Droit pénal spécial

Les atteintes involontaires

les atteintes involontaires

Les atteintes involontaires sont pour le code pénal, les blessures et les homicides non voulus par l’agent.
Bien que le résultat n’était pas recherché,
il existe tout de même un acte volontaire :
l’acte ayant conduit au résultat préjudiciable pour la victime.

I. Les éléments constitutifs des atteintes involontaires

A. L’élément matériel

L’acte

Les différents textes visent l’acte commis par « maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposé par la loi ou le règlement ».

La faute

Elle doit être prouvée par la partie poursuivante.
Le prévenu peut se dégager en prouvant l’existence de :

  • La force majeure d’abord
  • La faute de la victime, en tant que clause exclusive du dommage.

La notion de faute pénale

Le Code pénal ne définit pas la faute pénale.
On peut y voir un défaut de précaution ou une conduite blâmable se traduisant par une indifférence aux règles sociales, un non respect des règles de prudence nécessaires.
Il existe plusieurs catégories de fautes pénales :

  • Les simples tout d’abord, : Ce peut être des actes positifs :
    • En premier lieu, La maladresse : c’est le défaut de dextérité.
    • En second lieu, L’imprudence : cela consiste en une méconnaissance des règles de prudence entraînant la prise d’un risque dangereux.
  • Ce peut être aussi des actes négatifs, par omission :
    • L’inattention : C’est la légèreté, l’étourderie de l’agent qui dénote un manque de concentration sur la tache qu’il exécute.
    • La négligence : c’est le fait d’omettre de prendre les précautions nécessaires par laisser aller.

Le manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement
Il existe deux sortes de fautes graves :

  • La délibérée aussi : Elle suppose l’existence :
    • d’un texte
    • d’une volonté murement réfléchie de violer le texte en sachant qu’un dommage peut arriver, et en prendre le risque sans état d’âme.
  • Et finalement, la caractérisée : Le prévenu ne pouvait ignorer le risque.

Le résultat : le préjudice

Les infractions d’atteintes involontaires se caractérisent par la gravité de leur résultat.

  • La nécessité du résultat : Le résultat est l’atteinte effective à la vie ou à l’intégrité physique. Attention: la tentative ne se conçoit pas. En effet, elle implique une volonté vers un résultat, nécessairement absent en l’espèce.
  • La gravité du résultat : Ces infractions ne se distinguent entre elles que par la gravité du résultat provoqué. La gravité de l’atteinte subie par la victime va fixer la qualification exacte de l’infraction commise et donc la peine encourue. Ainsi la gravité de l’infraction dépend de la gravité du résultat et non de la gravité de la faute commise.

Les différents résultats visés par le code pénal sont :

Le lien de causalité

Le lien de causalité est nécessaire : Il faut un rapport certain entre la cause, c’est-à-dire l’acte de l’agent, et le dommage.
La responsabilité pénale des personnes morales peut être engagée dès qu’il existe un rapport causal certain entre la faute et le dommage, peu importe la gravité de la faute.
Au contraire, en ce qui concerne les personnes physiques, on opère une distinction en fonction de la force du lien de causalité :
Ainsi, on distingue la causalité directe de la causalité indirecte :

  • D’une part, si le lien entre la faute et le préjudice est direct, toute faute peut être une faute pénale pouvant entrainer la responsabilité pénale de son auteur.
    ? Le lien est direct « chaque fois que l’imprudence ou la négligence reprochée était soit la cause unique, exclusive, soit la cause immédiate ou déterminante de l’atteinte à l’intégrité physique d’autrui. » (D. COMMARET)
  • D’autre part, si le lien est indirect, la faute n’est pénale que si elle est d’une certaine gravité. Le lien indirect est défini à l’article 121-3 al 4 du Code pénal. L’article distingue deux hypothèses :
    • En premier lieu, le prévenu « a créé ou contribué à créé la situation qui a permis la réalisation du dommage. » L’agent n’est pas forcément le seul à avoir créé la situation dangereuse. La situation a débouché sur le préjudice.
    • En second lieu, le fait de ne « pas avoir pris les mesures permettant d’éviter le dommage. »

Dans ces hypothèses, l’auteur de la faute n’a pas lui-même porté atteinte physiquement à la victime.

