Les pratiques commerciales déloyales

Les pratiques commerciales déloyales :
Les messages publicitaires doivent être loyaux,
les consommateurs ne doivent pas être trompés par des messages qui attribuent à des services ou produits de fausses qualités.
La loi du 3 janvier 2008 a transposé tardivement la directive du 11 mai 2005 relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises.
Les pratiques commerciales ont été remaniées par la loi du 4 août 2008,
elles recouvrent les pratiques commerciales trompeuses et agressives.

La grande majorité des pratiques considérées comme déloyales appartiennent à l’une de ces deux catégories.

Définition :
Au terme de l’article 120-1 du code de la consommation, une pratique commerciale est déloyale
lorsqu’elle est contraire aux exigences de la diligence professionnelle
et qu’elle altère ou qu’elle est susceptible d’altérer de manière substantielle,
le comportement économique du consommateur normalement informé
et raisonnablement attentif et avisé à l’égard d’un bien ou d’un service.
L’alinéa 2 de l’article L 120-1 du code de la consommation précise que lorsqu’une pratique commerciale vise une
« catégorie particulière de consommateurs
ou un groupe de consommateurs vulnérables
en raison d’une infirmité mentale ou physique, de leur âge ou de leur crédibilité »,
son caractère déloyal va s’apprécier au regard de la capacité moyenne de discernement de la catégorie ou du groupe.
Cette précision est tirée de la directive du 11 mai 2005 qui prend en considération les consommateurs « vulnérables ».

Section I : Les pratiques commerciales trompeuses

(Les pratiques commerciales déloyales)

La loi du 3 janvier 2008 a substitué le délit de publicité trompeuse aux pratiques commerciales trompeuses.
L’article 121-1 ne donne pas de définition, il se contente d’exposer les circonstances dans lesquelles
il y a pratiques commerciales trompeuses.
La publicité n’est que l’un des supports
qui vient donner lieu à l’application de la nouvelle infraction.
Par cette substitution le législateur élargit la protection du consommateur
en augmentant le risque d’incrimination des professionnels.
Une définition a été donnée par la directive du 11 mai 2005, il s’agit de
« toute action, omission, conduite, démarchage, ou communication commerciale y compris la publicité et le marketing,
de la part d’un professionnel, en relation directe avec la promotion,
la vente ou la fourniture d’un produit aux consommateurs ».
L’article 121-1 du code de la consommation énumère de manière limitative les pratiques qui sont réputées trompeuses.

I) Éléments constitutifs de l’infraction  (Les pratiques commerciales déloyales)

A) Élément matériel en premier lieu

Au terme de l’article L 121-1 du code de la consommation, une pratique commerciale est trompeuse
si elle est commise tout d’abord, dans l’une des circonstances suivantes :

  • Premièrement,

    (Les pratiques commerciales déloyales)                                                                

  • Lorsqu’elle crée une confusion avec un autre bien ou service, une marque, un nom commercial, ou un autre signe distinctif d’un concurrent ;
  • 2°Deuxièmem( Les pratiques commerciales déloyales)
  • lorsqu’elle repose sur des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur et portant sur l’un ou plusieurs des éléments suivants :
    • a)D’abord, l’existence, la disponibilité ou la nature du bien ou du service ;
    • b) Puis, les caractéristiques essentielles du bien ou du service, à savoir :
    • ses qualités substantielles, sa composition, ses accessoires, son origine, sa quantité, son mode et sa date de fabrication,
    • les conditions de son utilisation et son aptitude à l’usage, ses propriétés et les résultats attendus de son utilisation,
    • ainsi que les résultats et les principales caractéristiques des tests et contrôles effectués sur le bien ou le service ;
    • c) Ensuite, le prix ou le mode de calcul du prix, le caractère promotionnel du prix et les conditions de vente, de paiement et de livraison du bien ou du service ;
    • d) Encore, le service après-vente, la nécessité d’un service, d’une pièce détachée, d’un remplacement ou d’une réparation ;
    • e) Et aussi, la portée des engagements de l’annonceur, la nature, le procédé ou le motif de la vente ou de la prestation de services ;
    • f) Mais aussi, l’identité, les qualités, les aptitudes et les droits du professionnel ;
    • g)Enfin, le traitement des réclamations et les droits du consommateur ;
  • Lorsque la personne pour le compte de laquelle elle est mise en œuvre n’est pas clairement identifiable.

