Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet

Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet

Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet :

Internet :

 

Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet

Les infractions sexuelles, conçues de la manière la plus ancienne, nécessitent une matérialisation concrète et humanisée :

c’est le cas notamment du viol, de l’agression sexuelle ou encore de l’atteinte sexuelle qui ne s’entendent que par

la matérialisation d’une pénétration ou d’un attouchement (bien que la provocation à ces infractions sexuelles

soit elle-même incriminée sur la base de l’article 227-28-3 du code pénal issu de la loi du 4 avril 2006).

A l’heure d’Internet et du développement numérique, les infractions sexuelles dématérialisées se développent.

Les contenus à caractère sexuel, faisant l’objet d’une répression, véhiculent alors par les réseaux sociaux

(Facebook, Instagram, Whatsapp…) : c’est le cas notamment du harcèlement sexuel ou de l’exhibition de l’image

sexuelle d’autrui.

Par conséquent, le législateur a dû se soucier de ces nouvelles formes d’atteinte à l’intimité sexuelle.

 

Le « revenge porn », traduit littéralement « vengeance pornographique » consiste pour un individu à publier

sur un réseau public ou privé un contenu sexuellement explicite d’une personne à son insu.

Ce contenu consiste souvent en des photographies ou vidéos pornographiques que l’auteur

de l’infraction détient grâce ou non au consentement de la victime.

L’exemple type du « revenge porn » se présente de la sorte : un couple s’échange dans son intimité des photos

et vidéos à caractère sexuel. Lors de la rupture, l’un des individus, par esprit de « vengeance », diffuse ce contenu

sur les réseaux sociaux.   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Si les articles 226-1 et 226-2 du code pénal assuraient jusqu’ici la protection de différentes atteintes à la vie privée,

le législateur estima que ces dispositions présentaient certaines faiblesses et lacunes concernant les atteintes

à l’intimité sexuelle. C’est pourquoi il créa l’infraction de « revenge porn » figurant désormais

à l’article 226-2-1 du code pénal.

 

Avant de présenter l’article 226-2-1, il convient de revenir brièvement sur ces articles 226-1 et 226-2 et d’identifier

les différents points qui ont amené les parlementaires à légiférer de nouveau.

   Des articles 226-1 et 226-2 du code pénal à l’avènement de l’article

226-2-1   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

 

L’article 226-1 du code pénal prévoit de punir d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende :

« Le fait, au moyen d’un procédé quelconque, volontairement de porter atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui :

1° En captant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de leur auteur, des paroles prononcées

         à titre privé ou confidentiel ;

2° En fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de celle-ci, l’image d’une personne se trouvant dans

un lieu privé ». Il ne vise ainsi pas le cas dans lequel la victime, dont l’image est dérobée, se trouve dans un lieu public

alors même que les faits relèveraient d’une atteinte à son intimité sexuelle.

 

L’article 226-2 du code pénal punit par ces mêmes peines « le fait de conserver, porter ou laisser porter à la connaissance

du public ou d’un tiers ou d’utiliser de quelque manière que ce soit tout enregistrement ou document obtenu à l’aide

de l’un des actes prévus par l’article 226-1 ».

Le législateur, à travers de ces deux articles, réprimait indifféremment la violation des différents domaines de la vie privée,

l’atteinte à l’intimité sexuelle ne faisant aucunement l’objet d’une circonstance aggravante. Pourtant, un rapport

de l’Assemblée nationale en date du 15 décembre 2015 expose en référence aux cas de « revenge porn » que

« de fait, ces pratiques s’apparentent à une agression sexuelle, sinon un viol numérique, même si les faits ne sont pas

qualifiés comme tels sur le plan juridique ».

C’est une jurisprudence rendue par la chambre criminelle de la Cour de cassation le 16 mars 2016 qui marquera

l’impératif de se saisir des cas « revenge porn », les articles 226-1 et 226-2 du code pénal, ne permettant pas

une bonne protection des victimes en ce domaine.

En l’espèce, un individu avait photographié sa compagne nue et enceinte, avec l’assentiment de celle-ci.

Au moment de la rupture, il avait fait paraître la photographie sur Internet, sans l’accord de son ancienne compagne

cette fois-ci. S’il y avait sans aucun doute violation de la valeur protégée par le texte d’incrimination

(à savoir la protection de l’intimité de la vie privée), l’image litigieuse avait toutefois été prise avec l’accord

de la compagne conformément à l’article 226-1 du code pénal. L’article 226-2 de ce même code ne pouvait

donc être visé afin de démontrer une atteinte à l’intimité sexuelle de la victime. La Cour a opéré à une interprétation

stricte de la loi pénale (conformément à l’article 111-4 du code pénal) en disposant que « n’est pas pénalement

réprimé le fait de diffuser, sans son accord, l’image d’une personne réalisée dans un lieu privé avec son consentement ».

Dans ce contexte, l’article 226-2-1 du code pénal issu de la loi du 7 octobre 2016 pour une République numérique

permet de réprimer dûment les cas d’atteinte à l’intimité sexuelle même lorsque le consentement avait été donné

lors de la fixation des images ou l’enregistrement des vidéos, dès lors qu’il n’est pas réitéré lors de la diffusion.