II. Les peines encourues pour les atteintes involontaires

A. Les peines ordinaires

Les peines principales

  • Tout d’abord, s’il y a homicide, les peines sont de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende (art 221-6 du Code pénal).
  • S’il y a ensuite qu’une incapacité totale de travail :
    • supérieure à 3 mois, les peines encourues s’élèvent à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende. (art 222-19 du Code pénal).
    • inférieure où égale à trois mois, l’infraction est une contravention de 5ème classe, punie d’une amende de 1500 euros (R625-2) (3.000 euros en cas de récidive) (R625-6).
  • S’il n’y a pas enfin, d’incapacité, l’infraction est une contravention de 2ème classe punie de 150 euros d’amende.

Les peines complémentaires

Elles peuvent s’ajouter ou se substituer à la peine principale (Interdiction d’arme, suspension permis de conduire, annulation, confiscation, retrait du permis de chasse, affichage de lé décision).

B. Le régime d’exception, les accidents routiers

Les peines principales                                                                                                                                                  les atteintes involontaires

  • S’il y a homicide, les peines sont de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende.
  • S’il y a incapacité totale de travail :
    • Si l’incapacité est supérieure à 3 mois, les peines encourues s’élèvent à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende. (art 222-19 du Code pénal).
    • En cas d’incapacité inférieure où égale à trois mois, les peines encourues s’élèvent à deux ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende

Les peines peuvent être encore aggravées par certaines circonstance telles que l’emprise d’un état alcoolique, ne pas être titulaire du permis, dépassement de la vitesse > 50 km/h par rapport vitesse autorisé, fuite.
Il existe également des peines secondaires telles que l’interdiction de conduire un véhicule, l’immobilisation du véhicule, la confiscation du véhicule ou encore l’interdiction du permis de conduire avec interdiction de le repasser pendant un certain délai.

III. Les poursuites pour les atteintes involontaires

La tentative n’est pas incriminée.
La prescription de l’action publique ne court qu’à partir de la constatation du résultat, c’est-à-dire de la survenance du dommage subi par la victime

Contactez un avocat

Adresse : 55, rue de Turbigo
75003 PARIS
Tél : 01.42.71.51.05
Fax : 01.42.71.66.80
E-mail : contact@cabinetaci.com
Catégories
Premièrement, LE CABINET  (Les atteintes involontaires)
Deuxièmement, SPÉCIALISTE DROIT PÉNAL  (Les atteintes involontaires)
En premier lieu,   Rôle de l’avocat pénaliste  (Les atteintes involontaires)
En second lieu, Droit pénal    (Les atteintes involontaires)
Tout d’abord, pénal général    (Les atteintes involontaires)
Ensuite, Droit pénal spécial : les infractions du code pénal   (Les atteintes involontaires)
Puis, pénal des affaires    (Les atteintes involontaires)
Aussi, Droit pénal fiscal     (Les atteintes involontaires)
Également, Droit pénal de l’urbanisme    (Les atteintes involontaires)
De même, Le droit pénal douanier    (Les atteintes involontaires)
Et aussi, Droit pénal de la presse    (Les atteintes involontaires)

                 Et ensuite,      (Les atteintes involontaires)

pénal des nuisances    (Les atteintes involontaires)
Et plus, pénal routier infractions    (Les atteintes involontaires)
Après, Droit pénal du travail    (Les atteintes involontaires)
Davantage encore, Droit pénal de l’environnement   (Les atteintes involontaires)
Surtout, pénal de la famille    (Les atteintes involontaires)
Par ailleurs, Droit pénal des mineurs    (Les atteintes involontaires)
Ainsi, Droit pénal de l’informatique    (Les atteintes involontaires)
Tout autant, pénal international   (Les atteintes involontaires)
Que, Droit pénal des sociétés    (Les atteintes involontaires)
En dernier, Le droit pénal de la consommation    (Les atteintes involontaires)
Troisièmement, Lexique de droit pénal    (Les atteintes involontaires)
Quatrièmement, Principales infractions en droit pénal    (Les atteintes involontaires)
Et puis, Procédure pénale    (Les atteintes involontaires)
Ensuite, Notions de criminologie  (Les atteintes involontaires)
Également, DÉFENSE PÉNALE   (Les atteintes involontaires)
Aussi, AUTRES DOMAINES   (Les atteintes involontaires)
Enfin, CONTACT

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top