Les atteintes à l'intégrité de la personne

Les atteintes à l’intégrité de la personne sont des infractions visant à réprimer toute attitude

qui met en danger l’intégrité physique d’une personne.

Lorsque l’agent n’a pas la volonté de tuer la victime mais de la blesser,

il s’agit alors d’atteinte volontaire de l’intégrité physique.

Ces atteintes peuvent être très diverses.

Ainsi, il existe :

Les violences volontaires  dans les atteintes à l’intégrité de la personne

Les violences volontaires sont sélectionnées en tenant compte de la gravité du dommage imposé à la victime
et qui peuvent constituer des contraventions, des délits ou des crimes .
1) Les violences contraventionnelles                                                                   (Les atteintes à l’intégrité de la personne)

si l’incapacité totale de travail (itt) est inférieure à 8 jours,
elles sont constitutives d’une contravention de 4ème ou 5ème classe,
pour lesquelles l’auteur encourt une peine maximale de 1 500€ d’amende ;
2) Les violences délictuelles sont des délits                                                          (Les atteintes à l’intégrité de la personne)

et leur auteur encourt une peine de prison pouvant aller jusqu’à 10 ans selon leur nature
3) violences criminelles quant le dommage est beaucoup plus grave ce sont alors des crimes
et pour lesquelles l’auteur encourt une peine de réclusion criminelle pouvant aller jusqu’à 20 ans voire 30 ans
en cas de circonstances aggravantes.

Les violences involontaires dans les atteintes à l’intégrité de la personne

l’agresseur dans ce cas n’a pas voulu le résultat qui s’est produit.                                        (Les atteintes à l’intégrité de la personne)
Le délit est involontaire .
Il est le fait d’une imprudence, d’une négligence, d’une maladresse ou de l’inobservation volontaire des règles de sécurité.
3 exemples illustre cette infraction:
1-d’aburd, les coups et blessures involontaire de l’art 222-19 du code pénal,
2-puis, l’homicide involontaire de l’art 221-6 du code pénal,
3-et aussi, la mise en danger d’autrui de l’art 223-1 du code pénal

Parmi les violences spécifiques on notera :

tout d’abord, Les tortures et actes de barbaries (articles 222-1 à 222-6-2 )

et aussi, L’administration de substances nuisibles (article 222-15)

Le fait d’enregistrer ces infractions, phénomène de « happy slapping », est puni par la loi.

Certaines de ces infractions peuvent porter atteinte à l’intégrité psychique de la personne :

Les menaces                                               (Les atteintes à l’intégrité de la personne)

Les appels téléphoniques malveillants

                                                                                                                                                (Les atteintes à l’intégrité de la personne)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top