 8 et 9 de la Déclaration de 1789 aurait sans doute permis au Conseil
de rendre une décision identique.

D’une part, le Conseil aurait pu déduire de l’article 8[13] DDHC, l’exigence de proportionnalité justifiant

« l’atténuation de la responsabilité pénale des mineurs en fonction de l’âge ». Bien plus, « l’adoption de mesures

adoptées à leur âge et à leur personnalité » découle nécessairement du principe de proportionnalité des peines

lorsque cette mesure revêt le caractère d’une sanction. Quant aux mesures prises avant le jugement, telles

que la retenue, la garde à vue ou la détention provisoire, les juges constitutionnels auraient pu appliquer

l’article 9[14] aux mineurs, si les conditions de détention avant jugement avaient constitué une « rigueur

qui n’aurait pas été nécessaire ».

L’exigence selon laquelle les mesures doivent être adoptées par des juridictions spécialisées peut,
également, être déduite des mêmes sources.

Concernant, enfin, le relèvement éducatif et moral des mineurs délinquants. On peut également le rattacher

au principe de nécessité des peines de l’article 8. Car une mesure, qui ne vise pas un tel but,

n’apparaîtrait pas comme « strictement et évidemment nécessaire ».

Le Conseil constitutionnel, dans la décision du 29 août 2002, ravive la catégorie des PFRLR, catégorie

qu’il avait mise de côté, et ce, contrairement au Conseil d’État[15]. La consécration d’un nouveau PFRLR,

bien plus que son contenu ou son application, constitue l’apport majeur de la décision. V. Bück regrette

d’ailleurs qu’il n’ait pas eu « l’ambition » de consacrer d’autres principes fondamentaux constamment

reconnus par les lois de la République tels que la présomption absolue d’irresponsabilité en dessous

de 13 ans, posé par la loi du 22 juillet 1912, ou l’interdiction de la détention des mineurs de moins de 10 ans[16].

Contactez un avocat  (Justice pénale des mineurs)

Pour votre défense :

accueil mineur victime
aide juridictionnelle pour mineur victime
assistance avocat mineur victime
avocat aide juridique mineur
avocat attouchement sur mineur
avis a victime mineur
avocat audition mineur
avocat commis d’office mineur                                                                                     d’abord, (Droit pénal des mineurs)
autorisation parentale pour mineur droit à l’image
avocat corruption de mineur
avocat des mineurs
autorisation droit image mineur
avocat droit mineur
avocat d’un mineur
audition mineur victime sans parent
avocat et mineur

avocat mineur

audition mineur victime gendarmerie
avocat mineur 93
avocat mineur 93
audition mineur victime filmée
avocat mineur aide juridictionnelle
avocat mineur assistance éducative
audition mineur avocat obligatoire
avocat mineur audition libre
avocat mineur Bobigny
attestation de droit pour mineur
avocat mineur délinquant
avocat mineur en garde à vue
droit à l’image mineur France
avocat mineur étude
avocat mineur garde à vue
droit à l’image mineur formulaire
avocat mineur gratuit

avocat mineur obligatoire

droit à l’image mineur autorisation
avocat mineur pénal
avocat mineur victime
droit à l’image mineur
avocat obligatoire mineur audition libre
avocat obligatoire mineur garde à vue
discernement mineur droit pénal
avocat obligatoire mineur victime
avocat pour mineur
demande d’avocat pour mineur
avocat pour mineur 92
avocat pour mineur 95
convention d’honoraires avocat mineur
avocat pour mineur délinquant
avocat pour mineur étranger
conduire sans permis sanction mineur
confrontation mineur victime

avocat pour mineur étude

avocat pour mineur gratuit paris
composition pénale mineur avocat obligatoire
avocat pour mineur métier
avocat pour mineur Onisep
comment devenir avocat pour mineur
avocat pour mineur paris
avocat pour mineur salaire
cession droit image mineur
avocat pour mineur val d’Oise
avocat pour mineur Versailles
cas pratique droit mineur majeur
avocat pour mineur victime
avocat pour mineur Yvelines
ayant droit mineur sécurité sociale
avocat pour un mineur
avocat spécialisé mineur
droit à l’image mineur modèle

droit à l’image mineur parents séparés

syllogisme droit majeur mineur
droit à l’image mineur rd
droit à l’oubli mineur
sanctions sur mineur
droit apprenti mineur
droit asile mineur
sanction vol magasin mineur
sanction vol mineur
droit au bail mineur
droit au bail pour mineur
sanction vente alcool mineur
sanction vente tabac mineur
droit au chômage mineur
droit au compte mineur
sanction travail mineur
sanction usurpation d’identité mineur
droit au mineur
droit avocat mineur

sanction rouler sans permis mineur

sanction trafic de drogue mineur
droit bancaire mineur
droit caf mineur enceinte
sanction pour mineur
sanction pour un mineur
droit chômage mineur
droit civil mineur
sanction pour agression sur mineur
sanction pour maltraitance sur mineur
droit de circulation mineur étranger
droit de fumer mineur
sanction pénale pour vol mineur
sanction pénale sur mineur
droit de garde mineur
droit de grevé mineur
sanction mineur qui conduit

sanction mineur sans permis

droit de mineur
droit de mineur en France
sanction mineur moins de 13 ans
sanction mineur pour vol
droit de mineur étranger en France
droit de succession héritier mineur
sanction mineur de 16 ans
sanction mineur de 16 ans
droit de succession pour mineur
droit de travail pour mineur
trouver un avocat pour mineur
vol avec effraction sanction mineur
droit de travailler mineur
droit de tutelle mineur
sanction mineur
droit à l’image mineur parents divorcés

