Avocat pénaliste

Avocat pénaliste

Rôle de l’avocat pénaliste :

Avocat pénalisteTout avocat pénaliste quel qu’il soit, a déjà dû répondre, ne serait-ce qu’une fois, à la question que tout le monde se pose : « Comment faites-vous pour défendre des coupables ? ». Cette question est d’autant plus inévitable lorsque l’on s’adresse à un avocat pénaliste.
Pour la majorité des personnes, il n’est pas question que le « coupable »
d’un viol, d’un homicide, d’une agression sexuelle ou d’acte de terrorisme par exemple soit relaxé. Elles ne comprennent pas que quelqu’un accepte de les défendre alors qu’il s’agit d’un violeur ou d’un tueur par exemple.
L’avocat et plus particulièrement l’avocat pénaliste joue le mauvais rôle lorsqu’il défend les intérêts d’un « coupable ». Cependant, l’utilisation des termes employés laisse déjà pressentir que la personne ne comprendra pas la réponse donnée et qu’à n’en point douter elle ne connaît pas le droit et encore moins le droit pénal.
Puisqu’en effet, en vertu du principe de la présomption d’innocence, le doute profite à l’accusé. Ce qui signifie que tant que la juridiction de jugement ne déclare pas l’accusé coupable ce dernier est innocent.
De ce fait, l’avocat pénaliste intervenant avant le prononcé du verdict ne défend pas un coupable mais un innocent présumé d’avoir commis ou tenter de commettre une infraction.

Mais tel n’est pas l’essence même du métier d’avocat pénaliste que de défendre un individu que celui-ci soit victimeou accusé ?

En cela l’avocat pénaliste n’est en rien différent de ses confrères.
Parce que oui l’avocat pénaliste défend la veuve et l’orphelin en tant qu’avocat généraliste.
Mais il lui arrive aussi, lorsqu’il est avocat de la partie civile,
de défendre les intérêts de la victime d’une infraction pénale,
tout comme il peut défendre les intérêts de la personne accusée
d’avoir commis une infraction pénale, il est alors l’avocat de la défense.
Quant à l’intervention de l’avocat pénaliste au moment de l’exécution de la peine, soit après le prononcé de la peine par une juridiction de jugement,
l’avocat pénaliste n’intervient plus pour défendre son client,
pour discuter de sa culpabilité
mais seulement pour proposer des alternatives à la peine privative de liberté,
pour faire des demandes de mise en liberté conditionnelle.
Alors oui, l’avocat pénaliste intervient pour faire sortir un coupable de prison,
cela peut paraitre étrange voir immoral.

Mais pensez-vous réellement que la prison soit la seule et unique solution ?
Pensez-vous que la prison soit une solution réellement acceptable et efficace ?

La réponse semble être négative, il suffit pour s’en persuader de regarder les chiffres du taux de récidive. La prison, une solution, peut-être, mais une solution non satisfaisante avec de lourdes conséquences :

  • une réinsertion professionnelle et sociale difficile,
  • une mise à l’écart par la société,
  • un sentiment de rejet qui n’aide pas les anciens détenus à s’en sortir
  • et qui a plutôt tendance à les inciter à recommencer.

C’est donc lorsque l’avocat pénaliste est avocat de la défense qu’il est critiqué, voir même assimilé à son client qui est souvent perçu comme un « monstre ».
On lui reproche alors d’aider des criminels,
de permettre à des coupables d’éviter la condamnation,
de ne pas prendre en considération la victime.
Les journalistes tels qu’ils soient n’aidant en rien.
Pour s’en persuader, il suffit d’allumer la télévision, regarder la « une » d’un périodique pour voir la famille d’une victime d’un violeur présumé,
ou la victime elle-même,
pleurer et crier à l’incompréhension,
à l’injustice, car celui désigné comme étant l’auteur du viol est relaxé après 3 jours de procès aux Assises.
Mais à celui qui critique sans connaître,
qui ne distingue pas l’avocat de son client,
qui se contente d’affirmer qu’un accusé est un coupable,
qu’il doit purger une peine de prison,
il convient de rappeler que tout individu a le droit d’être défendu.

Vous avez besoin un avocat pénaliste notre équipe  à votre écoute  prenez  contact avec  Cabinet ACI  Tél :   01.42.71.51.05 .

En réalité, la véritable question n’est pas de savoir comment fait l’avocat pénaliste pour défendre des « coupables » mais c’est de savoir ce qu’est un avocat pénaliste.
En effet, peu importe qui il défend, l’avocat pénaliste est avant tout un avocat qui exerce sa fonction dans le cadre du droit pénal.
De ce fait, afin de donner une réponse complète,
il convient, avant de s’intéresser au droit pénal qu’est la spécialité de l’avocat pénaliste,
de définir la profession d’avocat car l’avocat pénaliste est,
comme nous l’avons dit précédemment, un avocat comme les autres.

