Facteurs de la délinquance

Facteurs de la délinquance :
La sensibilité plus grande de certains individus aux facteurs généraux de la criminalité réside sans doute dans les particularités
de ces personnes, dans leur existence vécue depuis le milieu familial d’origine jusqu’au milieu socioprofessionnel
à l’époque du crime.

La famille                                                            (Facteurs de la délinquance)

L’affaiblissement de la famille par le divorce notamment conduit au constat d’un nombre croissant de vols commis
par les jeunes de treize à dix-neuf ans de parents divorcés.

L’école                                                                   (Facteurs de la délinquance)

Victor Hugo au XIXème siècle nous disait : « Ouvrez une école, vous fermerez une prison ».
Cette affirmation semble peu cohérente avec une réalité selon laquelle l’illettrisme a chuté en France
de 90% en quatre vingts ans tandis que la criminalité n’a fait qu’augmenter dans le même temps.
Néanmoins le niveau d’instruction influe significativement sur la nature des délits commis, on parle désormais
de « délinquant en col blanc » s’agissant du droit pénal des affaires.De plus, le mode d’exécution s’est diversifié,
s’adaptant aux délits d’astuce qui impliquent un niveau d’instruction plus élevé(fraude informatique).
Le milieu scolaire est lui-même devenu un facteur de violence. On constate ainsi une recrudescence des violences
scolaires contre les élèves, les enseignants et le personnel de service de l’éducation nationale de la part des élèves.

L’immigration                                                   (Facteurs de la délinquance)

Le taux de criminalité de la première génération immigrante était infime en raison du point de référence lors
de l’évaluation de leur situation économique et sociale se situant non pas au niveau des possibilités offertes
aux autochtones dans son pays d’accueil mais des conditions dans leurs régions d’origine.
Il en résulte la réduction de l’écart entre les ambitions et la réalité, étant donné leur projet initial de retour au pays d’origine.
La seconde génération d’immigration avait peu probablement les mêmes ambitions en dépit d’une loyauté évidente
au pays d’origine de leurs parents. Leur élément de comparaison s’oriente davantage vers les autochtones du même âge,
élevant de ce fait leur niveau d’ambition et créant des tensions plus intenses entre l’imaginaire et le réel (selon KILLIAS).

Les moyens de communication de masse    (Facteurs de la délinquance)

Monsieur Pinatel faisait état de l’effet neutre des médias sur les motivations criminelles mais ils sont source
de stimuli criminogènes supplémentaires. Ils agissent sur les mineurs et jouent un rôle majeur sur l’apprentissage
des modes d’exécution de certains crimes.
L’effet internet ainsi que les téléphones portables sont à l’origine de certaines infractions nouvelles telles que
le « happy slapping » (pratique consistant à filmer l’agression physique d’une personne à l’aide d’un téléphone portable).
L’influence des nouvelles technologies allant jusqu’au suicide des adolescents issus d’une profonde détresse financière.
(Article dans Le Monde du 18 janvier 2007 « Obliger les ados à raccrocher »).
 

Contactez un avocat

Adresse : 55, rue de Turbigo
75003 PARIS
Tél : 01.42.71.51.05
Fax : 01.42.71.66.80
E-mail : contact@cabinetaci.com
Catégories

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top