Il marque une rupture avec les articles 226-1 et 226-2 puisqu’il s’attache uniquement aux « paroles et images

présentant un caractère sexuel ».

 

A)   L’élément légal de l’infraction:    (Le revenge porn : une infraction

sexuelle à l’ère d’Internet)

L’article 226-2-1 du code pénal est rédigé de la manière suivante :

« Lorsque les délits prévus aux articles 226-1 et 226-2 portent sur des paroles ou des images présentant un caractère

sexuel prises dans un lieu public ou privé, les peines sont portées à deux ans d’emprisonnement et à 60 000 € d’amende.

Est puni des mêmes peines le fait, en l’absence d’accord de la personne pour la diffusion, de porter à la connaissance

du public ou d’un tiers tout enregistrement ou tout document portant sur des paroles ou des images présentant

un caractère sexuel, obtenu, avec le consentement exprès ou présumé de la personne ou par elle-même, à l’aide

de l’un des actes prévus à l’article 226-1. »

Il affiche finalement l’atteinte à l’intimité sexuelle comme une circonstance aggravante des atteintes à la vie privée

en général puisque les peines sont élevées à deux ans d’emprisonnement et 60 000 € d’amende.

 

B)  L’élément matériel de l’infraction : (Le revenge porn : une infraction

sexuelle à l’ère d’Internet)

 

L’infraction de revenge-porn nécessite la manifestation de « paroles ou d’images présentant un caractère sexuel ».

Il est essentiel de préciser ces différentes notions afin de comprendre au mieux la teneur de cet article.

           La notion de paroles: attention, de simples bruits et gémissements ne constituent pas des paroles.

           La notion d’images: L’image telle que définie par cet article, doit être celle d’une personne déterminée puisque

l’identification est une condition sine qua non de toute atteinte à la vie privée (la Cour de cassation rappelle ce principe

dans un arrêt rendu par la première chambre civile le 9 avril 2014). Par conséquent, si l’image est centrée sur

un organe génital, ne permettant de voir le visage de la personne ou de l’identifier d’une quelconque manière,

l’article 226-2-1 n’a en principe, pas vocation à s’appliquer.

          La notion de « caractère sexuel »: ce terme utilisé au singulier fait l’objet d’une appréciation subjective.

En effet, concernant l’image, de nombreuses questions peuvent se poser. Le caractère sexuel d’une image s’impose-t-il

par ce que celle-ci montre ou par ce que celle-ci suggère ? Le « contexte » dans lequel est prise l’image est capital

dans la détermination du caractère sexuel.    (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Exemple : Le juge n’examinera pas de la même façon une image présentant une femme seins nus, allongée et dans

un contexte suggérant une relation sexuelle et une image d’une femme seins nues qui bronze au bord de sa piscine,

se pensant à l’abri des regards ou encore une image d’une femme seins nues qui participe à une campagne

de sensibilisation sur le cancer du sein.      (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Concernant les paroles, l’appréciation du caractère sexuel sera étudiée au vu du contenu de ces dernières et du contexte

dans lequel elles seront prononcées.      (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Exemple : ne seront pas appréciées de la même manière des paroles portant sur la description de l’organe génital

d’un partenaire, voir de ses performances sexuelles et des paroles portant sur une maladie affectant un organe sexuel.

          La notion de lieu :     (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

L’alinéa 1 de l’article précise que lorsque les délits prévus aux articles 226-1 et 226-2 portent sur des paroles

ou images présentant un caractère sexuel, ces dernières doivent à l’origine, avoir été prises dans un lieu public ou privé.

TANDIS QUE                 (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

L’alinéa 2 de l’article punissant quant à lui la diffusion non consentie d’images ou de paroles réalisées avec l’accord

de l’intéressé suppose que ces images diffusées aient été obtenues « à l’aide de l’un des actes prévus à l’article 226-1

du code pénal » nécessitant alors que la personne dont l’image est captée se trouve dans un lieu privé.

         La notion de consentement:    (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Le consentement de la victime est valorisé par la rédaction de l’alinéa 2 de cet article 226-2-1 et vient ainsi rompre

le lien avec l’article 226-1 du code pénal puisqu’il dispose que l’enregistrement ou le document doit avoir été obtenu

« avec le consentement exprès ou présumé de la personne ou par elle-même ».

C) Élément moral de l’infraction : (Le revenge porn : une infraction

sexuelle à l’ère d’Internet)

C’ est une infraction intentionnelle conformément à l’alinéa premier de l’article 121-3 du code pénal

disposant qu « il n’y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre ».

S’agissant du premier alinéa de l’infraction, l’intention se déduit directement des faits : l’auteur de l’infraction

est pleinement conscient qu’en agissant de la sorte, il porte atteinte à l’intimité sexuelle de la personne.