Qu’est-ce qu’un avocat pénaliste ?

Qu’est-ce qu’un avocat pénaliste ?Le droit pénal est la pierre angulaire de la loi qui se consacre à la répression des différents crimes et délits par l’imposition de certaines peines. Un avocat pénaliste a une connaissance approfondie du sujet spécifique (tels que les types de crimes, les circonstances atténuantes, les peines, etc.) et le fait qu’il ou elle doit faire un litige oral donne également à l’avocat pénaliste un avantage en termes de résultats qui peuvent être obtenus dans votre défense.

Quels sont les sujets de spécialisation d’un avocat pénaliste ?

Un avocat pénaliste se consacre à l’étude des crimes commis contre les biens d’une personne ainsi que des crimes contre la personne elle-même.

Ensuite, un avocat pénaliste peut se spécialiser dans les domaines suivants : fraude, crime de détournement, homicide quasi-criminel, viol, homicide, blessures à divers degrés, crime d’enlèvement, vol qualifié, vol, diffamation et calomnie, crime d’agression sexuelle, crime informatique divers, crime lié à la consommation, blanchiment d’argent, crime de trafic de drogue…

Quelles sont les qualités qu’un avocat pénaliste devrait avoir ?

L’avocat pénaliste développe certaines compétences qui sont très particulières à son domaine d’expertise. Ce sont ces mêmes caractéristiques qui servent aussi à distinguer un bon avocat pénaliste d’un autre. Les qualités d’un avocat pénaliste sont :

1) Bonnes aptitudes à la communication :  puisque le but d’un avocat pénaliste est de convaincre un juge par ses paroles et ses arguments et qu’il doit également discuter avec un avocat de la partie adverse ;

2) Cohérence et fiabilité :  Cohérent pour que vous, en tant que client, et fiable pour que l’avocat pénaliste s’engage sur ce qu’il a planifié.

3) logique et informé :

L’avocat pénaliste doit avoir des capacités de raisonnement logique et doit aussi être compris, car il doit être très bien informé sur votre cas.

4) Spécialiste : il devrait être préparé et spécialisé dans votre cas, de sorte qu’il puisse vous offrir la bonne approche au problème.

5) Responsable : puisque vous, en tant que client, accordez toute votre confiance à l’avocat pénaliste pour la recherche de votre liberté ou pour défendre votre honneur ou vos biens.

6) l’avocat pénaliste devrait avoir un grand nombre de clients satisfaits qui peuvent servir d’expérience

7) Il est important que l’avocat pénaliste dispose d’un vaste réseau de contacts, car il aura souvent besoin de la collaboration d’autres professionnels pour résoudre certains cas.

8) Enfin, l’avocat pénaliste doit posséder une expertise particulière en matière de recherche juridique, puisqu’il doit trouver des preuves, des dossiers, des témoins, etc.

En conclusion, l’avocat pénaliste possède de nombreuses caractéristiques particulières qui font de lui un avocat de pratique privée au sein du bassin existant d’avocats.
L’avocat pénaliste se distingue exclusivement pour certains détails qui peuvent être cruciaux pour la défense ou la représentation que quelqu’un peut rechercher, surtout si nous parlons de connaissance de la procédure pénale et de la façon de plaider oralement.

Qu’est-ce que le droit pénal ?

Qu’est-ce que le droit pénal ?Le droit pénal passionne au même titre qu’il intrigue et effraye. Son succès dû pour partie aux séries télévisées, aux reportages, et autres émissions qui ne cessent de traiter d’affaires pénales. Qui n’a jamais regardé un reportage sur l’affaire du petit Grégory, de reportage sur la personnalité du violeur récidiviste de Natacha Mou-gel, d’épisodes de séries policières, ou d’émissions types « Crimes » ?
Le droit pénal intéresse en ce qu’il touche à des affaires sensibles et mystérieuses.
La curiosité du public permet de faire couler beaucoup d’encre au plus grand bonheur des journaux qui s’empressent de raconter quelques détails d’enquêtes, de relater le verdict d’un procès pour viol, meurtre ou braquage qui tourne mal.
Mais en réalité le droit pénal ce n’est pas seulement les meurtres, les viols et les vols. C’est bien plus que ça.
Tout d’abord, d’un point de vue social, le droit pénal détermine les comportements antisociaux.
Toutes sociétés posent des règles que chacun se doit de respecter, lorsqu’elles sont enfreintes, il est nécessaire de réagir.
Il s’agit du but principal du droit pénal.