II.-Une pratique commerciale est également trompeuse si,                ( Les pratiques commerciales déloyales)

compte tenu des limites propres au moyen de communication utilisé et des circonstances qui l’entourent, elle omet, dissimule ou fournit de façon inintelligible, ambiguë ou à contretemps une information substantielle ou lorsqu’elle n’indique pas sa véritable intention commerciale dès lors que celle-ci ne ressort pas déjà du contexte.
Dans toute communication commerciale constituant une invitation à l’achat et destinée au consommateur mentionnant le prix et les caractéristiques du bien ou du service proposé, sont considérées comme substantielles les informations suivantes :

  • 1° en premier, les caractéristiques principales du bien ou du service ;
  • 2° en second, l’adresse et l’identité du professionnel ;
  • 3° ensuite, le prix toutes taxes comprises et les frais de livraison à la charge du consommateur, ou leur mode de calcul, s’ils ne peuvent être établis à l’avance ;
  • 4° aussi, les modalités de paiement, de livraison, d’exécution et de traitement des réclamations des consommateurs, dès lors qu’elles sont différentes de celles habituellement pratiquées dans le domaine d’activité professionnelle concerné ;
  • 5° mais aussi, l’existence d’un droit de rétractation, si ce dernier est prévu par la loi.
La loi a ajouté après l’’article L 121-1 du code de la consommation,                                                           ( Les pratiques commerciales déloyales)

un article L 121-1-1 qui expose alors, vingt deux cas où la pratique commerciale peut être trompeuse.
C’est le cas par exemple d’un label de qualité sans autorisation qui se rend coupable d’une pratique commerciale trompeuse.

En premier lieu, la tromperie :                                                                                                                                  (Les pratiques commerciales déloyales)

La pratique commerciale doit être trompeuse, le caractère trompeur est un élément essentiel de l’infraction.

Tout D’abord, l’objet de la tromperie :                                                                                                                  (Les pratiques commerciales déloyales)

L’infraction est commise dans les secteurs les plus variés.
La publicité trompeuse se rencontre fréquemment dans la vente de produits alimentaires.
Par exemple, la publicité relative à une offre promotionnelle portant sur du
« foie gras de canard à 50% morceaux » alors que le produit en réalité était du bloc de foie gras :
le second est un produit moins valorisant que le premier. (CA. Paris, ch. Corr. 26 novembre 2008).
Mieux,les loisirs, les activités de divertissement,
sont également un domaine dans lequel les publicités trompeuses sont légion.
Par exemple, la présence sur la pochette d’un disque d’une étiquette autocollante portant la mention « Edition limitée, CD bonus, 6 titres acoustiques » caractérise la publicité trompeuse

car elle fait croire au consommateur qu’il achète un album avec des titres qui

n’ont pas été encore commercialisés alors qu’en réalité le disque n’est qu’une compilation d’anciens titres (CA. Paris, 13e chambre, 5 mai 2008).
Plus grave est la publicité ayant pour objet de promouvoir des cabines de bronzage par UV qui présente les séances de bronzage en cabine comme protégeant la peau contre l’exposition au soleil,
ce qui est une information fausse selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé.
Dans le même registre concernant les effets sur la santé, une publicité avait été diffusée en présentant le produit,
en l’occurrence un désherbant comme biodégradable et sans effet nocif sur l’environnement.
En réalité, il s’agissait d’un pesticide qui reste une substance chimique contenant un composé caractérisé comme toxique. (CA.Lyon, Ch.Corr. 29 oct.2008.).

