Définition

La victime se définit étymologiquement comme « une créature vivante offerte au sacrifice de Dieu» (latin. Victima).

Rarement utilisé avant la le XVème siècle, la définition a depuis évolué :

Aujourd’hui le terme est employé pour désigner «l’ensemble des personnes subissant un préjudice»[1].                                       (Victime)   

                                                                                  Si, au sein du droit criminel français, de nombreuses notions sont proches du concept de victimepartie lésée, plaignant,

personne ayant subi un préjudice ou ayant personnellement souffert du dommage causé par l’infraction, partie civile-,

aucune définition précise ne figure dans le code pénal.

Selon Robert CARIO, c’est alors le critère légal de l’infraction qui institue en victime la personne atteinte dans son corps,

son honneur ou ses biens.

Si le droit français ne précise pas davantage la notion, des définitions émanant des instances internationales existent :                                     (Victime)

D’une part, au sein de la déclaration des principes fondamentaux de justice relatifs aux victimes de criminalité

et aux victimes d’abus de pouvoir (Résolution de l’assemblée des Nations Unies en date du 29 novembre 1985)

les victimes se définissent comme « des personnes qui, individuellement ou collectivement, ont subis un préjudice,

notamment une atteinte à leur intégrité physique ou morale, une perte matérielle, ou une atteinte grave à leur

droits fondamentaux, en raison d’actes ou d’omissions qui enfreignent les lois pénales en vigueur

dans un état membre, y compris celles qui proscrivent les abus criminels de pouvoir ».

D’autre part, plus récemment en 2001, le conseil de l’union européenne a définit la victime comme

« la personne qui a subi un préjudice y compris à son intégrité physique ou mentale, une souffrance morale

ou une perte matérielle, directement causé par les actes qui enfreignent la légalisation pénale d’un état membre ».


[1] Robert CARIO, dictionnaire de sciences criminelles, sous la direction de LOPEZ Gérard et STAMATIOS Tzitzis (dir.),

Dalloz, 2004

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top