Concernant l’alinéa 2 de l’article 226-2-1, l’élément moral semble plus spécifique. Il se déduit directement de l’expression

« en l’absence d’accord ». L’auteur de l’infraction a conscience en diffusant les images ou vidéos, de nuire à la personne

identifiée et d’aller à l’encontre de son consentement alors même que les images et paroles en plein accord

« avec le consentement exprès ou présumé de la personne ou par elle-même ».

       Prescription de l’infraction:

Conformément à l’alinéa premier de l’article 8 du code de procédure pénale, le « revenge porn », constituant

un délit se prescrit de six années révolues à compter du jour où l’infraction a été commise.

    La protection des victimes face au phénomène de « revenge porn »

(Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

 

Le phénomène de « revenge porn » se multiplie ces dernières années corrélativement à l’évolution des nouvelles

technologies et de la société de consommation : les adolescents, particulièrement marqués par ce phénomène,

disposent pour la plupart de smartphones systématiquement dotés d’appareils photos tandis que

la publication d’un contenu sur un réseau social est largement simplifiée et répandue. Les conséquences

en sont malheureusement parfois catastrophiques tant l’impact psychologique est important pour la victime.

La protection des victimes de « revenge porn » tend à s’étoffer bien qu’elle demeure actuellement fragile.

En effet, pour que les constations soient établies, les victimes sont soumises à la règle selon laquelle le contenu

litigieux reste en ligne durant toute la procédure administrative. A cette règle, existe toutefois une exception

concernant les mineurs qui ont la possibilité d’invoquer à travers une procédure accélérée auprès de la CNIL

(Commission nationale de l’informatique et des libertés), un droit de désindexation ou de déférencement

des moteurs de recherche. Si cette exception se perçoit de prime abord comme une garantie de la protection

de la vie privée et plus précisément, de l’intimité sexuelle, ces effets doivent être nuancés. En effet, les publications

peuvent souvent être consultées par des moyens détournés en utilisant par exemple des mots clés désindexés

ou en utilisant d’autres moteurs de recherches.

Une bonne réactivité des autorités dans la constatation des infractions de « revenge porn » est donc essentielle

pour assurer une protection optimale de la victime : plus le contenu illicite est disponible et consultable sur le net,

plus il se propage et plus il devient compliqué d’en restreindre sa circulation.

Si l’on est victime de « revenge porn », la rapidité dans le temps de réaction est essentielle.

 

Plusieurs possibilités s’offrent à la victime : (Le revenge porn :

une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Il faut dans un premier temps qu’elle opère à un signalement. Ne nombreux réseaux sociaux le permettent.

C’est le cas notamment de Facebook qui, via un onglet associé à chaque image ou vidéo, permet de signaler

un contenu mettant une personne en danger immédiat.

Au-delà de cette procédure de signalement, existe une procédure dite de notification qui permet de porter

à la connaissance d’un hébergeur l’existence de contenus portant atteinte à l’intimité sexuelle d’autrui

qu’il stocke et d’en demander le retrait, après avoir fait établir, en urgence, un procès-verbal de constat

par huissier qui sera primordial afin de poursuivre le responsable des publications. En effet, l’article 6 de la

loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique impose aux hébergeurs de mettre en place

« un dispositif facilement accessible et visible permettant à toute personne de porter à leur connaissance»

tout contenu sexuellement explicite et non autorisé.

Dans le cas où cette procédure de notification n’aboutit pas au retrait du contenu litigieux, la victime pourra

saisir le tribunal par le biais d’une procédure d’urgence afin que sur ordre l’hébergeur supprime ce contenu

 

 

Contactez un avocat

Adresse : 55, rue de Turbigo
75003 PARIS

Tél : 01.42.71.51.05
Fax : 01.42.71.66.80

E-mail : contact@cabinetaci.com

Catégories

Premièrement, LE CABINET    (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Deuxièmement, SPÉCIALISTE DROIT PÉNAL   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

En premier lieu, Rôle de l’avocat pénaliste   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

En second lieu, Droit pénal   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Tout d’abord, pénal général   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Ensuite, Droit pénal spécial : les infractions du code pénal   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Puis, pénal des affaires   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Aussi, Droit pénal fiscal    (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Également, Droit pénal de l’urbanisme   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

De même, Le droit pénal douanier   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Et aussi, Droit pénal de la presse   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

                 Et ensuite,     (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

pénal des nuisances   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Et plus, pénal routier infractions   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Après, Droit pénal du travail   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Davantage encore, Droit pénal de l’environnement  (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Surtout, pénal de la famille   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Par ailleurs, Droit pénal des mineurs   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Ainsi, Droit pénal de l’informatique   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Tout autant, pénal international  (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Que, Droit pénal des sociétés   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

En dernier, Le droit pénal de la consommation   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Troisièmement, Lexique de droit pénal   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Quatrièmement, Principales infractions en droit pénal   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Et puis, Procédure pénale   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Ensuite, Notions de criminologie   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Également, DÉFENSE PÉNALE    (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Aussi, AUTRES DOMAINES   (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

Enfin, CONTACT  (Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

(Le revenge porn : une infraction sexuelle à l’ère d’Internet)

8 avril 2018 / Non classé