En second lieu, l’appréciation du caractère trompeur :                                                                                (Les pratiques commerciales déloyales)

La jurisprudence se livre à une appréciation in abstracto du caractère trompeur, cantonne alors, la répression en matière de publicité trompeuse à des limites raisonnables en se référant à un consommateur moyen.
Un célèbre arrêt démontre que toutes les publicités ne sont à prendre au pied de la lettre.
Certaines publicités par leur caractère excessif ne peuvent être infractionnelles. (Les pratiques commerciales déloyales)
Cet arrêt avait été rendu concernant un spot publicitaire qui présentait une valise intacte après avoir été écrasée entre des bulldozers.
Cette publicité est exagérée, elle ne peut finalement tromper personne.
La publicité de nature à induire en erreur n’est pas un message inexact mais qui est suffisamment suggestif pour tromper le consommateur.

B) L’élément moral en second lieu                                                                          ( Les pratiques commerciales déloyales)

La tromperie est un délit intentionnel.
Du fait de la substitution de la publicité de nature à induire en erreur à celle de publicité mensongère par la loi Royer du 27 décembre 1973, l’élément moral s’est ouvert à la simple imprudence ou négligence.
Le délit de pratique commerciale trompeuse ne nécessite pas de faute intentionnelle,
il suffit que l’auteur n’ait pas vérifié la véracité du message avant de le diffuser.

Ces dispositions ont été reprises par la loi du 3 janvier 2008.                                                (Les pratiques commerciales déloyales)

La cour d’appel de Paris a rappelé la notion d’imprudence ou de négligence au sujet d’une société de hypermarchés.
La société avait lancé dans des catalogues publicitaires la promotion d’une marque de champagne dont les bouteilles étaient proposées à des prix attractifs à l’approche des fêtes de Noël.               (Les pratiques commerciales déloyales)
La campagne publicitaire a rencontré un succès et la société n’a pas pu respecter ses engagements de fournir les produits éventuellement manquants avant une certaine date.  (Les pratiques commerciales déloyales)
La société a alors proposé d’autres produits d’une valeur marchande plus faible et d’une marque différente de celle présentée dans le catalogue.
Pour caractériser l’élément moral, les juges ont retenu que la société n’avait pas procédé à une étude préalable et ainsi elle n’avait pas pris toutes les précautions nécessaires pour s’assurer de la réussite de ces opérations (CA Paris, Ch.corr. 26 novembre 2008).

II) La répression                                                                                              (Les pratiques commerciales déloyales)

Le champ large de cette infraction a conduit le législateur à modifier l’article L 121-5 du code de la consommation en remplaçant la responsabilité de l’annonceur par celle pour le compte de laquelle la pratique commerciale trompeuse est mise en œuvre.
C’est la personne qui a des biens et services à proposer au public qui va donner l’ordre de diffuser la publicité.
Le nouvel article L 121-6 du code renvoie à la sanction prévue à l’article L 213-1 du même code
et qui prévoit un emprisonnement de deux ans et 37 500 euros d’amende.   (Les pratiques commerciales déloyales)
La loi du 3 janvier 2008 dispose que l’amende peut être portée à 50 % des dépenses de la publicité ou de la pratique constituant le délit.
Le délai de prescription est de trois ans.  (Les pratiques commerciales déloyales)
On se trouve en présence d’une infraction continue qui se poursuit tant que le message est accessible au public.
La prescription courra du jour où elle aura cessé.

Section II : Les pratiques commerciales agressives

(Les pratiques commerciales déloyales)

I) Les éléments constitutifs de l’infraction

A) Premièrement, l’élément matériel

La pratique commerciale agressive est également une pratique déloyale.
En effet, la loi du 3 janvier 2008 a ajouté au sein du code de la consommation un article L 122-11 qui dispose qu’une pratique commerciale est agressive lorsque du fait de sollicitations répétées et insistantes ou de l’usage d’une contrainte physique ou morale :

  • tout d’abord, elle altère ou est de nature à altérer de manière significative la liberté de choix d’un consommateur
  • ensuite, elle vicie ou est de nature à vicier le consentement du consommateur
  • enfin, elle entrave l’exercice des droits contractuels d’un consommateur

Les pratiques commerciales répertoriées dans la liste noire sont déloyales quelles que soient les circonstances.