La répression du comportement antisocial peut avoir différentes origines.

La victime peut porter plainte et se constituer partie civile, elle sera alors partie au procès.
Le ministère public, représentant de la société en droit pénal, peut lui aussi engager la procédure, c’est ce que l’on appelle l’action publique. Cette dernière est mise en mouvement par la plainte de la victime, ou lorsque le ministère public a connaissance d’une infraction pénale. Puis, d’un point de vue juridique, le droit pénal se compose de l’ensemble des règles applicables aux infractions, il s’agit du droit pénal général.  Ou spécialement à chaque infraction, il s’agit du droit pénal spécial.

Le droit pénal est l’étude du phénomène criminel 

C’est-à-dire des comportements qui, sous des formes diverses, et degrés différents vont être considérés comme contraires à un ordre social et contraire à la sécurité publique, pour cette raison ces comportements doivent être sanctionnés.
Touchant à des sujets sensibles et délicats tels que :

le viol, les agressions sexuelles, la pédophilie ou encore le trafic de stupéfiants 
le droit pénal subit une certaine rigueur.
Il doit répondre au grand principe constitutionnel : le principe de légalité criminelle.
Ce dernier implique que toutes les infractions doivent être incriminées par un texte qui doit être clair et précis. Ces textes d’incrimination se trouvent dans le code pénal. Les articles dudit code donnent alors les éléments constitutifs de l’infraction, et le quantum maximal de la peine encourue. Pour exemple nous pouvons citer l’homicide volontaire.
L’article 221-1 du Code pénal dispose que « le fait de donner volontaire la mort à autrui constitue un meurtre.
Il encourt trente ans de réclusion criminelle ».
De ce grand principe découle le principe de non rétroactivité de la loi pénale
plus sévère, le principe d’individualisation des peines, de proportionnalité des peines, d’interprétation stricte de la loi pénale
et le principe de personnalité des peines.

Le droit pénal est donc une matière très encadrée     

En cas de non-respect du principe de légalité criminelle, un texte d’incrimination se voit abrogé. En effet, il subit un contrôle de constitutionnalité réalisé par le Conseil Constitutionnel.
Ce contrôle peut être réalisé a priori ou a posteriori depuis la mise en place du mécanisme des Questions Prioritaire de Constitutionnalité introduit à l’article 61-1 de la Constitution de 1958.
Pour exemple nous pouvons citer l’abrogation du texte d’incrimination relatif au harcèlement sexuel. Les modalités d’application du droit pénal relèvent de la procédure pénale, elles figurent dans le code de procédure pénale. La procédure pénale a pour objet l’organisation des juridictions répressives et le déroulement du procès depuis le déclenchement des poursuites jusqu’à l’épuisement des voies de recours. Outre le droit pénal général, le droit pénal spécial et la procédure pénale, le droit pénal touche aussi à d’autres domaines. C’est le cas du droit de l’exécution des peines qui englobe le droit de la mise à exécution des sentences pénales.
Il en est de même de la pénologie qui étudie les sanctions encourues ainsi que leur mode d’exécution et d’extinction et pour finir la criminologie qui est l’étude du phénomène criminel dans sa réalité sociale et individuelle, il s’agit de l’étude des causes et des conséquences de la criminalité.

On comprend que le droit pénal est un droit complexe car très complet et large.

Toute personne voulant faire du droit pénal se doit de s’ouvrir à la criminologie,  cela permet de mieux comprendre le phénomène criminel, les motivations du passage à l’acte.  Mais il ne faut pas oublier le côté psychologique du phénomène social. Il est important d’étudier la psychologie de l’auteur des faits pour mieux le comprendre, le défendre et ainsi trouver des solutions adaptées à sa personnalité. Mais le droit pénal ne concerne pas que l’accusé, il ne faut pas oublier la victime. Elle aussi a sa place dans le procès pénal surtout lorsque elle se constitue partie civile.
A ce titre, l’étude de la victimologie semble importante car après avoir été victime d’une infraction pénale il est primordial pour la victime de se reconstruire et de se réinsérer elle aussi dans la société.
Face à ce droit si complexe on comprend qu’il n’est pas nécessaire mais indispensable d’être conseiller, assister, représenter par un avocat. Mais pas n’importe quel avocat, car qui mieux qu’un avocat pénaliste, c’est-à-dire spécialisé en droit pénal, est compétent pour répondre aux attentes d’un client accusé de volharcèlement sexuelmeurtre, ou de violences par exemple ou encore d’une victime de l’une de ces infractions ?

To Top