sanction mineur au volant

droit de visite mineur
droit de vote mineur
sanction harcèlement mineur
sanction justice mineur
droit de vote mineur émancipé
droit de vote mineur SCI
sanction embauche mineur
sanction et peine pour mineur
droit de voyager mineur
droit des contrats mineur
sanction éducative mineur délinquant
sanction éducative pour mineur
droit des mineur
droit des mineurs en France
sanction disciplinaire pour mineur
sanction éducative mineur

droit des mineur étranger en France

droit des mineur face à la police
sanction contre mineur
sanction détournement de mineur
droit des mineur sans papier
droit du lycéen mineur
sanction conduite mineur
sanction consommation alcool mineur
droit du mineur de 16 ans
droit du mineur émancipé
sanction apprenti mineur
sanction bagarre mineur
droit du mineur en garde à vue
droit du mineur hospitalisé
sanction administrative communale mineur
sanction alcool mineur
droit du mineur sous tutelle

droit du patient mineur hospitalisé

sanction administrative communale mineur
sanction alcool mineur
droit du patient mineur hospitalisé en psychiatrie
droit du travail mineur 17 ans
plainte mineur victime
réforme droit pénal mineur
droit du travail mineur étranger
droit du travail mineur restauration
mineur victime d’une infraction
nouveau droit mineur
droit d’un mineur
droit d’un mineur de 16 ans
mineur victime avocat obligatoire
mineur victime constitution de partie civile
droit d’un mineur de 17 ans
droit d’un mineur émancipé

mineur victime audition filmée

mineur victime avocat
droit d’un mineur en France
droit d’un mineur en garde à vue
mineur victime audition
droit d’un mineur étranger en France
droit d’une mineur enceinte
mineur victime aide juridictionnelle
droit et mineur
droit image mineur
mineur victime
droit immobilier mineur
droit interrogatoire mineur
mineur licence droit
droit logement mineur
droit manifestation mineur
mineur fugue droit

droit mariage mineur

droit mineur
mineur et droit pénal
droit mineur 15 ans
droit mineur 16 ans
mineur et droit du travail
droit mineur 17 ans
droit mineur association
mineur et droit à l’image
droit mineur audition libre
droit mineur banque
mineur droit du travail
droit mineur émancipé
droit mineur enceinte
mineur droit au compte
droit mineur étranger
droit mineur étranger France

mineur droit au chômage

droit mineur garde à vue
droit mineur hospitalisé
mineur de victime
droit mineur internet
droit mineur isolé
mineur avocat commis d’office
droit mineur isolé étranger
droit mineur majeur
master droit mineur
droit mineur mis en cause
droit mineur mis en examen
licence droit mineur santé
droit mineur non accompagné
droit mineur SCI
le mineur victime en droit pénal
droit orphelin mineur

droit patient mineur

le mineur victime
droit pénal mineur
droit pénal mineur délinquant
incapacité mineur droit civil
droit pénal mineur France
droit pour mineur
garde a vue avocat mineur
droit pour mineur enceinte
droit salarié mineur
formulaire droit image mineur
droit spécifique du mineur retenu
droit succession mineur
enregistrement mineur victime
droit travail mineur
droit travail mineur 16 ans

du cabinet Aci assurera efficacement votre défense.
Il vous appartient de prendre l’initiative en l’appelant au
téléphone ou bien en envoyant un mail.
Quelle que soit votre situation : victime ou auteur de l’infraction,
nos avocats vous accompagnent et assurent votre défense durant la phase d’enquête (garde à vue) ;
d’instruction (juge d’instruction, chambre de l’instruction) ; devant la chambre de jugement et enfin,
pendant la phase judiciaire (après le procès, auprès de l’administration pénitentiaire par exemple).

Les domaines d’intervention du cabinet Aci  (Justice pénale

des mineurs)

Cabinet d’avocats pénalistes parisiens

Adresse : 55, rue de Turbigo
75003 PARIS
Tél : 01.42.71.51.05
Fax : 01.42.71.66.80
E-mail : contact@cabinetaci.com
Catégories
Premièrement, LE CABINET
En premier lieu, Rôle de l’avocat pénaliste (Justice pénale des mineurs)
En second lieu, Droit pénal (Justice pénale des mineurs)
Tout d’abord, pénal général (Justice pénale des mineurs)
Ensuite, Droit pénal spécial : les infractions du code pénal
Puis, pénal des affaires (Justice pénale des mineurs)
Aussi, Droit pénal fiscal (Justice pénale des mineurs)
Également, Droit pénal de l’urbanisme (Justice pénale des mineurs)
De même, Le droit pénal douanier (Justice pénale des mineurs)
Et aussi, Droit pénal de la presse (Justice pénale des mineurs)

                 Et ensuite,  (Justice pénale des mineurs)

pénal des nuisances
Et plus, pénal routier infractions
Après, Droit pénal du travail
Davantage encore, Droit pénal de l’environnement
Surtout, pénal de la famille
Par ailleurs, Droit pénal des mineurs
Ainsi, Droit pénal de l’informatique
Tout autant, pénal international
Que, Droit pénal des sociétés
En dernier, Le droit pénal de la consommation
Troisièmement, Lexique de droit pénal
Quatrièmement, Principales infractions en droit pénal
Et puis, Procédure pénale
Ensuite, Notions de criminologie
Également, DÉFENSE PÉNALE
Aussi, AUTRES DOMAINES
Enfin, CONTACT.

Aller à la barre d’outils