Les moyens utilisés :                                                                                                              (Les pratiques commerciales déloyales)

L’alinéa 1 vise tout d’abord, les degrés de pression suivant :
le harcèlement, la contrainte ou l’influence injustifiée.   (Les pratiques commerciales déloyales)
Il ne s’agit que d’indices qui vont permettre au juge d’identifier un comportement commercial agressif.
Le juge devra rechercher si dans le cadre de la pratique commerciale,  (Les pratiques commerciales déloyales)
le consommateur a subi une pression qui a soit altéré sa liberté de choix,
soit vicié son consentement
soit enfin entravé l’exercice de ses droits contractuels.    (Les pratiques commerciales déloyales)
Une atteinte significative au libre arbitre du consommateur devra être constatée.
L’article L 122-11-1 expose huit situations susceptibles de caractériser une pratique commerciale agressive :
Par exemple, un « professionnel qui donne à un consommateur l’impression qu’il ne pourra pas quitter les lieux avant qu’un contrat n’ait été conclu »
se rend auteur d’une pratique commerciale agressive.

B) Deuxièmement, l’élément moral                                                                                                         (Les pratiques commerciales déloyales)

Le fait de harceler, de faire pression sur le consommateur est de nature à vicier son consentement.

II) La répression       (Les pratiques commerciales déloyales)

Le fait de mettre en œuvre une pratique commerciale agressive est puni d’un emprisonnement de deux ans au plus et d’une amende de 150 000 euros au plus.
Les personnes physiques coupables de ce délit encourent une interdiction, pour une durée de cinq ans au plus, d’exercer directement ou indirectement une activité commerciale.
 
Les expressions suggérées par l’étude de l’infraction ci-dessus traitée :

Premièrement, Lettres 1

Bonnes pratiques commerciales, casino pratiques commerciales illicites, contrôle des pratiques commerciales bancaires, directive pratiques commerciales agressives, droit des pratiques commerciales, droit des pratiques commerciales déloyales, jurisprudence pratiques commerciales trompeuses, les pratiques agressives, les pratiques commerciales déloyales sont interdites, marketing et pratiques commerciales iae paris, marketing pratiques commerciales, marketing pratiques commerciales et management des services, master pratiques commerciales, mauvaises pratiques commerciales, meilleures pratiques commerciales, nouvelles pratiques commerciales,
Deuxièmement, Lettres 2
outils pratiques commerciales, pratique commerciale trompeuse pénal, pratique commerciale trompeuse sanction pénale, pratiques centres commerciaux, pratiques commerciales abusives, pratiques commerciales abusives Inter marché et casino, pratiques commerciales acpr, pratiques commerciales agressives, pratiques commerciales agressives code consommation, pratiques commerciales agressives condamnation, pratiques commerciales agressives définition, pratiques commerciales agressives entre professionnels, pratiques commerciales agressives jurisprudence, pratiques commerciales agressives sanctions, pratiques commerciales anticoncurrentielles,

Troisièmement, Lettres 3

pratiques commerciales banques, pratiques commerciales carrefour, pratiques commerciales code de la consommation, pratiques commerciales cours, pratiques commerciales dans la restauration rapide et à thème sous franchise, pratiques commerciales définition, pratiques commerciales déloyales, pratiques commerciales déloyales code de droit économique, pratiques commerciales déloyales définition, pratiques commerciales déloyales droit européen, pratiques commerciales déloyales entre entreprises, pratiques commerciales déloyales entre professionnels, pratiques commerciales déloyales exemple, pratiques commerciales déloyales internet,
Quatrièmement, Lettres 4
pratiques commerciales déloyales liste noire, pratiques commerciales déloyales sanctions, pratiques commerciales des agences immobilières sur internet, pratiques commerciales en assurance, pratiques commerciales engie, pratiques commerciales entre professionnel, pratiques commerciales illégales, pratiques commerciales illicites, pratiques commerciales illicites définition, pratiques commerciales interdites, pratiques commerciales interdites par la loi, pratiques commerciales internationales, pratiques commerciales prohibées, pratiques commerciales réglementées, pratiques commerciales réputées agressives, pratiques commerciales réputées trompeuses,

Puis, Lettres 5

pratiques commerciales restrictives, pratiques commerciales restrictives de concurrence, pratiques commerciales restrictives définition, pratiques commerciales trompeuses, pratiques commerciales trompeuses code conso, pratiques commerciales trompeuses code de la consommation, pratiques commerciales trompeuses code pénal, pratiques commerciales trompeuses définition, pratiques commerciales trompeuses entre professionnels, pratiques commerciales trompeuses et agressives, pratiques commerciales trompeuses exemple,
Enfin, Lettres 6
pratiques commerciales trompeuses par action, pratiques commerciales trompeuses par omission, pratiques commerciales trompeuses peine, pratiques commerciales trompeuses sanction, questionnaire pratiques commerciales, questionnaire pratiques commerciales et protection de la clientèle, questionnaire pratiques commerciales et protection de la clientèle « banque », saines pratiques commerciales.
 
 

Contactez un avocat

Adresse : 55, rue de Turbigo
75003 PARIS
Tél : 01.42.71.51.05
Fax : 01.42.71.66.80
E-mail : contact@cabinetaci.com
Catégories
Premièrement, LE CABINET  (Les pratiques commerciales déloyales)
Deuxièmement, SPÉCIALISTE DROIT PÉNAL  (Les pratiques commerciales déloyales)
En premier lieu, Rôle de l’avocat pénaliste    (Les pratiques commerciales déloyales)
En second lieu, Droit pénal  (Les pratiques commerciales déloyales)
Tout d’abord, pénal général   (Les pratiques commerciales déloyales)
Ensuite, Droit pénal spécial : les infractions du code pénal    (Les pratiques commerciales déloyales)
Puis, pénal des affaires   (Les pratiques commerciales déloyales)
Aussi, Droit pénal fiscal    (Les pratiques commerciales déloyales)
Également, Droit pénal de l’urbanisme   (Les pratiques commerciales déloyales)
De même, Le droit pénal douanier   (Les pratiques commerciales déloyales)
Et aussi, Droit pénal de la presse  (Les pratiques commerciales déloyales)

                 Et ensuite,     (Les pratiques commerciales déloyales) 

pénal des nuisances   (Les pratiques commerciales déloyales)
Et plus, pénal routier infractions   (Les pratiques commerciales déloyales)
Après, Droit pénal du travail   (Les pratiques commerciales déloyales)
Davantage encore, Droit pénal de l’environnement  (Les pratiques commerciales déloyales)
Surtout, pénal de la famille   (Les pratiques commerciales déloyales)
Par ailleurs, Droit pénal des mineurs   (Les pratiques commerciales déloyales)
Ainsi, Droit pénal de l’informatique   (Les pratiques commerciales déloyales)
Tout autant, pénal international  (Les pratiques commerciales déloyales)
Que, Droit pénal des sociétés   (Les pratiques commerciales déloyales)
En dernier, Le droit pénal de la consommation   (Les pratiques commerciales déloyales)
Troisièmement, Lexique de droit pénal   (Les pratiques commerciales déloyales)
Quatrièmement, Principales infractions en droit pénal   (Les pratiques commerciales déloyales)
Et puis, Procédure pénale   (Les pratiques commerciales déloyales)
Ensuite, Notions de criminologie   (Les pratiques commerciales déloyales)
Également, DÉFENSE PÉNALE   (Les pratiques commerciales déloyales)
Aussi, AUTRES DOMAINES   (Les pratiques commerciales déloyales)
Enfin, CONTACT   (Les pratiques commerciales déloyales)
(Les pratiques commerciales déloyales)
 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top